Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

jeudi 6 décembre 2018

Les 40 hadiths Qodsi avec commentaire:Hadith 39 -Dispute entre le Paradis et l'Enferالأحاديث القدسية

D'après Abu Sa'id al-Khudri( رَضِيَ اللهُ عَنْهُ) , le Messager de Dieu(صلَّى الله عليه وسلّم) a dit :

Le Paradis et l'Enfer se disputaient, et l'Enfer a dit : En moi sont les tyrans et les orgueilleux. Le Paradis a dit : En moi sont les faibles et les nécessiteux. Alors, Dieu jugea entre eux, [disant] : Tu est le Paradis et Ma miséricorde, à travers toi, J'accorde Ma miséricorde à qui je veux. Et tu es l'Enfer, Mon châtiment, à travers toi, Je châtie qui je veux. Et chacun de vous sera comblé.

(Rapporté par Muslim et par al-Bukhari et at-Tirmidhi)
  :الحديث التاسع والثلاثون
:عَنْ أَبي سَعيدٍ الْخُدْريّ رَضِيَ اللهُ عَنْهُ عَن النَّبِيّ صَلَّى الله عَلَيْهِ وَ سَلَّمَ قَال
 :احْتَجَّتِ الجَنَّةُ والنَّارُ فَقَالتِ النَّارُ : فِيَّ الجَبَّارونَ والمُتكَبَّرونَ وَقَالتِ الجَنَّةُ
 ,فِيّ ضُعَفاءُ النَّاسِ ومساكينُهُمْ فَقَضَى اللهُ بَيْنَهُما : إِنَّكِ الجَنَّةُ رَحْمَتِي أَرْحَمُ بِكِ مَنْ أَشاءُ
 .وإنكِ النارُ عذابي ، أُعَذِبُ بِكِ من أشاءُ ، وَلِكلَيْكُما عَلَيَّ مِلْؤُها
(رواه مسلم (وكذلك البخاري والترمذي


Commentaire
L'Enfer
Dieu (le Très-Haut) dit : {Les impies seront conduits en groupes vers la Géhenne ; ses portes s'ouvriront à leur arrivée ; ses gardiens leurs demanderont : "Ne vous est-il pas venu des messagers issus de vous, vous récitant les versets de votre Seigneur, et vous avertir de la rencontre de votre jour que voici ? " Ils répondront : " Oui !" Le décret du châtiment sera exécuté à l'encontre des impies.} (39/71)

Dieu (le Très-Haut) a dit : {Si Nous voulions, Nous apporterions à chaque âme sa guidée. Mais la parole venant de Moi doit être réalisée : "J'emplirai l'Enfer de djinns et d'hommes réunis".} (32/13)
Selon Abou Sa'id Al Khoudri (que Dieu l'agrée), le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit :"Il y eut une dispute entre le Paradis et l'Enfer.
L'Enfer dit : "J'ai chez moi les tyrans et les orgueilleux".
Le Paradis répliqua : "J'ai chez moi les faibles et les miséreux d'entre les humains".
Dieu arbitra alors entre eux en disant : "C'est toi, Paradis, qui es Ma miséricorde et c'est par toi que Je la donne à qui Je veux. Et toi, Enfer, tu es Mon supplice et c'est par toi que Je tourmente qui Je veux. Je M'engage personnellement à assurer son plein à chacun de vous deux"". (Mouslim)
Son feu est beaucoup plus intense que le feu que l'on connait
Dieu (le Très-Haut) dit : {Le feu de la Géhenne est bien plus ardent encore} (9/81)
D'après Abou Hourayra (que Dieu l'agrée), l'Envoyé de dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Votre feu que vous allumez est seulement une des soixante-dixième parties du feu de la Géhenne".
Ils ont demandé : "Par Dieu, o Envoyé de Dieu, cette partie n'est elle pas suffisante ? "
Il répondit : "Il la dépasse de soixante-neuf parties toutes pareilles à celle-ci". (al-Boukhari, Mouslim, Malik et At-Tirmidhi)
Ses habitants brûleront pour l'étérnité
'Abdallah Ibn 'Omar (رضي الله عنهما) a rapporté que l'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Quand les habitants du Paradis s'y rendront et les habitants de l'Enfer rejoindront la Géhenne, on ramènera le mort jusqu'à mi-chemin entre le Paradis et l'Enfer et on l'égorgera. Puis un héraut proclamera : "Ô Habitants du Paradis, il n'y a plus de mort ! Ô habitants de la Géhenne, il n'y a plus de mort !" Les habitants du Paradis ajouteront une autre joie à leur joie et les gens de la Géhenne une autre tristesse à leur affliction". (Al-Boukhari et Mouslim)
Dans une autre version, l'Envoyé de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Dieu fera entrer les habitants du Paradis au Paradis et les habitants de la Géhenne à la Géhenne. Puis un héraut se lèvera entre eux en disant : "Ô habitants du Paradis, il n'y a plus de mort ! Ô habitants de la Géhenne, il n'y a plus de mort !" Chacun sera dans l'état où il se trouve pour l'éternité". (Mouslim)

