Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

vendredi 10 juillet 2020

L’heure de l'invocation exaucée le jour du vendredi - ساعة الاستجابة يوم الجمعة


Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

D'après Abou Houreira (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et son salut soient sur lui) a mentionné le vendredi et il a dit:
« Il y a dans ce jour une heure durant laquelle aucun serviteur musulman qui est debout en train de prier demande une chose à Allah sans qu'il ne la lui donne » et il fit signe avec sa main pour montrer qu'elle est courte.
(Rapporté par Boukhari et Mouslim )
عن أبي هريرة رضي الله عنه أن رسول الله صلى الله عليه و سلم ذكر يوم الجمعة فقال : فيه ساعة لا يوافقها عبد مسلم وهو قائم يصلي يسأل الله تعالى 
شيئا إلا أعطاه إياه وأشار بيده يقللها.
( رواه البخاري ومسلم ) 
L'invocation-du'â- une humilité et un besoin ...







لماذا وَصَّى الإسلام بصلاة الجماعة وفَرَض صلاةَ الجُمعة؟: الشيخ محمد الغزالي


الصلاة جزء من النشاط الإسلاميّ فوق كل أرض يَعْمُرُها الإسلام، والمسجد هو السِّمَة الأُولَى للحضارة الإسلامية في كل قرية أو مدينة. وعندما يَنْجَح المؤمنون في إقامة مجتمعهم بعيدًا عن إذلال الفَتَّانِينَ وعَمَايَة الكافرين، فإن أول عمل يُفَكِّرُونَ فيه ويُبَادِرُونَ إليه هو إقام الصلاة، استجابة للآية الكريمة: (الذِينَ إِنْ مَكَّنَّاهُمْ فِي الأَرْضِ أَقَامُوا الصَّلَاةَ وَآتَوُا الزَّكَاةَ وَأَمَرُوا بِالمَعْرُوفِ وَنَهَوْا عَنِ المُنْكَرِ) (الحج: 41) وقد حاول البعض أن يَدخُل في الإسلام متخفِّفًا من الصلاة فأبَى الرسول إباءً حازمًا وهو يقول: "لا خير في دين بلا صلاة".

ونَبَّهَ القرآن الكريم إلى أنَّ المَدَنِيَّات التي تَفَسَّخَت وبادت هي تلك المدنيات التي جَفَّت فيها ينابيع الروحانية، وهَيْمَنَت عليها الشهوات المادية، وانْقَطَعَت بالله صلتُها، فقطع عنها بركته! قال ـ تعالى ـ في وصف هذه الأجيال المُنْحَلَّة: (فَخَلَفَ مِنْ بَعْدِهِمْ خَلْفٌ أَضَاعُوا الصَّلَاةَ وَاتَّبَعُوا الشَّهَوَاتِ فَسَوْفَ يَلْقَوْنَ غَيًّا) (مريم: 59).

إنَّ ارتباط العِفَّة والاعتدال بالصلاة مَفهوم، واشتداد السُّعَار الحيواني مع البعد عن الله واقع، ولنْ تَكْسِب الحضارات المُغْرِقة في المادة إلا الصراعَ على الوهم، والهلاكَ وراء سراب يَلْمَع ولا غَوْثَ فيه!

وقد أَوْصَى الإسلام بالانطلاق إلى المسجد خَمْس مرات كل يوم، وحافَظَ المسلمون على ذلك حتى قال ابن مسعود: لقد رَأَيْتُنَا وما يَتَخَلَّف عن الصلاة إلا منافق قد عُلِمَ نِفَاقُه أو مريض. وقال: إن رسول الله عَلَّمَنَا سُنَن الهدى وإن من سنن الهدى الصلاةَ في المسجد الذي يُؤَذَّن فيه.

ويَظْهَر أنَّ أعداء الإسلام عَلَى عهد الوحي غاظَهم هذا المنظر المَهِيب المتكرر بالغُدُوِّ والآصال؛ منظر المسلمين وهم يجيئون من ,أطراف المدينة ليصلُّوا وراء نبيهم، ما تَنْفَضُّ لهم جماعة حتى تَقُومَ أخرى (إِنَّ الصَّلَاةَ كَانَتْ عَلَى المُؤْمِنِينَ كِتَابًا مَوْقُوتًا) (النساء: 103) فماذا يَصْنَعُون؟ أَخَذُوا يُنَفِّسُونَ عن ضغائنهم بالغمز واللمز، وربما تضاحكوا، وعقدوا المجالس عند سماع الأذان وقيام الجماعات لِيُرْسُوا التعليقات الساخرة! وهذا مسلك شرير يمكن تركه. ونزل الوحي يطالب المؤمنين أن يُقَاطِعوا هؤلاء العابثين، وأن يتجهموا لهم، وهذا أقل ما يمكن عمله (يَا أَيُّهَا الذِينَ آمَنُوا لَا تَتَّخِذُوا الذِينَ اتَّخَذُوا دِينَكُمْ هُزُوًا وَلَعِبًا مِنَ الذِينَ أُوتُوا الكِتَابَ مِنْ قَبْلِكُمْ وَالكُفَّارَ أَوْلِيَاءَ وَاتَّقُوا اللهَ إِنْ كُنْتُمْ مُؤْمِنِينَ. وَإِذَا نَادَيْتُمْ إِلَى الصَّلَاةَ اتَّخَذُوهَا هُزُوًا وَلَعِبًا ذَلِكَ بِأَنَّهُمْ قَوْمٌ لَا يَعْقِلُونَ) (المائدة: 57،58).

ما الذي جَمَعَ اليهود وعَبَدَة الأصنام والمنافقين على التندر بالدين الجديد والنَّيْل من شعائره؟ إنه الإِيغَال في الكفر والتحدي!

وكَرِهَ النبي ـ صلى الله عليه وسلم ـ أنْ يُقابَل الإسلام بهذا المُجُون، وأن تُنَالَ شَعَائِره بهذا العبث، وأن يَجِد المنافقون ظهيرًا لهم من بين الكفار يساعدهم على النَّيل من المسلمين بهذا الأسلوب الدنيء، فأرسل هذا التحذير الذي بلغ صداه القوم فأَقَضَّ مضاجعهم، قال: "لَقَدْ هَمَمْت أن آمرَ بالصلاة فتقام، ثم آمرَ رجلًا يصلي بالناس، ثم أنْطَلِقَ معي برجال معهم حُزَمٌ من حطب إلى قوم لا يَشْهَدُون الصلاة، فأُحَرِّقَ عليهم بُيُوتَهم". وكانت أَثْقَلَ صلاة على المنافقين صلاة العشاء وصلاة الفجر! ولا ريب أنهم المَعْنِيُّون بالتهديد السابق؛ فإن اليهود والنصارى لا يُكَلَّفون بصلاة.

وليس معنى الحديث أن تجميع الناس للصلاة يتم بالتهديد، فذلك مستحيل؛ لأن جمهرة المؤمنين كانوا ابتغاء وجه الله يُهْرَعُون إلى المسجد كلَّما سَمِعوا النداء، وكان أَمَلُهم ادِّخَارَ الأَجْر العظيم عند الله. قال ابن مسعود: إنَّ كان المريض لِيَمْشي بين الرجلين ـ يَحْمِلانه لِمَرَضه ـ حتى يأتيَ الصلاة، وكان أَبْعَدَ الناس مَمْشًى يَحْتَسب خُطَاه عند الله ويحرص على الانتظام في الصفوف.

لكن من حق المؤمنين عند إقام الصلاة في الجماعات العامة ألاّ تَنْتَظمَ جماعات أخرى للعبث، وألاّ تَنْعَقدَ مجالسُ لِجِدٍّ أو هَزْل، وألاّ تُقَام أسواق للشغب.

وقد لاحظ الناس عند عَقْد اجتماعات الهُدْنة بين المصريين واليهود أن اليهود كانوا يَتَحَرَّوْن أيام الجمعة للمفاوضات، وكأنهم يريدون عمدًا انتهاك وقت الجمعة وإضاعة شعائرها!

وتهديد الساخرين والماجنين بالتحريق عليهم تَرَكَ أَثَرَه، ولم يُؤْثَر قَطُّ عن النبي الكريم أو أيام الخلافة الراشدة أنْ وَقَع شيء من ذلك، وقد شَرَحْنا ملابسات هذا التهديد كما جاءت في الكتاب العزيز، فلا مَجال للاستخفاف والقول بأنَّ الإسلام يَأْمُر بإحراق المُتَخَلِّفِينَ عن الصلاة.
عن أمِّ الدرداء قالت: دَخَل عليَّ أبو الدرداء وهو مُغْضَب فقلت: ما أَغْضَبَك؟ قال: والله ما أعرف من أمر أمة محمد ـ صلى الله عليه وسلم ـ شيئًا إلا أنهم يُصَلُّون جميعًا.

وعن أنس: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "إني لأدخل في الصلاة وأنا أريد أن أطيلها، فأَسْمَعُ بكاء الصبي فأَتَجَوَّز في صلاتي أُخَفِّفُها لِمَا أعلم من وَجْد أمِّه من بكائه".

وعن أم سلمة قالت: كان رسول الله ـ صلى الله عليه وسلم ـ إذا سلم من صلاته يمكث في مكانه يسيرًا، فنُرَى ـ والله أعلم ـ أن مُكْثَه لكي ينصرف النساء قبل أنْ يُدْرِكَهُنَّ الرجال.

وعن أبي هريرة قال: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "خير صفوف الرجال أَوَّلُها وشَرُّها آخرها، وخير صفوف النساء آخرها وشرُّها أَوَّلُها". وظاهرٌ أن الوصف بالشر لمن يحاول من الجنسين أن يَقْتَرب من الآخر! أما من لا يَجُول بخاطره شيء يَرِيب فلا يَلْحَقه إثم، والمراد توفير جو الطُّهر والتقوى في المسجد.

وهذه الآثار المتتابعة قليل من كثير من السنن الدالة على أن المسجد كان يستقبل الأمة كلها، وإن إقصاء النساء عنه لم يُعرف في سلف الأمة، بل كانت روحانية المسجد وثقافته تَسْرِيَان على امتداد الشوارع وداخل البيوت.

وإذا كانت الجماعة للصلوات الخمس سنة مؤكدة، فإن حضور الجمعة فرض عَيْن على كل مسلم قادر. قال تعالى: (إِذَا نُودِيَ لِلصَّلَاةِ مِنْ يَوْمِ الجُمُعَةِ فَاسْعَوْا إِلَى ذِكْرِ اللهِ وَذَرُوا البَيْعَ ذَلِكُمْ خَيْرٌ لَكُمْ إِنْ كُنْتُمْ تَعْلَمُونَ) (الجمعة: 9).

وعن عبد الله بن عمرو: قال رسول الله صلى الله عليه وسلم: "يَحضُر الجمعة ثلاثة نَفَر: فَرَجل حضرها يَلْغُو، وهو حظه منها. ورجل حضرها يدعو، فهو رجل دَعَا الله إن شاء أعطاه وإنْ شَاءَ منعه. ورجل حَضَرَها بإنصات وسكوت ولم يَتَخَطَّ رقبة مسلم ولو يُؤْذِ أحدًا، فهي كفارة له إلى الجمعة التي تَلِيهَا وزيادة ثلاثة أيام، إن الله ـ تعالى ـ يقول: (مَنْ جَاءَ بِالحَسَنَةِ فَلَهُ عَشْرُ أَمْثَالِهَا) (الأنعام: 160).

وقال عليّ بن أبي طالب وهو يَخْطُب على مِنبر الكوفة: "إذا كان يوم الجمعة غَدَت الشياطين براياتها إلى الأسواق، فيَرْمُونَ الناس بالرَّبَائِث الربيثة: ما يَعُوقُ المرءَ عن عمله ويصرفه عن واجبه ويُثَبِّطُونَهم عن الجمعة، وتَغْدُو الملائكة فيجلسون على أبواب المسجد يَكْتُبُون الرجل من ساعة والرجل من ساعتين، حتى يَخْرُج الإمام، فإذا جلس الرجل مجلسًا يَسْتَمْكِن فيه من الاستماع والنظر، فأَنْصَتَ ولم يَلْغُ كان له كِفْلَانِ مِن الأجر، فإِنْ نَأَى وجلس حيث لا يسمع، فأنصَتَ ولم يَلْغُ كان له كِفْل من أجره، وإن جلس مجلسًا يستمكن فيه من الاستماع والنظر، فلَغَا ولم ينصت كان عليه كفلان من وزر، فإن جلس مجلسًا لا يستمكن فيه من الاستماع والنظر، فَلَغَا ولم يَنْصِت كان عليه كفل من وِزْر، ومن قال لصاحبه يوم الجمعة: صَهٍ. فَقَدْ لَغَا، ومن لغا فليس له في جمعته تلك شيء". ثم قال في آخره: سمعت رسول الله ـ صلى الله عليه وسلم ـ يقول ذلك.

والجمعة شعيرة تَرجَح أعظَمَ أجهزة الدعاية التي وصل إليها العالم، وإذا كان المسلمون الآن ألف مليون نَسَمَة فمفروض أن تُلْقَى بينهم خُطَب بين المليون والمليونين كل أسبوع! يقوم رجل مُوَجِّه فيَتَحَدَّث باسم الله إلى عباده، يقول ما لَدَيْه، والمصلُّون صامتون يُصْغُون لِمَا يقال، لا يتشاغل عنه أحد، ولا يَنْصَرِف من مكانه حتى يَسْمَع الخطبة كلها ويُؤَدِّيَ الصلاة.

إن أمة هذه نُظُمُها ينبغي أن تَتَوَحَّد صبغتها ووجهتها، وأن يرقى مستواها الفكريّ والعاطفيّ، وأن تُغَالِب أسباب التفكك والفرقة.

وأكره أن تكون الخطبة تحرشًا شخصيًّا، أو تهجمًا سياسيًّا، أو تعليقًا مَقْصُورًا على الأحداث العابرة، فإنَّ المساجد لم تُبْنَ لشيء من هذا، وتشريع الخطبة كما جاء في القرآن الكريم: (اسْعَوْا إِلَى ذِكْرِ اللهِ) والذكرُ المقصودُ ربطُ الناس بربهم من خلال النظر في آفاق الكون وشؤون الناس على نحو ما وضح القرآن الكريم: (سَنُرِيهِمْ آيَاتِنَا فِي الآفَاقِ وَفِي أَنْفُسِهِمْ حَتَّى يَتَبَيَّنَ لَهُمْ أَنَّهُ الحَقُّ) (فصلت: 53).

وتطويل الخطبة غير سائغ ولا مشروع، فعن أبي وائل قال: خَطَبَنَا عمار بن ياسر فأوجز وأبلغ، فلَمَّا نَزَلَ قلنا: يا أبا اليقظان، لقد أَبْلَغْتَ وأَوْجَزْتَ، فلو كنت تَنَفَسَّتَ! أَطَلْتَ فقال: إني سمعت رسول الله ـ صلى الله عليه وسلم ـ يقول: "إن طول صلاة الرجل وقِصَرَ خطبته مَئِنَّةٌ مِن فِقهه علامة فأَقْصِروا الخطبة وأطيلوا الصلاة".

وكانت أكثرَ خطَب رسول الله من القرآن الكريم؛ ولذلك لم تُحْفَظْ عنه خطَب من كلامه ـ عليه الصلاة والسلام ـ إلا على نُدْرَة، وعن أم هشام بنت حارثة بن النعمان قالت: ما أخذتُ (ق والقرآن المجيد) حَفِظْتُها إلا من لسان رسول الله ـ صلى الله عليه وسلم ـ يوم الجمعة. يقرأ بها على المِنبر في كل جمعة كانت قَدْ شَهِدَتْها، والمفروض أن خطبة الجمعة كانت نحو خمسمائة مرة بعد هجرته عليه الصلاة والسلام.

من كتاب الشيخ محمد الغزالي: مائة_سؤال_عن_الإسلام

كيفية الصلاة والوضوؤ

Versets à méditer: Ô vous qui avez cru! Quand on appelle à la Ṣalāt du jour du Vendredi، ... آيات للتّدبُّر: يَـٰٓأَيُّہَا ٱلَّذِينَ ءَامَنُوٓاْ إِذَا نُودِىَ


يَـٰٓأَيُّہَا ٱلَّذِينَ ءَامَنُوٓاْ إِذَا نُودِىَ لِلصَّلَوٰةِ مِن يَوۡمِ ٱلۡجُمُعَةِ فَٱسۡعَوۡاْ إِلَىٰ ذِكۡرِ ٱللَّهِ وَذَرُواْ ٱلۡبَيۡعَۚ ذَٲلِكُمۡ خَيۡرٌ۬ لَّكُمۡ إِن كُنتُمۡ تَعۡلَمُونَ (٩)

40 bonnes raisons de prier sur le Prophète -salla Allahou alayhiwasalam- Par l’imam Ibn Al-Qayyim-أربعون فائدة للصلاة على النبي صلى الله عليه وسلم-ابن القيم


1. Lorsque l’individu prie sur le Prophète -salla Allahou‘alayhi wa salam-, 
il se soumet avant tout au commandement du Seigneur.
2. Il s’inspire de son Seigneur bien que Sa Prière sur le Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- soit différente de la nôtre ; la Sienne consiste à lui faire les honneurs et les éloges et la nôtre consiste à prier et à invoquer en sa faveur.
3. Il suit les traces des anges.
4. Il obtient dix prières de la part d’Allah pour chaque prière qu’il prononce.
5. Allah l’élève de dix degrés à chaque fois.
6. Il lui sera inscrit dix récompenses.
7. Il lui sera effacé dix péchés.
8. S’il accompagne sa Prière à ses invocations, elles seront plus favorablement reçues par le Seigneur étant donné que cette fameuse Prière permet de les faire monter au ciel. 
Sans cela, ses invocations risquent de rester suspendues entre le ciel et la terre.
9. C’est aussi un moyen d’obtenir l’intercession du Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam-.
10. C’est un moyen de se faire pardonner les péchés.
11. C’est un moyen par lequel Allah soulage la détresse de Son serviteur.
12. C’est un moyen de se rapprocher de Son Seigneur le Jour de la Résurrection.
13. La Prière sur le Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- se substitue à l’aumône 
envers les personnes en difficulté.
14. Elle lui permet de mener ses affaires à bien.
15. Elle lui permet de recevoir les Prières d’Allah et celles des anges.
16. Elle lui permet de se purifier et de se mettre en valeur.
17. Elle lui permet de se voir annoncer le Paradis avant sa mort.
18. Elle lui permet de s’épargner les douloureux événements de la Résurrection.
19. Elle lui permet de recevoir en réponse les Prières et les Salutations du Prophète 
-salla Allahou ‘alayhi wa salam-.
20. Elle lui permet de se rappeler les choses qu’il a oubliées.
21. Elle lui permet d’embellir ou de purifier ses assemblées et de faire que celles-ci ne soient
 pas un sujet de regret le Jour de la Résurrection.
22. Elle permet de repousser la pauvreté.
23. Il s’épargne ainsi de prendre le nom d’avare que mérite toute personne se privant de prier 
sur le Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- au moment où ce dernier est évoqué.
24. Il ne sera pas concerné ainsi par l’invocation destinée contre tous ceux qui s’abstiennent de prier sur lui -salla Allahou ‘alayhi wa salam- à l’écoute de son nom.
25. Elle lui permet de se maintenir sur le chemin du Paradis contrairement à celui qui ne prie pas sur lui -salla Allahou ‘alayhi wa salam-.
26. Il s’épargne ainsi des assemblées impures dans lesquelles il n’est consacré aucun éloge ni aucune attention à Allah et à Son Messager.
27. Elle permet de rendre parfait un discours au début duquel les louanges sont consacrées au Seigneur et les Prières consacrées au Prophète - salla Allahou ‘alayhi wa salam-.
28. Elle lui permet d’acquérir une lumière durant la traversée du Pont jeté au-dessus de la Géhenne (le Sirât).
29. Elle le préserve de la dureté du cœur (ou de l’abandon du Seigneur).
30. Elle lui permet d’entretenir les éloges qu’Allah réserve à l’auteur d’une telle prière et qu’Il communique aux occupants de la terre et des cieux. 
En priant sur le Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- en effet, le serviteur réclame au Très-Haut de lui réserver les éloges et les honneurs. 
Il méritait par conséquent de jouir relativement en retour de
                                        
* L’auteur de la recension de  Jalâ el Afhâm, Sheïkh  Mashhûr Hassan Salmân souligne ici qu’ibn el Qaïyam mentionne dans un autre ouvrage (el Wâbil e-Saïb), une raison supplémentaire de prier en l’honneur du Prophète (sur lui la paix). Cela permet en effet de sortir des ténèbres pour se rendre à la lumière (voir : Coran : Les coalisés ;43). ces éloges en sachant que la récompense est de même nature que les actes.

31. Elle lui rapporte la bénédiction dans ses œuvres, sa durée de vie, et ses différentes affaires. Comme il implore en effet la bénédiction en faveur du Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- et de sa famille, il méritait en retour d’être comblé de la même faveur en sachant que ses propres invocations en faveur du Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- sont automatiquement exaucées et que la récompense est de même nature que les actes.
32. Elle permet d’obtenir la Miséricorde divine qui peut prendre le sens de prière –selon une certaine tendance – bien que selon la meilleure tendance, la prière est un effet de la Miséricorde divine. Quoi qu’il en soit, dans les deux cas, il reçoit la cette Miséricorde.
33. Elle lui permet d’entretenir et d’augmenter les sentiments qu’il éprouve vis-à-vis du Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam-, en sachant que l’amour du Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- est un acte de foi incontournable. Plus l’ « être » est bien-aimé, plus ses qualités et ses caractéristiques attirantes sont évoquées et présentes à l’esprit et plus les sentiments à son égard augmentent. Son souvenir à l’ardeur grandissante anime et envahit tout le cœur. 
Lorsque ce sentiment n’est pas entretenu, il perd de son intensité. 
La chose la plus attirante à la vue, c’est de contempler son bien-aimé et la chose la plus attirante au cœur, c’est de se remémorer ses qualités. ce sentiment intense se manifeste à travers les paroles en faisant incessamment ses éloges.
34. Elle lui permet d’obtenir en retour l’amour du Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- de la même manière qu’elle permet d’entretenir l’amour du Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam-.
35. Elle est un moyen de le guider sur le bon chemin et de vivifier son cœur. Plus il prie sur lui -salla Allahou ‘alayhi wa salam- en effet, plus son cœur se remplit d’amour de sorte qu’il n’éprouve plus aucune réticence vis-à-vis de ses commandements et de ses enseignements qui
vont s’imprégner en lui comme l’encre s’imprègne sur une feuille.  Ils sont toujours présents avec lui et l’orientent constamment sur le chemin du savoir et du bonheur. Sa clairvoyance et son savoir ainsi accrus le pousseront à prier sur lui -salla Allahou ‘alayhi wa salamdavantage.
36. Toutes les fois qu’il prie sur le Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam-, son nom lui est transmis par les anges ; cet honneur suffit à lui-même !
37. Elle permet de lui raffermir le pas au moment de traverser le Sirât.
38. Prier sur le Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- est le moindre des droits que nous lui devons. C’est une façon de lui exprimer notre reconnaissance pour tous les bienfaits qu’Allah nous a procurés par son intermédiaire. Bien qu’il soit impossible de lui être pleinement
reconnaissant, dans Son infinie Générosité, Allah se contente de peu de la part de Ses serviteurs.
39. Cela implique d’évoquer le Seigneur et de Le remercier pour avoir envoyé un tel Prophète aux hommes. Cette prière implique notamment d’invoquer le Seigneur de récompenser Son Messager à sa juste valeur. Allah nous fait connaître à travers la Révélation Ses Noms et Attributs et Il nous guide sur le chemin qui mène à Son Agrément. 
Il nous fait connaître également quels agréments nous attendent une fois arrivés au bout de ce chemin et une fois parvenus à Sa rencontre. Ainsi, nous croyons à l’Existence de notre Seigneur, à Son Savoir, à son écoute, à Sa Puissance, à Sa Volonté, à Ses Attributs et à Sa Parole. 
Nous avons foi également aux enseignements du Prophète - salla Allahou ‘alayhi wa salam- qu’Il a envoyé et à qui nous vouons un amour parfait. Ce Prophète que nous aimons et à qui nous croyons
nous a fait découvrir ces différents fondements de la foi. 
Prier sur lui constitue donc l’une des œuvres les plus méritoires.
40. La prière sur le Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- est une forme d’invocation en sachant qu’il existe deux sortes d’invocations:
premièrement : le serviteur invoque en sa propre faveur et
deuxièmement : il fait les éloges de l’Ami proche et du Bien-Aimé d’Allah. Ainsi, pour plaire à Dieu, il privilégie de prier sur Son Messager -salla Allahou ‘alayhi wa salam- au dépend de prier pour lui-même. Il préfère plaire à Allah et à Son Messager et se sacrifier que de chercher à résoudre ses propres affaires. En récompense à celui
qui Le privilégie à Ses créatures et à ses propres besoins, Allah le privilégie à Ses autres créatures étant donné que la récompense est de même nature que les actes.
walhamdolilah  wassalato wassalam 3ala Rassoul Allah salla Allahou ‘alayhi wa salam.

Source : Jalâ el Afhâm fî Fadhl e-Salât wa e-Salâm ‘ala Mohammed khaïr elAnâm, page 612-626.
Tous ce qu'il faut savoir Sur la prière du vendredi

(Al-Chamael al-Mohammadiya) Les qualités sublimes du ProphèteMuhammad(صلَّى الله عليه وسلّم)


أربعون فائدة للصلاة على النبي ﷺ ذكرها الإمام ابن القيم:
(1) امتثال أمر الله.
(2) موافقة الله سبحانه وتعالى في الصلاة على النبي ﷺ وإن اختلفت الصلاتان.
(3) موافقة الملائكة فيها.
(4) الحصول على عشر صلوات من الله تعالى على المصلي مرة واحدة.
(5) يرفع العبد بها عشر درجات.
(6) يكتب له بها عشر حسنات.
(7) يمحى له بها عشر سيئات.
(8) أنها سبب في إجابة الدعاء.
(9) سبب حصول شفاعة المصطفى ﷺ .
(10)سبب لغفران الذنوب.
(11) سبب لكفاية الله سبحانه وتعالى العبد ما أهمّه.
(12) قُرب العبد من النبي ﷺ يوم القيامة.
(13) قيام الصلاة مقام الصدقة لذي العسرة.
(14) سبب لقضاء الحوائج.
(15) سبب لصلاة الله وملائكته عليه.
(16) سبب زكاة المصلي وطهارة له.
(17) سبب تبشير العبد بالجنة قبل موته.
(18) سبب النجاة من أهوال يوم القيامة.
(19) أنها سبب لتذكير العبد مانسيه
(20) سبب رد سلام النبي ﷺ على المصلي والمسلم عليه.
(21) سبب طيب المجلس فلا يعود حسرة على أهله يوم القيامة.
(22) سبب نفي الفقر.
(23) سبب نفي البخل عن العبد.
(24) سبب نجاته من الدعاء عليه برغم الأنف.
(25)سبب طريق الجنة،لأنها ترمي بصاحبها على طريق الجنة،وتخطئ بتاركها عن طريقها.
(26) النجاة من نتن المجلس الذي لا يذكر فيه الله ورسوله ﷺ
(27) سبب تمام الكلام في الخطب وغيرها.
(28) سبب وفور (كثرة)نور العبد على الصراط.
(29) سبب خروج العبد من الجفاء.
(30) سبب لإبقاء الله سبحانه وتعالى الثناء الحسن للمصلي عليه بين أهل السماء والأرض.
(31) سبب البركة على المصلي وعمله وعمره .
(32) سبب نيل رحمة الله تعالى.
(33) سبب دوام محبة المصلي للرسول ﷺ
(34) سبب دوام محبة الرسول ﷺ للمصلي عليه .
(35) سبب هداية العبد وحياة قلبه.
(36) سبب عرض اسم المصلي على النبي ﷺ
(37) سبب تثبيت القدم على الصراط.
(38) سبب أداء بعض حق المصطفى ﷺ
(39) أنها متضمنة لذكر الله وشكره تعالى.
(40) أنها دعاء لأنها سؤال الله عز وجل أن يثني على خليله وحبيبه ﷺ أو سؤال العبد لحوائجه ومهماته..
--------------------------
كتاب جلاء الأفهام في فضل الصلاة والسلام
على خير الأنام ﷺ لابن القيّم رحمه الله
لماذا وَصَّى الإسلام بصلاة الجماعة وفَرَض صلاةَ الجُمعة؟ : الشيخ محمد الغزالي

jeudi 9 juillet 2020

Que la "Prière" d’Allâh soit sur Son Prophète - paix et bénédictions sur lui اللهم صّلِّ وَسَلِّمْ عَلۓِ نَبِيْنَا مُحَمد ﷺ

بسم اللّٰه الرحمن الرحيم 
يَـٰٓأَيُّہَا ٱلَّذِينَ ءَامَنُوٓاْ إِذَا نُودِىَ لِلصَّلَوٰةِ مِن يَوۡمِ ٱلۡجُمُعَةِ فَٱسۡعَوۡاْ إِلَىٰ ذِكۡرِ ٱللَّهِ وَذَرُواْ ٱلۡبَيۡعَۚ ذَٲلِكُمۡ خَيۡرٌ۬ لَّكُمۡ إِن كُنتُمۡ تَعۡلَمُونَ (٩)

Versets à méditer: Puis quand viendra le grand cataclysme, ... آيات للتّدبُّر: فَإِذَا جَآءَتِ ٱلطَّآمَّةُ ٱلۡكُبۡرَىٰ


 فَإِذَا جَآءَتِ ٱلطَّآمَّةُ ٱلۡكُبۡرَىٰ (٣٤) يَوۡمَ يَتَذَكَّرُ ٱلۡإِنسَـٰنُ مَا سَعَىٰ (٣٥) وَبُرِّزَتِ ٱلۡجَحِيمُ لِمَن يَرَىٰ (٣٦) فَأَمَّا مَن طَغَىٰ (٣٧) وَءَاثَرَ ٱلۡحَيَوٰةَ ٱلدُّنۡيَا (٣٨) فَإِنَّ ٱلۡجَحِيمَ هِىَ ٱلۡمَأۡوَىٰ (٣٩) وَأَمَّا مَنۡ خَافَ مَقَامَ رَبِّهِۦ وَنَهَى ٱلنَّفۡسَ عَنِ ٱلۡهَوَىٰ (٤٠) فَإِنَّ ٱلۡجَنَّةَ هِىَ ٱلۡمَأۡوَىٰ (٤١) يَسۡـٴَـلُونَكَ عَنِ ٱلسَّاعَةِ أَيَّانَ مُرۡسَٮٰهَا (٤٢) فِيمَ أَنتَ مِن ذِكۡرَٮٰهَآ (٤٣) إِلَىٰ رَبِّكَ مُنتَہَٮٰهَآ (٤٤) إِنَّمَآ أَنتَ مُنذِرُ مَن يَخۡشَٮٰهَا (٤٥) كَأَنَّہُمۡ يَوۡمَ يَرَوۡنَہَا لَمۡ يَلۡبَثُوٓاْ إِلَّا عَشِيَّةً أَوۡ ضُحَٮٰهَا (٤٦)
 Puis quand viendra le grand cataclysme, (34) le jour où l’homme se rappellera à quoi il s’est efforcé, (35) l’Enfer sera pleinement visible à celui qui regardera... (36) Quant à celui qui aura dépassé les limites (37) et aura préféré la vie présente, (38) alors, l’Enfer sera son refuge... (39) Et pour celui qui aura redouté de comparaître devant son Seigneur, et préservé son âme de la passion, (40) le Paradis sera alors son refuge. (41) Ils t’interrogent au sujet de l’Heure: «Quand va-t-elle jeter l’ancre?» (42) Quelle [science] en as-tu pour le leur dire? (43) Son terme n’est connu que de ton Seigneur. (44) Tu n’es que l’avertisseur de celui qui la redoute. (45) Le jour où ils la verront, il leur semblera n’avoir demeuré qu’un soir ou un matin. (46)

mercredi 8 juillet 2020

Versets à méditer: «Seigneur! Ne fait pas dévier nos cœurs ... آيات للتّدبُّر: رَبَّنَا لَا تُزِغۡ قُلُوبَنَا


 رَبَّنَا لَا تُزِغۡ قُلُوبَنَا بَعۡدَ إِذۡ هَدَيۡتَنَا وَهَبۡ لَنَا مِن لَّدُنكَ رَحۡمَةًۚ إِنَّكَ أَنتَ ٱلۡوَهَّابُ (٨) رَبَّنَآ إِنَّكَ جَامِعُ ٱلنَّاسِ لِيَوۡمٍ۬ لَّا رَيۡبَ فِيهِۚ إِنَّ ٱللَّهَ لَا يُخۡلِفُ ٱلۡمِيعَادَ (٩) إِنَّ ٱلَّذِينَ كَفَرُواْ لَن تُغۡنِىَ عَنۡهُمۡ أَمۡوَٲلُهُمۡ وَلَآ أَوۡلَـٰدُهُم مِّنَ ٱللَّهِ شَيۡـًٔ۬اۖ وَأُوْلَـٰٓٮِٕكَ هُمۡ وَقُودُ ٱلنَّارِ (١٠) ڪَدَأۡبِ ءَالِ فِرۡعَوۡنَ وَٱلَّذِينَ مِن قَبۡلِهِمۡۚ كَذَّبُواْ بِـَٔايَـٰتِنَا فَأَخَذَهُمُ ٱللَّهُ بِذُنُوبِہِمۡۗ وَٱللَّهُ شَدِيدُ ٱلۡعِقَابِ (١١) قُل لِّلَّذِينَ كَفَرُواْ سَتُغۡلَبُونَ وَتُحۡشَرُونَ إِلَىٰ جَهَنَّمَۚ وَبِئۡسَ ٱلۡمِهَادُ (١٢)
 «Seigneur! Ne fait pas dévier nos cœurs après que Tu nous aies guidés; et accorde-nous Ta miséricorde. C’est Toi, certes, le Grand Donateur! (8) Seigneur! C’est Toi qui rassembleras les gens, un jour - en quoi il n’y a point de doute - Allah, vraiment, ne manque jamais à Sa promesse.» (9) Ceux qui ne croient pas, ni leurs biens ni leurs enfants ne les mettront aucunement à l’abri de la punition d’Allah. Ils seront du combustible pour le Feu, (10) comme les gens de Pharaon et ceux qui vécurent avant eux. Ils avaient traité de mensonges Nos preuves. Allah les saisit donc, pour leurs péchés. Et Allah est dur en punition. (11) Dis à ceux qui ne croient pas: «Vous serez vaincus bientôt; et vous serez rassemblés vers l’Enfer. Et quel mauvais endroit pour se reposer!» (12)

mardi 7 juillet 2020

Versets à méditer: Et accomplissez la Ṣalāt, ... آيات للتّدبُّر: وَأَقِيمُواْٱلصَّلَوٰةَ


 وَأَقِيمُواْ ٱلصَّلَوٰةَ وَءَاتُواْ ٱلزَّكَوٰةَ وَٱرۡكَعُواْ مَعَ ٱلرَّٲكِعِينَ (٤٣) ۞ أَتَأۡمُرُونَ ٱلنَّاسَ بِٱلۡبِرِّ وَتَنسَوۡنَ أَنفُسَكُمۡ وَأَنتُمۡ تَتۡلُونَ ٱلۡكِتَـٰبَۚ أَفَلَا تَعۡقِلُونَ (٤٤) وَٱسۡتَعِينُواْ بِٱلصَّبۡرِ وَٱلصَّلَوٰةِۚ وَإِنَّہَا لَكَبِيرَةٌ إِلَّا عَلَى ٱلۡخَـٰشِعِينَ (٤٥) ٱلَّذِينَ يَظُنُّونَ أَنَّہُم مُّلَـٰقُواْ رَبِّہِمۡ وَأَنَّهُمۡ إِلَيۡهِ رَٲجِعُونَ (٤٦)
Et accomplissez la Ṣalāt, et acquittez la Zakāt, et inclinez-vous avec ceux qui s’inclinent. (43) Commanderez-vous aux gens de faire le bien, et vous oubliez vous-mêmes de le faire, alors que vous récitez le Livre? Etes-vous donc dépourvus de raison? (44) Et cherchez secours dans l’endurance et la Ṣalāt: certes, la Ṣalāt est une lourde obligation, sauf pour les humbles, (45) qui ont la certitude de rencontrer leur Seigneur (après leur résurrection) et retourner à Lui seul. (46)

lundi 6 juillet 2020

Versets à méditer: Est-ce que celui qui était mort ... آيات للتّدبُّر:أَوَمَن كَانَ مَيۡتً۬ا


أَوَمَن كَانَ مَيۡتً۬ا فَأَحۡيَيۡنَـٰهُ وَجَعَلۡنَا لَهُ ۥ نُورً۬ا يَمۡشِى بِهِۦ فِى ٱلنَّاسِ كَمَن مَّثَلُهُ ۥ فِى ٱلظُّلُمَـٰتِ لَيۡسَ بِخَارِجٍ۬ مِّنۡہَاۚ كَذَٲلِكَ زُيِّنَ لِلۡكَـٰفِرِينَ مَا كَانُواْ يَعۡمَلُونَ (١٢٢) وَكَذَٲلِكَ جَعَلۡنَا فِى كُلِّ قَرۡيَةٍ أَڪَـٰبِرَ مُجۡرِمِيهَا لِيَمۡڪُرُواْ فِيهَاۖ وَمَا يَمۡڪُرُونَ إِلَّا بِأَنفُسِہِمۡ وَمَا يَشۡعُرُونَ (١٢٣) وَإِذَا جَآءَتۡهُمۡ ءَايَةٌ۬ قَالُواْ لَن نُّؤۡمِنَ حَتَّىٰ نُؤۡتَىٰ مِثۡلَ مَآ أُوتِىَ رُسُلُ ٱللَّهِۘ ٱللَّهُ أَعۡلَمُ حَيۡثُ يَجۡعَلُ رِسَالَتَهُ ۥۗ سَيُصِيبُ ٱلَّذِينَ أَجۡرَمُواْ صَغَارٌ عِندَ ٱللَّهِ وَعَذَابٌ۬ شَدِيدُۢ بِمَا كَانُواْ يَمۡكُرُونَ (١٢٤) فَمَن يُرِدِ ٱللَّهُ أَن يَهۡدِيَهُ ۥ يَشۡرَحۡ صَدۡرَهُ ۥ لِلۡإِسۡلَـٰمِۖ وَمَن يُرِدۡ أَن يُضِلَّهُ ۥ يَجۡعَلۡ صَدۡرَهُ ۥ ضَيِّقًا حَرَجً۬ا ڪَأَنَّمَا يَصَّعَّدُ فِى ٱلسَّمَآءِۚ ڪَذَٲلِكَ يَجۡعَلُ ٱللَّهُ ٱلرِّجۡسَ عَلَى ٱلَّذِينَ لَا يُؤۡمِنُونَ (١٢٥) وَهَـٰذَا صِرَٲطُ رَبِّكَ مُسۡتَقِيمً۬اۗ قَدۡ فَصَّلۡنَا ٱلۡأَيَـٰتِ لِقَوۡمٍ۬ يَذَّكَّرُونَ (١٢٦) ۞ لَهُمۡ دَارُ ٱلسَّلَـٰمِ عِندَ رَبِّہِمۡۖ وَهُوَ وَلِيُّهُم بِمَا كَانُواْ يَعۡمَلُونَ (١٢٧)
Est-ce que celui qui était mort et que Nous avons ramené à la vie et à qui Nous avons assigné une lumière grâce à laquelle il marche parmi les gens, est pareil à celui qui est dans les ténèbres sans pouvoir en sortir? Ainsi on a enjolivé aux mécréants ce qu’ils œuvrent. (122) Ainsi, Nous avons placé dans chaque cité de grands criminels qui y ourdissent des complots. Mais ils ne complotent que contre eux-mêmes et ils n’en sont pas conscients. (123) Et lorsqu’une preuve leur vient, ils disent: «Jamais nous ne croirons tant que nous n’aurons pas reçu un don semblable à celui qui a été donné aux messagers d’Allah». Allah sait mieux où placer Son message. Ceux qui ont commis le crime seront atteints d’un rapetissement auprès d’Allah ainsi que d’un supplice sévère pour les ruses qu’ils tramaient. (124) Et puis, quiconque Allah veut guider, Il lui ouvre la poitrine à l’Islam. Et quiconque Il veut égarer, Il rend sa poitrine étroite et gênée, comme s’il s’efforçait de monter au ciel. Ainsi Allah inflige Sa punition à ceux qui ne croient pas. (125) Telle est la voie de ton Seigneur dans toute sa rectitude. Nous avons [effectivement] bien détaillé les signes (ou versets) à des gens qui se rappellent. (126) Pour eux la maison du Salut auprès de leur Seigneur. Et c’est Lui qui est leur protecteur, pour ce qu’ils faisaient (sur terre). (127) 

dimanche 5 juillet 2020

Versets à méditer: Voilà Allah, votre Seigneur! ... آيات للتّدبُّر: ذَٲلِڪُمُ ٱللَّهُ رَبُّكُمۡۖ


ذَٲلِڪُمُ ٱللَّهُ رَبُّكُمۡۖ لَآ إِلَـٰهَ إِلَّا هُوَۖ خَـٰلِقُ ڪُلِّ شَىۡءٍ۬ فَٱعۡبُدُوهُۚ وَهُوَ عَلَىٰ كُلِّ شَىۡءٍ۬ وَڪِيلٌ۬ (١٠٢) لَّا تُدۡرِڪُهُ ٱلۡأَبۡصَـٰرُ وَهُوَ يُدۡرِكُ ٱلۡأَبۡصَـٰرَۖ وَهُوَ ٱللَّطِيفُ ٱلۡخَبِيرُ (١٠٣) قَدۡ جَآءَكُم بَصَآٮِٕرُ مِن رَّبِّكُمۡۖ فَمَنۡ أَبۡصَرَ فَلِنَفۡسِهِۦۖ وَمَنۡ عَمِىَ فَعَلَيۡهَاۚ وَمَآ أَنَا۟ عَلَيۡكُم بِحَفِيظٍ۬ (١٠٤) وَكَذَٲلِكَ نُصَرِّفُ ٱلۡأَيَـٰتِ وَلِيَقُولُواْ دَرَسۡتَ وَلِنُبَيِّنَهُ ۥ لِقَوۡمٍ۬ يَعۡلَمُونَ (١٠٥) ٱتَّبِعۡ مَآ أُوحِىَ إِلَيۡكَ مِن رَّبِّكَۖ لَآ إِلَـٰهَ إِلَّا هُوَۖ وَأَعۡرِضۡ عَنِ ٱلۡمُشۡرِكِينَ (١٠٦)
Voilà Allah, votre Seigneur! Il n’y a de divinité que Lui, Créateur de tout. Adorez-Le donc. C’est Lui qui a charge de tout. (102) Les regards ne peuvent l’atteindre, cependant qu’Il saisit tous les regards. Et Il est le Doux, le Parfaitement Connaisseur. (103) Certes, il vous est parvenu des preuves évidentes, de la part de votre Seigneur. Donc, quiconque voit clair, c’est en sa faveur; et quiconque reste aveugle, c’est à son détriment, car je ne suis nullement chargé de votre sauvegarde. (104) C’est ainsi que Nous expliquons les versets. Et afin qu’ils disent: «Tu as étudié». Et afin de l’exposer clairement à des gens qui savent. (105)

samedi 4 juillet 2020

Versets à méditer: J’écarterai de Mes signes ceux ... آيات للتّدبُّر:سَأَصۡرِفُ عَنۡ ءَايَـٰتِىَ


سَأَصۡرِفُ عَنۡ ءَايَـٰتِىَ ٱلَّذِينَ يَتَكَبَّرُونَ فِى ٱلۡأَرۡضِ بِغَيۡرِ ٱلۡحَقِّ وَإِن يَرَوۡاْ ڪُلَّ ءَايَةٍ۬ لَّا يُؤۡمِنُواْ بِہَا وَإِن يَرَوۡاْ سَبِيلَ ٱلرُّشۡدِ لَا يَتَّخِذُوهُ سَبِيلاً۬ وَإِن يَرَوۡاْ سَبِيلَ ٱلۡغَىِّ يَتَّخِذُوهُ سَبِيلاً۬ۚ ذَٲلِكَ بِأَنَّہُمۡ كَذَّبُواْ بِـَٔايَـٰتِنَا وَكَانُواْ عَنۡہَا غَـٰفِلِينَ (١٤٦) وَٱلَّذِينَ كَذَّبُواْ بِـَٔايَـٰتِنَا وَلِقَآءِ ٱلۡأَخِرَةِ حَبِطَتۡ أَعۡمَـٰلُهُمۡۚ هَلۡ يُجۡزَوۡنَ إِلَّا مَا كَانُواْ يَعۡمَلُونَ (١٤٧)
J’écarterai de Mes signes ceux qui, sans raison, s’enflent d’orgueil sur terre. Même s’ils voyaient tous les miracles, ils n’y croiraient pas. Et s’ils voient le bon sentier, ils ne le prennent pas comme sentier. Mais s’ils voient le sentier de l’erreur, ils le prennent comme sentier. C’est qu’en vérité ils traitent de mensonges Nos preuves et ils ne leur accordaient aucune attention. (146) Et ceux qui traitent de mensonges Nos preuves ainsi que la rencontre de l’au-delà, leurs œuvres sont vaines. Seraient-ils rétribués autrement que selon leurs œuvres?» (147)

vendredi 3 juillet 2020

Versets à méditer: Endure donc, car la promesse d’Allah est vérité, ...آيات للتّدبُّر: فَٱصۡبِرۡ إِنَّ وَعۡدَ ٱللَّهِ حَقٌّ۬


فَٱصۡبِرۡ إِنَّ وَعۡدَ ٱللَّهِ حَقٌّ۬ وَٱسۡتَغۡفِرۡ لِذَنۢبِكَ وَسَبِّحۡ بِحَمۡدِ رَبِّكَ بِٱلۡعَشِىِّ وَٱلۡإِبۡڪَـٰرِ (٥٥) إِنَّ ٱلَّذِينَ يُجَـٰدِلُونَ فِىٓ ءَايَـٰتِ ٱللَّهِ بِغَيۡرِ سُلۡطَـٰنٍ أَتَٮٰهُمۡۙ إِن فِى صُدُورِهِمۡ إِلَّا ڪِبۡرٌ۬ مَّا هُم بِبَـٰلِغِيهِۚ فَٱسۡتَعِذۡ بِٱللَّهِۖ إِنَّهُ ۥ هُوَ ٱلسَّمِيعُ ٱلۡبَصِيرُ (٥٦) لَخَلۡقُ ٱلسَّمَـٰوَٲتِ وَٱلۡأَرۡضِ أَڪۡبَرُ مِنۡ خَلۡقِ ٱلنَّاسِ وَلَـٰكِنَّ أَڪۡثَرَ ٱلنَّاسِ لَا يَعۡلَمُونَ (٥٧) وَمَا يَسۡتَوِى ٱلۡأَعۡمَىٰ وَٱلۡبَصِيرُ وَٱلَّذِينَ ءَامَنُواْ وَعَمِلُواْ ٱلصَّـٰلِحَـٰتِ وَلَا ٱلۡمُسِىٓءُۚ قَلِيلاً۬ مَّا تَتَذَكَّرُونَ (٥٨) إِنَّ ٱلسَّاعَةَ لَأَتِيَةٌ۬ لَّا رَيۡبَ فِيهَا وَلَـٰكِنَّ أَڪۡثَرَ ٱلنَّاسِ لَا يُؤۡمِنُونَ (٥٩) وَقَالَ رَبُّڪُمُ ٱدۡعُونِىٓ أَسۡتَجِبۡ لَكُمۡۚ إِنَّ ٱلَّذِينَ يَسۡتَكۡبِرُونَ عَنۡ عِبَادَتِى سَيَدۡخُلُونَ جَهَنَّمَ دَاخِرِينَ (٦٠) 
 Endure donc, car la promesse d’Allah est vérité, implore le pardon pour ton péché et célèbre la gloire et la louange de ton Seigneur, soir et matin. (55) Ceux qui discutent sur les versets d’Allah sans qu’aucune preuve ne leur soit venue, n’ont dans leurs poitrines qu’orgueil. Ils n’atteindront pas leur but. Implore donc la protection d’Allah, car c’est Lui l’Audient, le Clairvoyant. (56) La création des cieux et de la terre est quelque chose de plus grand que la création des gens. Mais la plupart des gens ne savent pas. (57) L’aveugle et le voyant ne sont pas égaux, et ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres ne peuvent être comparés à celui qui fait le mal. C’est rare que vous vous rappeliez! (58) En vérité; L’Heure va arriver: pas de doute là-dessus; mais la plupart des gens n’y croient pas. (59) Et votre Seigneur dit: «Appelez-Moi, Je vous répondrai. Ceux qui, par orgueil, se refusent à M’adorer entreront bientôt dans l’Enfer, humiliés». (60)

jeudi 2 juillet 2020

Versets à méditer: Quiconque, mâle ou femelle, ... آيات للتّدبُّر: مَنۡ عَمِلَ صَـٰلِحً۬ا


مَنۡ عَمِلَ صَـٰلِحً۬ا مِّن ذَڪَرٍ أَوۡ أُنثَىٰ وَهُوَ مُؤۡمِنٌ۬ فَلَنُحۡيِيَنَّهُ ۥ حَيَوٰةً۬ طَيِّبَةً۬ۖ وَلَنَجۡزِيَنَّهُمۡ أَجۡرَهُم بِأَحۡسَنِ مَا ڪَانُواْ يَعۡمَلُونَ (٩٧) فَإِذَا قَرَأۡتَ ٱلۡقُرۡءَانَ فَٱسۡتَعِذۡ بِٱللَّهِ مِنَ ٱلشَّيۡطَـٰنِ ٱلرَّجِيمِ (٩٨) إِنَّهُ ۥ لَيۡسَ لَهُ ۥ سُلۡطَـٰنٌ عَلَى ٱلَّذِينَ ءَامَنُواْ وَعَلَىٰ رَبِّهِمۡ يَتَوَڪَّلُونَ (٩٩) إِنَّمَا سُلۡطَـٰنُهُ ۥ عَلَى ٱلَّذِينَ يَتَوَلَّوۡنَهُ ۥ وَٱلَّذِينَ هُم بِهِۦ مُشۡرِكُونَ (١٠٠) وَإِذَا بَدَّلۡنَآ ءَايَةً۬ مَّڪَانَ ءَايَةٍ۬ۙ وَٱللَّهُ أَعۡلَمُ بِمَا يُنَزِّلُ قَالُوٓاْ إِنَّمَآ أَنتَ مُفۡتَرِۭۚ بَلۡ أَكۡثَرُهُمۡ لَا يَعۡلَمُونَ (١٠١) قُلۡ نَزَّلَهُ ۥ رُوحُ ٱلۡقُدُسِ مِن رَّبِّكَ بِٱلۡحَقِّ لِيُثَبِّتَ ٱلَّذِينَ ءَامَنُواْ وَهُدً۬ى وَبُشۡرَىٰ لِلۡمُسۡلِمِينَ (١٠٢)
 Quiconque, mâle ou femelle, fait une bonne œuvre tout en étant croyant, Nous lui ferons vivre une bonne vie. Et Nous les récompenserons, certes, en fonction des meilleures de leurs actions. (97) Lorsque tu lis le Coran, demande la protection d’Allah contre le Diable banni. (98) Il n’a aucun pouvoir sur ceux qui croient et qui placent leur confiance en leur Seigneur. (99) Il n’a de pouvoir que sur ceux qui le prennent pour allié et qui deviennent associateurs à cause de lui.' (100) Quand Nous remplaçons un verset par un autre - et Allah sait mieux ce qu’Il fait descendre - ils disent: «Tu n’es qu’un menteur». Mais la plupart d’entre eux ne savent pas. (101) Dis: «C’est le Saint Esprit [Gabriel] qui l’a fait descendre de la part de ton Seigneur en toute vérité, afin de raffermir [la foi] de ceux qui croient, ainsi qu’un guide et une bonne annonce pour les Musulmans.» (102)

mercredi 1 juillet 2020

(Al-Chamael al-Mohammadiya) Les qualités sublimes du ProphèteMuhammad(صلَّى الله عليه وسلّم) Par l’Imâm at-Tirmidhî




(Al-Chamael al-Mohammadiya)
                                            
Le train de vie du Prophète Muhammad(صلَّى الله عليه وسلّم)
بسم الله الرحمن الرحيم
  • -D'après Mohammad Ibn Sîrîn -qu’Allâh lui fasse Miséricorde-: 
  • « Nous étions chez Abou Houreyra -qu’Allâh l’agrée-
  • il portait deux vêtements en lin, teints à l’argile rouge.  
  • Il se moucha dans l'un des deux et dit : « Vous vous rendez compte ! » 
  • Abou Houreyra se mouche dans du lin ! 
  • Il m'arrivait autrefois de tomber évanoui 
  • entre le minbar du Messager d’Allâh (صلَّى الله عليه وسلّم)  
  • et l’appartement de ‘Aicha -qu’Allâh l’agrée-
  • quelqu'un venait alors mettre son pied sur mon cou, 
  • en s'imaginant que j'étais pris d'un accès de folie. 
  • Or, ce n'était guère la folie, mais seulement la faim ! »
-Mâlik Ibn Dinar -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a rapporté :
« L'Envoyé d’Allâh(صلَّى الله عليه وسلّم) ne s'est guère rassasié de pain ni de viande, 
sauf lorsqu'il en mangeait avec de nombreuses personnes (‘ala dafaf). »

Mâlik Ibn Dinar ajoute:
« J'ai demandé à un homme parmi les bédouins ce qu'était dafaf. 
Il répondit : « Cela signifie de prendre son repas avec les gens. ». »
-D'après Simâk ben Harb -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- : 
« J'ai entendu al-No‘mân Ibn Bachîr -qu’Allâh l’agrée- dire : 
« N'avez-vous donc pas de nourriture et de boisson comme vous en voulez ? 
J'ai vu votre Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) alors qu'il ne trouvait point 
comme dattes dures de quoi remplir son ventre ! »

-‘Aicha -qu’Allâh l’agrée- a dit :
« Nous restions, la Famille de Mohammad(صلَّى الله عليه وسلّم)
un mois sans allumer un feu. Il n'y avait que des dattes et de l'eau. »
-Abou Talha -qu’Allâh l’agrée- a relaté :
« Nous nous plaignîmes de la faim auprès du 
Messager(صلَّى الله عليه وسلّم) d’Allah et chacun montra qu'il mettait contre son ventre une pierre. 
Le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) montra alors deux pierres qu'il avait sur le ventre. »
Commentaire de l’Imâm [Tirmidhî]:
Ce hadith est de caractère" singulier"(gharîb) [1], au niveau d'Abou Talha.
Nous ne le connaissons que par cette voie. Le sens de ses termes:
"chacun montra qu'il mettait contre son ventre une pierre ",
est qu'ils serraient une pierre à leur ventre du fait de l'effort et de
la faiblesse qu'ils enduraient, en raison de la faim.
Source : Al-Chamael al-Mohammadiya

-D'après Abou Houreyra -qu’Allâh l’agrée- :
« Le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) sortit à une heure où il n'avait pas l'habitude 
de sortir[2] et où personne ne venait le trouver.
Or, Abou Bakr -qu’Allâh l’agrée- arriva à sa rencontre et il  lui dit : 
« Qu'est-ce qui t'a fait venir, ô Abou Bakr ? »
« Je suis sorti en comptant trouver le Messager d’Allah
(صلَّى الله عليه وسلّم)

regarder son visage et le saluer. »
Peu après lui, vint ‘Omar -qu’Allâh l’agrée-.
Il lui demanda aussi : « Qu'est-ce qui t'a fait venir, ô ‘Omar ? »
« La faim, ô Messager d’Allah ! »
Moi aussi dit le Prophète
(صلَّى الله عليه وسلّم) , j'ai ressenti une part de cela. 

Ils allèrent alors vers le domicile d'Abou al-Haytham ben al-Tayhân l'Ançarite. 
C'était un homme qui possédait de nombreux dattiers et beaucoup de bétail, 
mais qui n'avait pas de serviteurs ; c'est pourquoi, ils ne le trouvèrent pas.
Ils demandèrent à sa femme : « Où est ton compagnon ? »
« Il est parti nous chercher de l'eau douce. »
Ils n'attendirent guère longtemps qu'Abou al-Haytham arriva avec 

une outre dont le poids le faisait tituber. 
Il la posa, puis vint serrer le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) entre ses bras, en disant :
« Que mon père et ma mère soient ta rançon ! »
Puis, il les emmena dans son clos, étendit pour eux un tapis sur le sol et se 

dirigea vers un palmier dont il cueillit un régime 
de dattes qu'il déposa devant eux.Le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) dit alors :
«Pourquoi n'as-tu point choisi parmi ceux qui sont tous mûrs?»
J'ai voulu, ô Messager d’Allah, que vous choisissiez vous-mêmes entre 
les dattes mûres et celles qui le sont moins. 
Ils mangèrent alors et burent de l'eau dont nous avons parlé; 
le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) dit ensuite : 
« Cela, par Celui qui détient mon âme en Sa Main, fait partie des bienfaits 
dont vous serez interrogés, le jour de la Résurrection ; 
ombre rafraîchissante, dattes excellentes et eau fraiche ! »
Abou al-Haytham alla ensuite leur préparer un repas.
Le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) dit alors : « N'égorge point de bête laitière pour nous ! »
Il immola alors une chevrette ou un chevreau à leur intention, 

puis vint avec par la suite, et ils mangèrent. Après quoi, 
le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) lui demanda : « As-tu un serviteur ? »
« Non » répondit-il.
Lorsque des captifs nous seront amenés, viens nous trouver, 
ajouta le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) ...
Après cela, on amena deux captifs au Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم)  
et Abou al-Haytham vint le voir.
Le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) lui dit alors : « Choisis entre eux deux ! »
« Ô Envoyé d’Allah ! Choisis pour moi. »
« Celui à qui on demande conseil doit être digne de la confiance mise en lui. 
Prends celui-là ! » Je l'ai vu faire la prière. Traite-le de manière convenable.
Abou al-Haytham alla trouver son épouse et la mit au courant 
des propos du Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم)
Elle lui dit alors : « Tu ne parviendras à appliquer vraiment ce que le 
Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) a dit à son sujet que si tu l'affranchis. »
« Qu'il soit affranchi! dit alors Abou al-Haytham. »
Le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) dit alors : « Allah n'a suscité de prophète ou 
de souverain sans qu'ils n'aient deux sortes d'entourage. 
Un entourage qui leur recommande le bien et leur interdit le mal et un 
entourage qui ne manque pas de vouloir les corrompre. 
Celui qui est préservé de l'entourage pernicieux, celui là aura été sauvegardé. ». »
-Qays Ibn Hâzem a relaté qu'il entendit Sa‘d Ibn Abi Waqqâç -qu’Allâh l’agrée- dire :
« Je suis le premier homme à avoir fait couler du sang dans la voie de Allah[3]
le premier homme à avoir tiré une flèche dans la voie de Dieu. 
Or, il m'arrivait d'être en expédition avec un groupe de Compagnons de 
Mohamed(صلَّى الله عليه وسلّم) et nous ne mangions alors que des feuilles d'arbre et 
des gousses d'acacia, au point que les commissures de nos lèvres devenaient 
ulcéreuses et que les selles de certains d'entre nous ressemblaient 
à ce qu'expulsent le mouton et le chameau. 
Et maintenant, les Banou Asad me font des remontrances sur ma religion, auquel 
cas (s'ils disaient vrai) ce serait mon malheur, ma perte et la ruine de mes actes[4]»
-D'après ‘Amrou Ibn ‘Ysa al-iAdun -qu’Allâh l’agrée- : 
« J'ai entendu Khâled ben ‘Omeyr et Chouweys Abou Raqqâd -qu’Allâh l’agrée
 relater : « ‘Omar ben al-Khattab -qu’Allâh l’agrée- envoya en mission 
‘Otba Ibn Ghazwân -qu’Allâh l’agrée- et lui dit :
« Cheminez, toi et ceux qui sont avec toi, jusqu'à ce que vous atteigniez l'extrémité
de la terre des Arabes et la région la plus proche du pays non arabe ... »
Ils se mirent donc en route jusqu'à ce qu'ils parvinrent à al-Mirbad où 
ils remarquèrent comme de la roche tendre et blanche ; ils se dirent alors : 
« Qu'est-ce donc que cela ? »
« De la roche gypseuse (al-baçra)[5] » dirent certains.
Puis ils poursuivirent leur chemin jusqu'à proximité du Petit pont.
« Voilà le lieu qui vous a été stipulé ! » affirmèrent-ils. Et ils y descendirent alors ...
L’Imâm at-Tirmidhî dit :«Ceux qui l'ont rapporté ont mentionné ensuite toutes les circonstances de ce récit...»[6]
...‘Otba Ibn Ghazwân -qu’Allâh l’agrée- dit : « Alors que je fus le septième à suivre 
le Prophète d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) , il arrivait que nous n'avions à manger que des 
feuilles d'arbres, au point que les commissures de nos lèvres devenaient ulcéreuses. 
Il m'arriva aussi de trouver une pèlerine (bourda) 
que je décidai de partager en deux avec Sa‘d (Ibn Abî Waqqâç).
Aujourd'hui, il n'y a pas un seul d'entre nous sept qui ne 
soit gouverneur d'une province. 
Plus tard, vous pourrez voir comment agiront les autres gouverneurs. »

-Anas -qu’Allâh l’agrée- a relaté : « L'Envoyé d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) a dit : 
« Dans la voie d’Allah, j'ai été inquiété pendant que personne ne l'était et subi 
des torts pendant que nul n'en subissait. J'ai connu trente jours consécutifs 
pendant lesquels ni moi ni Bilal -qu’Allâh l’agrée- n'avions à 
manger ce dont se nourrit 
une créature ayant un foie, sauf une quantité (si petite) 
que l'aisselle de Bilal -qu’Allâh l’agrée- aurait pu cacher. »

-D'après Anas Ibn Mâlik -qu’Allâh l’agrée-,
il ne s'est pas trouvé chez le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) de déjeuner ou de dîner où le pain et
la viande furent réunis, sauf lorsqu'il y avait de nombreux convives (‘ala dafaf).
Commentaire de l’Imâm:
‘Abdallah (Ibn ‘Abd al-Rabmân al-Dârimî) note (à propos de ‘ala dafaf) :
« On l'explique par la présence de nombreuses personnes au repas. »
Source : Al-Chamael al-Mohammadiya

-Nawfal Ibn lyas al-Hodbali -qu’Allâh l’agrée- a déclaré :
« On s'asseyait souvent en présence de ‘Abd al-Rahmân Ibn ‘Awf 
et quelle belle compagnie que la sienne !
Un jour qu'il nous emmena chez lui, nous entrâmes donc et lui à notre suite. 
Il alla se laver puis revint. On nous apporta un grand plat contenant du pain et de la viande. Lorsqu'il fut posé, ‘Abd al-Rahmân pleura.
Je lui demandai : « Ô Abou Mohammad ! Qu'est-ce qui te fait pleurer ? »
« Le Messager de Dieu
(صلَّى الله عليه وسلّم) est mort, répondit-il, 

alors que ni lui ni les gens de sa Maison ne se rassasièrent de pain d'orge. 
Je ne pense donc pas qu'on nous ait laissés encore 
(après eux) pour ce qui est préférable pour nous. ». »

Le bon caractère du Prophète Mohamed(صلَّى الله عليه وسلّم)
D'après Kbârija, fils de Zeyd ben Thâbet -qu’Allâh les agrée-
des hommes entrèrent chez Zeyd ben Thâbet -qu’Allâh l’agrée- et lui Dirent :
« Parle-nous de hadiths de l'Envoyé d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) .
« De quel hadith pourrais-je vous parler ? J'étais son voisin. 
Lorsque la Révélation descendait sur lui, 
il me faisait appeler et j'écrivais celle-ci
Lorsque nous évoquions le bas-monde, il l'évoquait avec nous. 
Lorsque nous évoquions la vie dernière, il l'évoquait avec nous. 
Lorsque nous parlions de nourriture, il en parlait avec nous. 
Tout cela peut vous donner une idée sur le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) »

‘Amrou ben al-‘Aç -qu’Allâh l’agrée- a dit :
« L'Envoyé d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) lorsqu'il s'exprimait, adressait son regard 
et ses paroles aux moins méritants, afin de les amadouer. 
Ainsi[7], il tournait sa face vers moi, en même temps qu'il s'exprimait, 
au point que je pensai que j'étais le meilleur de tous, 
et j'en vins à lui demander :
« Messager d’Allah ! Qui est meilleur, moi ou Abou Bakr ?
« Abou Bakr -qu’Allâh l’agrée- » répondit-il(صلَّى الله عليه وسلّم) .
« Messager d’Allah ! Qui est meilleur, moi ou ‘Omar ? »
« ‘Omar -qu’Allâh l’agrée-. »
« Messager d’Allah ! Qui est meilleur, moi ou ‘Othmân ?
« ‘Othmân -qu’Allâh l’agrée-. »
Après avoir ainsi interrogé le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم)  
qui me répondit avec cette franchise, 
je souhaitais ne pas lui avoir demandé cela. »

Anas Ibn Mâlik[8] -qu’Allâh l’agrée- a dit :
« J'ai servi le Prophète d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) pendant dix ans. 
Il ne m'a guère dit une seule fois" fi " ("ouf"), ni m'a dit d'une chose que je fis, 
pourquoi l'as-tu faite, ni d'une chose que je délaissai, pourquoi l'as-tu délaissée. 
Le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) était de ceux qui avaient le meilleur caractère. 
Je n'ai guère touché de martre (khazz)[9] ni de soie ni autre chose plus douce 
que la main du Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم)
Je n'ai guère senti de musc ni d'autre parfum plus agréable 
que la sueur du Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) »

D'après Anas Ibn Mâlik -qu’Allâh l’agrée- : 
« Il y avait en présence de l'Envoyé d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) un homme ayant 
sur lui une trace jaune (de safran). 
Or, le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) n'osait pas s'adresser à une personne 
par ce qui pouvait la contrarier. 
Ainsi, lorsque cet homme se leva et partit, il dit à ceux qui étaient présents : 
"Si seulement vous lui disiez de délaisser le jaune (du safran)[10]. ". »

D'après ‘Aïcha -qu’Allâh l’agrée- : 
« Le Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) n'était ni grossier de caractère 
ni se rendait grossier, et n'était point crieur dans les souks. 
Il ne rendait pas la mauvaise action par une mauvaise, 
mais pardonnait et effaçait. »

‘Aïcha -qu’Allâh l’agrée- a de même relaté :
« L'Envoyé d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) n'a rien frappé de sa main, sauf 
lorsqu'il faisait le djihad dans la voie de Dieu. 
Il n'a jamais frappé un serviteur ou une femme. »

D'après ‘Aïcha -qu’Allâh l’agrée- :
« Je n'ai jamais vu le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) essayer d'avoir gain 
de cause pour ce qui est d'une injustice le touchant, tant que les 
interdits de Dieu n'étaient en rien violés. 
Mais si on portait atteinte à ceux-ci, il se montrait le plus irrité 
vis-à-vis de cela. Il ne lui à point été donné de choisir entre 
deux choses qu'il n'ait choisi la plus facile, 
tant que celle-ci n'était point un péché. »

‘Aïcha -qu’Allâh l’agrée- a déclaré :
« Un homme demanda à entrer auprès de l'Envoyé 
d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم)   alors que je me trouvais chez lui.
Il dit alors : « Quel mauvais fils, ou quel mauvais frère, pour les siens ! »
Suite à quoi, il l'autorisa à entrer et lui tint des propos bienveillants.
Lorsque l'homme sortit, je demandai : 
« Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) ! Tu as dit ce que tu as dit [sur cet homme], 
puis tu lui as tenu des propos bienveillants. »
Il  répondit (صلَّى الله عليه وسلّم) : « ‘Aicha, la personne la plus néfaste est celle 
que les gens évitent, ou dont ils s'écartent, de crainte de sa grossièreté. ». »

D'après al-Hasan Ibn ‘Ali -qu’Allâh l’agrée- :
« Al-Houseyn (mon frère) Ibn ‘Ali -qu’Allâh les agrée- a dit: 
« J'ai demandé à mon père quelle était la conduite du Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم)  
avec ceux qui s'asseyaient avec lui. »
Il -qu’Allâh l’agrée- répondit : 
« Le Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) était toujours souriant, 
de nature accommodante et était bienveillant. 
Il n'était ni rustre, ni dur, ni crieur, ni grossier, ni dénigreur, ni difficile. 
Il ne prêtait guère attention à ce qui n'avait pas d'intérêt. 
On ne désespérait pas de lui et il ne décevait pas.
Il y a trois choses dont il s'abstenait: 
la contradiction, l'excès[11] et ce qui ne le regardait pas. 
Il s'est abstenu de même de trois choses, pour ce qui concerne les gens : 
il ne critiquait ni dénigrait personne ; il ne cherchait à dévoiler 
l'intimité de personne ; il ne parlait que pour ce 
dont on espère une rétribution divine.
Lorsqu'il parlait, les assistants restaient totalement silencieux ; 

on aurait dit que les oiseaux étaient sur leurs têtes. 
Lorsqu'il se taisait, ils parlaient alors. 
Ils ne s'opposaient jamais en sa présence. 
Quand l'un d'entre eux s'exprimait, 
ils restaient silencieux jusqu'à ce qu'il termine. 
Leur propos auprès de lui restait (attractif) 
comme celui du premier d'entre eux à avoir parler.
Il riait en même temps que leur rire et s'étonnait 

en même temps que leur étonnement. 
Il prenait patience avec les étrangers lorsque leur langage et leurs demandes 
semblaient rudes, et ses Compagnons les faisaient venir.[12]
Il  disait(صلَّى الله عليه وسلّم); « Lorsque vous voyez quelqu'un demander à 
ce qu'on réponde à sa nécessité, assistez-le ! »
Il n'acceptait d'éloge que de quelqu'un qui marquait 
ainsi un geste réciproque au sien. 
Il ne coupait la parole à personne, sauf en cas de transgression où 
il l'interrompait alors en l'interdisant ou en se levant. »

D'après Mohammad Ibn al-Mounkader -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- :
« J'ai entendu Jâber Ibn ‘Abdallah -qu’Allâh l’agrée- dire ; - On n'a guère demandé 
quelque chose à l'Envoyé d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) où il ait répondu par «  non ». »

Ibn ‘Abbas -qu’Allâh l’agrée- a dit :
« Le Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) était le plus généreux en bienfaits. 
C'est durant le mois de ramadan, jusqu'à son terme, qu'il l'était le plus. 
Gabriel venait alors le trouver et lui faisait réviser le Coran, 
et lorsque Gabriel le rencontrait, 
le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) était plus généreux que le vent bénéfique. »

Anas Ibn Mâlik -qu’Allâh l’agrée- a relaté :
« Le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) ne mettait rien en réserve pour le lendemain. »

D'après ‘Omar Ibn al-Khattab -qu’Allâh l’agrée- :
« Un homme vint trouver le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم)  
et lui demanda de lui donner quelque chose.
Il  lui répondit (صلَّى الله عليه وسلّم)
« Je n'ai rien, mais cependant, achète sur mon compte et 
lorsque des ressources me parviendront, je réglerai. »
‘Omar dit ; « Messager d’Allah ! Tu lui as déjà donné. 

Allah ne t'a guère chargé de ce qui n'est pas dans ta possibilité. »
Le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) n'apprécia pas les propos de ‘Omar. 

Un homme des Ançar dit alors ; - Envoyé d’Allah ! 
Fais généreuse dépense et ne crains pas de pauvreté, 
eu égard au Seigneur du Trône!
Le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) sourit et on pouvait voir le contentement 

sur son visage, suite aux paroles de l'Ançarite.
Puis il  dit (صلَّى الله عليه وسلّم) : « C'est ainsi qu'on m'a commandé d'agir ! ». »

D'après ‘Aicha -qu’Allâh l’agrée-, le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) 
  acceptait les cadeaux et les rétribuait.

Les traits physiques du Messager de Dieu(صلَّى الله عليه وسلّم)
Abou Rajâ’ Qoteyba Ibn Sa‘ïd -qu’Allâh lui fasse Miséricorde-
nous a tenu le propos d'après Mâlik Ibn Anas (qui le tient)
-qu’Allâh lui fasse Miséricorde- d'après Rabi ‘a Ibn ‘Abd Ar-Rahmân -qu’Allâh lui fasse Miséricorde-, d'après Anas Ibn Mâlik -qu’Allâh l’agrée- qui a dit :
« Le Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) n'était ni sensiblement grand ni petit. 
Son teint n'était ni très blanc ni très brun. Ses cheveux n'étaient ni crépus ni raides. 
Allah le Très-Haut l'envoya comme prophète lorsqu'il eut quarante ans. 
Depuis, il demeura dix ans à la Mecque et dix ans à Médine. 
Allah  le rappela à Lui lorsqu'il eut soixante ans ; 
il n'y avait pas alors dans ses cheveux et sa barbe vingt poils blancs. »

Anas Ibn Mâlik -qu’Allâh l’agrée- relate de même :
« L'Envoyé d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) était de taille moyenne, ni très grand ni petit. 
Il avait un beau physique. Ses cheveux n'étaient ni frisés ni raides. 
Il était brun. Sa démarche était dynamique. »

D'après al-Barrâ’ Ibn ‘Âzeb -qu’Allâh l’agrée- :
« Le Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) était de taille moyenne. 
Ses épaules étaient larges. 
Sa chevelure abondante lui arrivait sous la nuque et jusqu'au lobe des oreilles. 
Il porta une houlla[13]  de couleur rouge ; je n'ai guère vu plus beau que lui. »

Al-Barrâ’ Ibn ‘Âzeb -qu’Allâh l’agrée- a relaté de même :
« Je n'ai pas vu un homme aux cheveux couvrant la nuque porter 
une houlla rouge, plus beau que le Prophète d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم)
ses cheveux retombaient sur ses épaules, 
sa taille n'était ni courte ni longue. »


‘Ali Ibn Abi Tâlib -qu’Allâh l’agrée- a dit :
« Le Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) n'était ni très grand ni petit. 
Ses mains et ses pieds étaient fermes (chathan)[14]
Sa tête et ses membres étaient grands, ses poils entre la poitrine 
et le nombril formaient une longue ligne. 
Sa démarche tendait vers l'avant par son dynamisme ; 
on aurait dit qu'il dévalait une pente. 
Je n'ai guère vu semblable à lui, ni avant ni après. »


D'après Ibrâhim Ibn Mohammad -qu’Allâh lui fasse Miséricorde-,
de la descendance de ‘Ali Ibn Abi Tâlib -qu’Allâh l’agrée- :
« Lorsque ‘Ali décrivait le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) , il disait : 
« Le Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم)  n'était ni extrêmement grand ni trapu. 
Sa taille était moyenne parmi les gens. 
Ses cheveux n'étaient ni crépus ni raides, mais ondulés. 
Son visage n'était ni plein ni rond, mais quelque peu arrondi, 
avec une blancheur mêlée de couleurs. 
Ses yeux d'un noir vif étaient surmontés de longs cils. 
La tête[15] de ses os ainsi que la partie centrale 
entre ses omoplates étaient imposantes. 
Il n'était guère velu et ses poils entre la poitrine et 
le nombril formaient une ligne. 
Ses mains et ses pieds étaient fermes[16]
Son pas était  énergique, on aurait dit qu'il dévalait une pente. 
Lorsqu'il se retournait, il se retournait entièrement. 
Le sceau de la Prophétie apparaissait entre ses épaules, 
alors qu'il fut lui-même le Sceau des prophètes. 
Il était l'homme le plus bienveillant, le plus véridique, 
dont la nature était la plus douce, 
et le plus munificent pour son peuple.
Qui le voyait pour la première fois[17], en éprouvait une grande révérence. 

Qui le fréquentait par connaissance, l'aimait. 
Qui l'a décrit a déclaré : "Je n'ai guère vu semblable à lui, ni avant ni après. »

D'après al-Hasan Ibn ‘Ali -qu’Allâh les agrée-  a dit :
« J'ai demandé à mon oncle maternel, Hind Ibn Abi Hâla qui savait fort bien décrire,
ce qu'il en était des traits du Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) .
 Je souhaitais vivement qu'il m'en décrive une part à laquelle je m'attacherais.
Il -qu’Allâh l’agrée- répondit :
« Le Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) était imposant et révéré. 
Son visage rayonnait comme brille la pleine lune. 
Il était plus grand que l'homme de taille moyenne et plus petit que l'homme de 
très grande taille. Sa tête était grande et ses cheveux lisses. 
Si ses cheveux pouvaient être séparés facilement, il les séparait par une raie 
au milieu; autrement, ils ne dépassaient pas le lobe 
des oreilles, s'il les ramenait vers la nuque.Son teint était d'une clarté rayonnante. 
La partie supérieure à ses tempes était grande. 
Ses longs sourcils minces et arqués ne se rejoignaient pas ; le pli entre ceux-ci se 
gonflait lorsqu'il était courroucé. Son nez était long et mince et très légèrement busqué 
par le milieu de son arête qui semblait briller, au point que celui qui ne l'observait pas 
de près pouvait penser que son nez était juste droit.Sa barbe était bien fournie, ses joues 
n'étaient ni creuses ni rondes. Sa bouche était large et ses incisives centrales du haut, 
séparées. Ses poils entre la poitrine et le nombril formaient une ligne mince. 
On aurait dit que son cou était celui d'une figurine, telle la clarté de l'argent. 
Sa constitution était équilibrée, sa chair ferme et bien formée.
Son ventre et sa poitrine s'alignaient sur un même plan. 

Sa poitrine et ses épaules étaient larges et ses articulations imposantes.
Ce qui paraissait de son corps rayonnait. 

Des poils entre le milieu de sa poitrine et le nombril semblaient former une ligne. 
Sa poitrine et son ventre en étaient dépourvus alors que des 
poils couvraient ses avant-bras, ses épaules et le haut de sa poitrine. 
Ses avant-bras étaient longs et ses paumes bien grandes. 
Ses mains et ses pieds étaient fermes et ses doigts éployés (sâïl)[18] 
[ou, dit celui qui rapporte cette relation : et ses doigts relevés (châïl)]. 
Sa voûte plantaire était bien courbée et la plante de ses pieds bien lisse, 
au point que l'eau s'en écoulait facilement.
Ses pas étaient énergiques, sa démarche tendait vers l'avant 

par son dynamisme. Il marchait avec sérénité. 
Ses pas étaient grands et rapides, on aurait dit qu'il dévalait une pente[19]
Lorsqu'il se retournait, il retournait tout son corps. 
Il baissait le regard qui regardait plus la terre que le ciel. 
Il regardait le plus souvent du côté de l'angle externe des yeux. 
Il marchait derrière ses Compagnons et commençait 
le premier le salut avec les personnes rencontrées. »


.... Cho‘ba -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- nous l'a rapporté d'après Simâk Ibn Harb
-qu’Allâh lui fasse Miséricorde- qui a déclaré : « J'ai entendu Jâber Ibn Samora  
-qu’Allâh l’agrée- dire : 
« La bouche du Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) était large (dalî' alfam
Il y avait une légère rougeur dans le blanc de ses yeux (achkal al- 'aynayn
et ses talons n'étaient pas charnus (manhoûs al ‘aqib). »

Cho‘ba -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- ajoute :
« Je demandai à Simâk : « Qu'est-ce que dalî' al-fam ? »
« Une bouche large », répondit-il.
« Qu'est-ce que achkal al-'aynayn ? »
« De grands yeux dont la forme est allongée »[20]
« Qu'est-ce que manhoûs al-‘aqib ? »
« Un talon ayant peu de chair. ». »

Jâber Ibn Samora -qu’Allâh l’agrée- a de même relaté :« J'ai vu le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم)
par une nuit claire, porter une houlla rouge. Je les regardais, lui et la lune; 
il était manifeste pour moi qu'il était plus beau que celle-ci. »

D'après Abou Ishâq : « Un homme posa cette question à al-Barrâ' Ibn ‘Azeb 
 -qu’Allâh l’agrée- : « Est-ce que le visage de l'Envoyé d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) 
  était comme [l'éclat de] l'épée ? »[21]
« Non! Plutôt comme la [clarté[22] de la] lune », lui répondit-il. »

D'après Abou Houreyra -qu’Allâh l’agrée- : « Le Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم)  avait 
le teint clair ; c'est comme s'il fut formé à partir d'argent. Ses cheveux étaient lisses. »

Jâber Ibn ‘Abdallah -qu’Allâh l’agrée- relate que l'Envoyé d’Allah a dit :
« On me présenta les prophètes. Moïse -‘aleyhi sallâm- m'apparut comme un homme 
des Chanoû'a[23]. J'ai vu Jésus fils de Marie -‘aleyhi sallâm-
la personne que j'ai vue lui ressembler le plus est 'Orwa Ibn Mas'oûd[24]
J'ai vu aussi Abraham -‘aleyhi sallâm-
la personne que j'ai vue lui ressembler le plus est votre homme 
[c'est-à-dire (le Prophète) lui-même (ajoute Jâber)]. 
J'ai vu de même Gabriel -‘aleyhi sallâm-
la personne que j'ai vue lui ressemblant le plus est Dihya[25]. »

D'après Sa‘îd al-Joureyri -‘aleyhi sallâm- : « J'ai entendu Abou Tofeyl -‘aleyhi sallâm- dire :
« J'ai vu le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم), et il ne reste plus sur cette terre un autre 
que moi l'ayant vu[26]« Décris-moi le », lui demandai-je alors.
Il avait, répondit Abou Tofeyl, le teint clair. Il était beau et de taille moyenne. »

D'après Ibn ‘Abbâs -‘aleyhi sallâm- : « Le Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم)  
avait les incisives centrales du haut séparées. 
Lorsqu'il parlait, la lumière semblait paraître entre ses incisives. »
Source : Al-Chamael al-Mohammadiya

[1] C'est le hadith qui, à au moins un niveau de sa chaîne de transmission, n'est rapporté que par une seule personne. Ici, seul Abou Talha -qu’Allâh l’agrée-  (au niveau de la génération des Compagnons, dans la chaîne) a relaté le hadith.
[2] Les détails du hadith et les habitudes du pays semblent indiquer qu'il s'agit de l'heure suivant la prière du début d'après midi (dhohr).
[3] Aux premiers temps de la prophétie, à la Mecque, Sa‘d -qu’Allâh l’agrée-, qui faisait clandestinement la prière avec un groupe de croyants, avait blessé avec une mâchoire de chameau un des polythéistes qui tentaient de les en empêcher.

[4] Sa'd ben Abi Waqqâç mort à Médine, en 55H/675 -qu’Allâh l’agrée-, un des dix Compagnons à qui le Prophète  fit l'annonce du paradis, participa à toutes les batailles avec lui, et plus tard, à la conquête de l'Iraq et de la Perse. Le hadith fait allusion aux critiques tendancieuses dont il fut l'objet lorsqu'il fut gouverneur d'al-Koufa, sous 'Omar.
[5] Une des définitions de al-baçra, qui peut être aussi de l'alabastrite ou du tuffeau blanc.
[6] Al-Tirmidhi se limitant au sujet du chapitre en cours. ‘Omar -qu’Allâh l’agrée- avait envoyé ce détachement pour fonder une ville garnison qui prit le nom d'al-Baçra (au sud de l'Iraq), comme il est fait allusion dans ce hadith.

[7] ‘Amrou (m. en Égypte, 43 H/663) -qu’Allâh l’agrée-. Il avait adhéré à l'islam en l'an 8 H. D'une intelligence et d'une habileté légendaire, les Qoreych l'avait notamment envoyé comme ambassadeur auprès du Négus, pour demander l'extradition des premiers émigrés musulmans en Abyssinie. Le Prophète le nomma comme émir à l'expédition de Dhât al-Salâsil (8 H.) et gouverneur à Oman. Plus tard, il fut gouverneur de Palestine puis d'Égypte, sous ‘Omar -qu’Allâh l’agrée-, puis Mo‘awiya -qu’Allâh l’agrée-.
[8] Anas ben Mâlik (m. à Basra, 93H1712) fut mis par sa mère Oum Souleym au service du Prophète, à dix ans. De nombreux hadiths (2286, dont les variantes d'un même hadith) ont ainsi été rapportés par son intermédiaire.
[9] Le terme désigne aussi la soie grège, la bourrette ou l'étoffe en soie et laine (telle la popeline).

[10] Son utilisation par les hommes, sur la peau ou les habits, ayant le caractère" non-appréciable" (makrouh). Deux explications y sont données: c'était un parfum pour femmes; sa couleur jaune. Cf. Fath al-Bâri, T.I0, had. 5846.
[11] L'excès (al-ikthâr) d'argent ou de paroles. Dans une autre relation, il y a le terme al-ikbâr, signifiant la condescendance.
[12] Ils souhaitaient profiter des questions que posaient les bédouins venant à Médine.

[13] "houlla" : un ensemble constitué de la tunique, du manteau sans manches ridâ' porté sur les épaules, et du turban ... ; cela peut être aussi l'ensemble constitué de deux grandes pièces de tissu, l'une servant de pèlerine et l'autre de pagne (Lisân al- 'Arab, T.11, 172). La couleur rouge semble désigner des raies rouges sur le tissu, comme il apparaît d'autres relations.
[14] Le terme aurait exprimé la callosité si d'autres relations n'avaient évoqué la douceur de ses mains, (Cf.
Fath al-Bâri d'Ibn Hajar, T. 6, hadith 3561).
[15] Tels l'arrondi des épaules (comme il est surtout question ici), les genoux, les coudes.

[16] L'auteur, qui, à la suite de ce hadith, explique ses termes difficiles, précisent que ce sont ses doigts et ses orteils qui l'étaient.

[17] " badîlha ", autre sens possible "de manière impromptue ".
[18] C'est-à-dire non recroquevillés, ni courts et ni flasques.
[19] Son énergie donnait à penser qu'il marchait avec le devant de ses pieds, comme le fait celui qui dévale une pente. (Lisân al-Arab, T. 1, 517).

[20] Cependant, les commentateurs l'expliquent selon son sens commun, tel qu'il a été traduit plus haut, Cf. Charh
Sahîh Mouslim d'an-Nawawi, T. 15, 93).
[21] C’est-à-dire fin.
[22] La comparaison est relative au rayonnement du visage mais aussi à sa forme, (cf, Fath al-Bâri, hadith 3552).
[23] Ou les Azd Chanoû'a, tribu du Yémen.

[24] 'Orwa ben Mas'oûd al-Thaqafi. Un des principaux personnages de Taef. Il adhéra à l'islam l'an neuf de l'Hégire et revint le prêcher à son peuple qui le tua.
[25] Dihya ben khalîfa al-Kalbi. Compagnon du Prophète, il porta son message à Héraclius, en 6H/628. Il mourut près de Damas, sous Mo'âwia.
[26] Abou al-Tofeyl, 'Âmer ben Wâthila, mourut le dernier parmi les Compagnons, entre les années cent et cent dix de l'Hégire, à la Mecque. Rappelons que le Prophète est mort à Médine le lundi 12 rabî' 1er, l'an 11 H.  (632).

Voire:
(L'amour du Prophète ﷺ - Ach-Chifa) de kadi 'Iyâd