Le Paradis
Aboû 'Abdillah a dit : "Nombreux sont les anciens qui ont dit : Les serviteurs sont sauvés du Feu par la Clémence d'Allah (le Très-Haut) et de son Pardon. Ils entrent au Paradis par sa Grâce, son Bienfait et son Pardon. Ils sont répartis dans les demeures (du Paradis) selon leurs oeuvres". (Miftâh dâr as-sa-sa'âda 1/119)

Selon Abou Sa'id Al Khoudri (que Dieu l'agrée), le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit :"Il y eut une dispute entre le Paradis et l'Enfer.
L'Enfer dit : "J'ai chez moi les tyrans et les orgueilleux".
Le Paradis répliqua : "J'ai chez moi les faibles et les miséreux d'entre les humains".
Dieu arbitra alors entre eux en disant : "C'est toi, Paradis, qui es Ma miséricorde et c'est par toi que Je la donne à qui Je veux. Et toi, Enfer, tu es Mon supplice et c'est par toi que Je tourmente qui Je veux. Je M'engage personnellement à assurer son plein à chacun de vous deux"". (Mouslim)
Le Paradis existe déjà à l'heure actuelle
'Abdoullah Ibn Abbas (رضي الله عنهما) rapporte du Prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) : "J'ai vu le Paradis et voulu m'en saisir d'une grappe (de fruit). Si je l'avais obtenu, vous en mangeriez jusqu'à la fin du monde. J'ai vu l'Enfer et n'avais jamais découvert un spectacle aussi affreux". (Al-Boukhari n°993, et Mouslim n°1512)
La réalité du Paradis n'est pas imaginable
{il y aura là [pour eux] tout ce que les âmes désirent et ce qui réjouit les yeux} (43/71)
Selon Abou Hourayra (que Dieu l'agrée), Le Prophète (sur lui la paix) précisa : "Il y a dans le Paradis ce que nul oeil n'a vu, nulle oreille n'a entendu, et nul esprit humain n'a pu imaginer" (Al-Boukhâri, Mouslim, n° 2825)
Selon Abou Hourayra (r), le Messager de Dieu (paix et bénédiction de Dieu sur lui) a dit : "Un espace du Paradis égal à la moitié de la corde d'un arc est certainement meilleure que toute l'étendue sur laquelle le soleil se lève ou se couche". (Al-Boukhâri, Mouslim)
Ibn Abbâs (que Dieu l'agrée) a expliqué ainsi : "La réalité de ce qui existe dans le Paradis n'a de commun avec ce qui existe en ce monde que les noms". (Silsilat ul-ahâdîth as-sahîha, n° 2188)

Aucun commentaire: