Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

samedi 30 juin 2018

Versets à méditer: «Il m’a été seulement commandé ... آيات للتَّدبُّر: إِنَّمَآ أُمِرۡتُ أَنۡ


إِنَّمَآ أُمِرۡتُ أَنۡ أَعۡبُدَ رَبَّ هَـٰذِهِ ٱلۡبَلۡدَةِ ٱلَّذِى حَرَّمَهَا وَلَهُ ۥ ڪُلُّ شَىۡءٍ۬ۖ وَأُمِرۡتُ أَنۡ أَكُونَ مِنَ ٱلۡمُسۡلِمِينَ (٩١) وَأَنۡ أَتۡلُوَاْ ٱلۡقُرۡءَانَۖ فَمَنِ ٱهۡتَدَىٰ فَإِنَّمَا يَہۡتَدِى لِنَفۡسِهِۦۖ وَمَن ضَلَّ فَقُلۡ إِنَّمَآ أَنَا۟ مِنَ ٱلۡمُنذِرِينَ (٩٢) وَقُلِ ٱلۡحَمۡدُ لِلَّهِ سَيُرِيكُمۡ ءَايَـٰتِهِۦ فَتَعۡرِفُونَہَاۚ وَمَا رَبُّكَ بِغَـٰفِلٍ عَمَّا تَعۡمَلُونَ (٩٣)

«Il m’a été seulement commandé d’adorer le Seigneur de cette Ville (la Mecque) qu’Il a sanctifiée, - et à Lui toute chose - et il m’a été commandé d’être du nombre des Musulmans, (91) et de réciter le Coran». Quiconque se guide, c’est pour lui-même en effet qu’il se guide. Et quiconque s’égare..., alors dis: «Je ne suis que l’un des avertisseurs». (92) Dis: «Louange à Allah! Il vous fera voir Ses preuves, et vous les reconnaîtrez». Ton Seigneur n’est pas inattentif à ce que vous faites. (93)

L'éthique du musulman par Mohamed Al-Ghazali : INTRODUCTION

La foi musulmane prend sa forme dans le comportement du croyant.  
Une foi qui ne modifierait pas le comportement serait une foi déficiente ! Car, en vérité, les agissements de la personne témoignent de ses pensées et de sa moralité.  Que dit Allah : "Ceux qui croient et font œuvres bonnes vraiment, Nous ne laisserons pas se perdre le salaire de celui qui a bien agi ! " [ Sourate 18 - verset 30]      

Le Sheykh Mohammed Al-Ghazali  nous dessine ici, dans le concret et le vécu, les traits de la personnalité du musulman, dans tous ses agissements sociaux. 

Cela, parce que l'Islam ne se limite pas à l'acte spirituel spécifique au culte. 

L'ensemble de la religion fait partie de l'adoration de Dieu car " ad-dîne " - la religion - signifie, en vérité, la soumission à Dieu en tout et partout.     
Telle est l'attitude de celui qui prend conscience de sa vérité de croyant ; elle se manifeste au niveau de l'action, jusqu'à ce que tout mouvement, toute relation, toute prise de position dans la société, devient l'expression de l'adoration de Dieu.    

Le Messager de Dieu s'est exclamé par trois fois : " Par Dieu ! il n est pas croyant ! " On lui demanda de qui il s'agissait.  Il expliqua : " Celui dont le voisin ne se sent pas à l'abri de sa nuisance ! " [ Hadîth rapporté par Boukhârî ]     

Le Messager de Dieu a déclaré également : " Un noble caractère dissout les péchés de la même manière que l'eau fait se dégeler la glace ; et un mauvais caractère altère une action comme le vinaigre altère le miel ! " [ Hadîth rapporté par Al-Baïhaqi ]     

Il est clair que l'Islam est venu transformer l'Homme dans toutes ses relations sociales.  C'est ici que le Sheykh AI Ghazali vient nous démontrer qu'une bonne moralité - al khoulouq al hassan - est la finalité de l'Islam et de la mission du Prophète et que cette bonne moralité est d'une nécessité vitale pour que la société humaine perdure.  

Allah nous dit : "O vous qui croyez! Répondez à Allah et au Messager lorsqu'il vous appelle à ce qui vous donne la (vraie) vie, et sachez qu'Allah s'interpose entre l'homme et son coeur, et que c'est vers Lui que vous serez rassemblés.  [ Sourate 8 - verset 24 ]

Qu'Allah fasse que cet exposé apporte la sagesse à ceux qui la cherchent, et qu'il donne du musulman une vision authentique, débarrassée de tout amalgame hâtif ! Âmine.

Extrait de "L'éthique du musulman" par Mohammed Al-Ghazali - Edtion Al-Qalam

Versets à méditer: Ḥ’ā, Mīm. ... آيات للتَّدبُّر: حمٓ


حمٓ (١) عٓسٓقٓ (٢) كَذَٲلِكَ يُوحِىٓ إِلَيۡكَ وَإِلَى ٱلَّذِينَ مِن قَبۡلِكَ ٱللَّهُ ٱلۡعَزِيزُ ٱلۡحَكِيمُ (٣) لَهُ ۥ مَا فِى ٱلسَّمَـٰوَٲتِ وَمَا فِى ٱلۡأَرۡضِۖ وَهُوَ ٱلۡعَلِىُّ ٱلۡعَظِيمُ (٤) تَكَادُ ٱلسَّمَـٰوَٲتُ يَتَفَطَّرۡنَ مِن فَوۡقِهِنَّۚ وَٱلۡمَلَـٰٓٮِٕكَةُ يُسَبِّحُونَ بِحَمۡدِ رَبِّہِمۡ وَيَسۡتَغۡفِرُونَ لِمَن فِى ٱلۡأَرۡضِۗ أَلَآ إِنَّ ٱللَّهَ هُوَ ٱلۡغَفُورُ ٱلرَّحِيمُ (٥)

Ḥ’ā, Mīm. (1) Aīn, Sīn, Qāf. (2) C’est ainsi qu’Allah, le Puissant, le Sage, te fait des révélations, comme à ceux qui ont vécu avant toi. (3) A Lui appartient ce qui est dans les cieux et ce qui est sur la terre. Et Il est le Sublime, le Très Grand, (4) Peu s’en faut que les cieux ne se fendent depuis leur faîte quand les anges glorifient leur Seigneur, célèbrent Ses louanges et implorent le pardon pour ceux qui sont sur la terre. Allah est certes le Pardonneur, le Très Miséricordieux. (5)

vendredi 29 juin 2018

Versets à méditer: Répondez à l’appel de votre Seigneur avant que ...آيات لِلتَّدَبُّر: ٱسۡتَجِيبُواْ لِرَبِّكُم مِّن قَبۡلِ أَن


ٱسۡتَجِيبُواْ لِرَبِّكُم مِّن قَبۡلِ أَن يَأۡتِىَ يَوۡمٌ۬ لَّا مَرَدَّ لَهُ ۥ مِنَ ٱللَّهِۚ مَا لَكُم مِّن مَّلۡجَإٍ۬ يَوۡمَٮِٕذٍ۬ وَمَا لَكُم مِّن نَّڪِيرٍ۬ (٤٧) فَإِنۡ أَعۡرَضُواْ فَمَآ أَرۡسَلۡنَـٰكَ عَلَيۡہِمۡ حَفِيظًاۖ إِنۡ عَلَيۡكَ إِلَّا ٱلۡبَلَـٰغُۗ وَإِنَّآ إِذَآ أَذَقۡنَا ٱلۡإِنسَـٰنَ مِنَّا رَحۡمَةً۬ فَرِحَ بِہَاۖ وَإِن تُصِبۡہُمۡ سَيِّئَةُۢ بِمَا قَدَّمَتۡ أَيۡدِيهِمۡ فَإِنَّ ٱلۡإِنسَـٰنَ كَفُورٌ۬ (٤٨)
Répondez à l’appel de votre Seigneur avant que ne vienne un jour dont Allah ne reportera jamais le terme. Ce jour-là, nul refuge pour vous et vous ne pourrez point nier (vos péchés). (47) S’ils se détournent, ...Nous ne t’avons pas envoyé pour assurer leur sauvegarde: tu n’es chargé que de transmettre [le message]. Et lorsque Nous faisons goûter à l’homme une miséricorde venant de Nous, il en exulte; mais si un malheur les atteint pour ce que leurs mains ont perpétré..., l’homme est alors très ingrat! (48)

jeudi 28 juin 2018

(Quelques explications) des « 99 Beaux Noms d'Allâh Azawajal par Abû Hamid Al Ghazâlî » : 10. Al-Djabbar, Le grandiose, Le puissant


10. Al-Djabbar, Le grandiose, le puissant
La signification :
            C’est Celui qui impose son bon-vouloir d’une manière contraignante à quiconque et qui est à l’abri du bon-vouloir de quiconque. Ainsi le Réducteur Absolu c’est Allâh – qu’Il soit exalté.
 
L’imprégnation :
 
Al-jabbâr parmi les hommes est celui qui n’est pas soumis au suivisme, qui atteint le rang de celui qui est suivi et qui se distingue par l’élévation de son rang de sorte qu’il oblige, par sa position et sa constitution, les hommes à le prendre pour modèle et à se conformer à sa prestance et à sa conduite. Ainsi il apporte profit aux créatures et les influence sans tirer profit et être influencé en retour. De même il est suivi et il ne suit pas autrui.
 
 
Extrait de : « Les 99 Beaux Noms d'Allâh Abû Hamid Al Ghazâlî – rahimahoull-Lahu ta`ala »

Versets à méditer: .. réciter le Coran ... آيات للتَّدبُّر: .. أَتۡلُوَاْ ٱلۡقُرۡءَانَۖ


.. وَأُمِرۡتُ أَنۡ أَكُونَ مِنَ ٱلۡمُسۡلِمِينَ (٩١) وَأَنۡ أَتۡلُوَاْ ٱلۡقُرۡءَانَۖ فَمَنِ ٱهۡتَدَىٰ فَإِنَّمَا يَہۡتَدِى لِنَفۡسِهِۦۖ وَمَن ضَلَّ فَقُلۡ إِنَّمَآ أَنَا۟ مِنَ ٱلۡمُنذِرِينَ (٩٢) وَقُلِ ٱلۡحَمۡدُ لِلَّهِ سَيُرِيكُمۡ ءَايَـٰتِهِۦ فَتَعۡرِفُونَہَاۚ وَمَا رَبُّكَ بِغَـٰفِلٍ عَمَّا تَعۡمَلُونَ (٩٣)

..  et il m’a été commandé d’être du nombre des Musulmans, (91) et de réciter le Coran». Quiconque se guide, c’est pour lui-même en effet qu’il se guide. Et quiconque s’égare..., alors dis: «Je ne suis que l’un des avertisseurs». (92) Dis: «Louange à Allah! Il vous fera voir Ses preuves, et vous les reconnaîtrez». Ton Seigneur n’est pas inattentif à ce que vous faites. (93)

mercredi 27 juin 2018

(Quelques explications) des « 99 Beaux Noms d'Allâh Azawajal par Abû Hamid Al Ghazâlî » : 9. Al-'Aziz, Le Tout Puissant, le glorieux

       
9. Al-'Aziz, Le Tout Puissant, le glorieux, AL Aziz veut dire dans un sens celui qui est cher et précieux
La signification :
 
            C’est le précieux dont l’existence est extrêmement rare, dont on a terriblement besoin et auquel il est difficile de parvenir. Tant que ces trois sens ne sont pas réunis, on ne lui applique pas le nom d’al-‘azîz, et cette perfection n’appartient qu’à Allâh – qu’Il soient exalté.
 
L’imprégnation :
 
            Al-‘azîz parmi les hommes est celui dont les serviteurs d’Allâh ont besoin dans leurs affaires importantes, à savoir leur Vie Future et leur félicité éternelle. Certainement ceci est extrêmement rare et difficile d’accès.

Versets à méditer: Ce Coran raconte aux Enfants d’Israël ... آيات للتَّدبُّر: إِنَّ هَـٰذَا ٱلۡقُرۡءَانَ يَقُصُّ عَلَىٰ بَنِىٓ إِسۡرَٲٓءِيلَ


 إِنَّ هَـٰذَا ٱلۡقُرۡءَانَ يَقُصُّ عَلَىٰ بَنِىٓ إِسۡرَٲٓءِيلَ أَڪۡثَرَ ٱلَّذِى هُمۡ فِيهِ يَخۡتَلِفُونَ (٧٦) وَإِنَّهُ ۥ لَهُدً۬ى وَرَحۡمَةٌ۬ لِّلۡمُؤۡمِنِينَ (٧٧) إِنَّ رَبَّكَ يَقۡضِى بَيۡنَہُم بِحُكۡمِهِۦۚ وَهُوَ ٱلۡعَزِيزُ ٱلۡعَلِيمُ (٧٨) فَتَوَكَّلۡ عَلَى ٱللَّهِۖ إِنَّكَ عَلَى ٱلۡحَقِّ ٱلۡمُبِينِ (٧٩) إِنَّكَ لَا تُسۡمِعُ ٱلۡمَوۡتَىٰ وَلَا تُسۡمِعُ ٱلصُّمَّ ٱلدُّعَآءَ إِذَا وَلَّوۡاْ مُدۡبِرِينَ (٨٠) وَمَآ أَنتَ بِہَـٰدِى ٱلۡعُمۡىِ عَن ضَلَـٰلَتِهِمۡۖ إِن تُسۡمِعُ إِلَّا مَن يُؤۡمِنُ بِـَٔايَـٰتِنَا فَهُم مُّسۡلِمُونَ (٨١) ۞ 

Ce Coran raconte aux Enfants d’Israël la plupart des sujets sur lesquels ils divergent (76) cependant qu’il est pour les croyants un guide et une miséricorde. (77) Ton Seigneur décidera certes entre eux par Son jugement; et Il est le Tout Puissant, le Sage. (78) Place donc ta confiance en Allah, car tu es de toute évidence dans la vérité et le bon droit. (79) Tu ne peux faire entendre les morts ni faire entendre l’appel aux sourds quand ils s’enfuient en tournant le dos. (80) Et tu ne peux non plus guider les aveugles hors de leur égarement. Tu ne feras entendre que ceux qui croient en Nos versets et se soumettent. (81)

mardi 26 juin 2018

علمتني هذه الآية: ﴿ ومَا تَسقُطُ مِن وَرقَةٍ إلاّ يَعلمُهَا ﴾


﴿ ومَا تَسقُطُ مِن وَرقَةٍ إلاّ يَعلمُهَا ﴾
فكيف بحالك ، ودمعة عَينك ، وألم قلبك!!!

Versets à méditer: Et dis: «La Vérité est venue ... آيات لِلتَّدَبُّر: وَقُلۡ جَآءَ ٱلۡحَقُّ


وَقُلۡ جَآءَ ٱلۡحَقُّ وَزَهَقَ ٱلۡبَـٰطِلُۚ إِنَّ ٱلۡبَـٰطِلَ كَانَ زَهُوقً۬ا (٨١) وَنُنَزِّلُ مِنَ ٱلۡقُرۡءَانِ مَا هُوَ شِفَآءٌ۬ وَرَحۡمَةٌ۬ لِّلۡمُؤۡمِنِينَۙ وَلَا يَزِيدُ ٱلظَّـٰلِمِينَ إِلَّا خَسَارً۬ا (٨٢) وَإِذَآ أَنۡعَمۡنَا عَلَى ٱلۡإِنسَـٰنِ أَعۡرَضَ وَنَـَٔا بِجَانِبِهِۦۖ وَإِذَا مَسَّهُ ٱلشَّرُّ كَانَ يَـُٔوسً۬ا (٨٣)قُلۡ ڪُلٌّ۬ يَعۡمَلُ عَلَىٰ شَاكِلَتِهِۦ فَرَبُّكُمۡ أَعۡلَمُ بِمَنۡ هُوَ أَهۡدَىٰ سَبِيلاً۬ (٨٤)

Et dis: «La Vérité est venue et l’Erreur a disparu. Car l’Erreur est destinée à disparaître». (81) Nous faisons descendre du Coran, ce qui est une guérison et une miséricorde pour les croyants. Cependant, cela ne fait qu’accroître la perdition des injustes. (82) Et quand Nous comblons l’homme de bienfaits, il se détourne et se replie sur lui-même; et quand un mal le touche, le voilà profondément désespéré. (83) Dis: «Chacun agit selon sa méthode, alors que votre Seigneur connaît mieux qui suit la meilleure voie». (84) 

lundi 25 juin 2018

علمتني هذه الآية: ﴿ فإن تولوا فقل حسبي الله ﴾


﴿ فإن تولوا فقل حسبي الله ﴾
لا تحزن ! ولو رحلت الدنيا كلها عنك ، قل لكل ما تفقده حسبنا الله سيؤتينا الله من فضله إنا إلى الله راغبون...

(Quelques explications) des « 99 Beaux Noms d'Allâh Azawajal par Abû Hamid Al Ghazâlî »


7. Al-Mou'min, Le Fidèle, le Sécurisant, le confiant
 
La signification :

C’est celui auquel on attribue la sûreté et la sécurité en offrant les moyens de les assurer et de fermer les portes de la crainte et de la peur. Et le Mu’min Absolu est Celui dont on n’imagine pas qu’il puisse y avoir une sûreté et une sécurité qui ne soient pas acquises grâce à Lui, et Il ne peut être qu’ Allâh – qu’Il soit exalté.
 
L’imprégnation :
 
La part du serviteur de cette Qualité, c’est que toutes les créatures soient rassurées à son égard ou plutôt que tout être qui a peur recoure à son soutien pour repousser le danger contre lui-même dans sa Foi et sa vie d’ici-bas.
 
Extrait de : « Les 99 Beaux Noms d'Allâh Abû Hamid Al Ghazâlî – rahimahoull-Lahu ta`ala »

Versets à méditer: Et ceux qui n’espèrent pas Nous rencontrer ... آيات للتَّدبُّر: وَقَالَ ٱلَّذِينَ لَا يَرۡجُونَ لِقَآءَنَا


وَقَالَ ٱلَّذِينَ لَا يَرۡجُونَ لِقَآءَنَا لَوۡلَآ أُنزِلَ عَلَيۡنَا ٱلۡمَلَـٰٓٮِٕكَةُ أَوۡ نَرَىٰ رَبَّنَاۗ لَقَدِ ٱسۡتَكۡبَرُواْ فِىٓ أَنفُسِهِمۡ وَعَتَوۡ عُتُوًّ۬ا كَبِيرً۬ا (٢١) يَوۡمَ يَرَوۡنَ ٱلۡمَلَـٰٓٮِٕكَةَ لَا بُشۡرَىٰ يَوۡمَٮِٕذٍ۬ لِّلۡمُجۡرِمِينَ وَيَقُولُونَ حِجۡرً۬ا مَّحۡجُورً۬ا (٢٢) وَقَدِمۡنَآ إِلَىٰ مَا عَمِلُواْ مِنۡ عَمَلٍ۬ فَجَعَلۡنَـٰهُ هَبَآءً۬ مَّنثُورًا (٢٣) أَصۡحَـٰبُ ٱلۡجَنَّةِ يَوۡمَٮِٕذٍ خَيۡرٌ۬ مُّسۡتَقَرًّ۬ا وَأَحۡسَنُ مَقِيلاً۬ (٢٤)

Et ceux qui n’espèrent pas Nous rencontrer disent: «Si seulement on avait fait descendre sur nous des Anges ou si nous pouvions voir notre Seigneur!» En effet, ils se sont enflés d’orgueil en eux-mêmes, et ont dépassé les limites de l’arrogance. (21) Le jour où ils verront les Anges, ce ne sera pas une bonne nouvelle, ce jour-là, pour les injustes, ils (les Anges) diront: «Barrage totalement défendu»! (22) Nous avons considéré l’œuvre qu’ils ont accomplie et Nous l’avons réduite en poussière éparpillée. (23) Les gens du Paradis seront, ce jour-là, en meilleure demeure et au plus beau lieu de repos. (24)

dimanche 24 juin 2018

علمتني هذه الآية: ﴿ ياليتني قدمت لحياتي ﴾

﴿ ياليتني قدمت لحياتي ﴾
أمنيات أهل القبور بين يديك فتداركها مادامت الروح في الجسد ..وأن الحياة لم تبدأ بعد

Versets à méditer: Ô vous qui avez cru! ... آيات للتَّدبُّر: يَـٰٓأَيُّہَا ٱلَّذِينَ ءَامَنُواْ


يَـٰٓأَيُّہَا ٱلَّذِينَ ءَامَنُواْ لَا تَتَّبِعُواْ خُطُوَٲتِ ٱلشَّيۡطَـٰنِۚ وَمَن يَتَّبِعۡ خُطُوَٲتِ ٱلشَّيۡطَـٰنِ فَإِنَّهُ ۥ يَأۡمُرُ بِٱلۡفَحۡشَآءِ وَٱلۡمُنكَرِۚ وَلَوۡلَا فَضۡلُ ٱللَّهِ عَلَيۡكُمۡ وَرَحۡمَتُهُ ۥ مَا زَكَىٰ مِنكُم مِّنۡ أَحَدٍ أَبَدً۬ا وَلَـٰكِنَّ ٱللَّهَ يُزَكِّى مَن يَشَآءُۗ وَٱللَّهُ سَمِيعٌ عَلِيمٌ۬ (٢١)
 Ô vous qui avez cru! Ne suivez pas les pas du Diable. Quiconque suit les pas du Diable, [sachez que] celui-ci ordonne la turpitude et le blâmable. Et n’eussent été la grâce d’Allah envers vous et Sa miséricorde, nul d’entre vous n’aurait jamais été pur. Mais Allah purifie qui Il veut. Et Allah est Audient et Omniscient. (21)

samedi 23 juin 2018

(Quelques explications) des " 99 Beaux Noms d'Allâh Azawajal ": المتكبر 11. Al-Mutakabbir

Le divin souverain, le possesseur de tout, l'imposant, le parfait, le grand, l'immense, celui qui est supérieur à sa création et ses créatures,celui qui est au dessus de tout, le grand souverain. Celui qui manifeste la grandeur en toutes choses et par tous les moyens. Celui qui a tous les droits, les privilèges et les attributs que les autres n'ont pas. 
 
La racine étymologique du mot Al Mutakabbir
 
De part la racine KBR en arabe Al Mutakabbir connote le fait d'être grand par la taille, par le rang ou par la dignité, le fait d'être immense, vaste, ample, étendu, formidable, immuable, le fait être le plus ancien et grand en âge, le fait d'être le plus grand, le plus majestueux dans la dignité, la noblesse, le fait d'être le plus savant celui qui a des droits sur toutes choses.

Exemple d'emploi dans le Coran
 
Houwa Allahou alladhi la ilaha illa houwa almalikou alquddoosu alssalamou almouminou almouhayminou al'azizou aljabbarou almoutakabbirou soubhana Allahi aamma youshrikouna
C'est Lui, Allah. Nulle divinité que Lui; Le Souverain, le Pur, L'Apaisant, Le Rassurant, le Prédominant, Le Tout Puissant, Le Contraignant, L'Orgueilleux. Gloire à Allah ! Il transcende ce qu'ils Lui associent.
Sourate 59 Al Hasr, L'exode verset 23

Mutakabbir est une forme d'empathie de la KBR racine qui désigne activement l'utilisation des droits, privilèges et les attributs qui sont au-dessus et au-delà des droits de tous les autres. Dans l'humanité, ce serait appelé orgueil ou l'arrogance, mais pour Celui c'est tout simplement la vérité. Al-Qurtubi a indiqué que ce nom était le seul et l'unique
 
Noms associés: Jalil est considérée comme la grandeur dans les attributsKabir désigne Celui dont l'essence est la grandeur. Unezim est la grandeur dans les deux attributs et l'auto. Mutakabbir est une forme d'empathie qui dénote activement l'utilisation des droits, privilèges, le grade et les attributs qui sont au-dessus et au-delà des droits de tous les autres.

Twitter et Facebook+Whatsapp :Umberto Eco تويتروفيسبوك+واتساب:امبيرتو-ايكو

د
ان أدوات مثل تويتر وفيسبوك + واتساب " تمنح حق الكلام لفيلق من الحمقى،
 ممن كانوا يتكلون في البارات فقط بعد تناول كاس من النبيذ، 
دون ان يتسببوا باي ضرر للمجتمع ، وكان يتم إسكاتهم فورا. 
اما الان فلهم الحق بالكلام مثلهم مثل من يحمل جائزة نوبل . انه غزو البلهاء" 
 امبيرتو-ايكو
Que des outils tels que Twitter et Facebook, "accordent le droit de parler à une légion d'imbéciles, qui bavardent toujours dans des bistrots après un verre de vin, 
sans causer de dommages à la société, 
et ils étaient réduits au silence immédiatement. 
Mais maintenant, ils ont le droit de parler comme ceux qui ont l'oscar du prix Nobel. 
C'est l'invasion des idiots ". 
Umberto  Eco

Les compagnons du Prophète صلى الله عليه و سلم - Abû Bakr As-Siddîq رضي الله عنه

                               Son nom et sa généalogie

Il se nomme 'Abdoullah Ibn Abi Qouhafa 'Othman Ibn 'Amir.
Abou Bakr était le septième dans la descendance de taym, le fils de Mourra, le septième ancêtre du Prophète. le clan auquel il appartenait se dénommait banû taym du nom de taym sa mère salmâ était une fille de l'oncle de son père, saqr. Le nom originel d'Abou Bakr avait été 'abdul ka'bah. Il s'appelait également 'atîq. Sa mère n'avait aucun fils survivant, et lorsqu'elle avait mis au monde Abou Bakr, elle l'amena au temple et s'exclama : "Ô déité ! si celui-ci est immunisé contre la mort, alors donne-le moi"..........Afficher la suite

Les compagnons du Prophète صلى الله عليه و سلم - Omar ibn al-Khattâb (رضي الله عنه)



Selon Abou Houreira qu'Allah l'agrée, le Messager  - Que la Paix et la Bénédiction soient sur lui - a dit :
« Parmi ceux qui vous ont précédés des fils d'Israël, il y eut des hommes qui n'étaient pas des prophètes, mais auxquels Allah a adressé la parole. S'il devait y en avoir dans ma communauté, ce  serait Omar ! »[ Rapporté par Al-Boukhari ]

Les compagnons du Prophèteصلى الله عليه و سلم - Ali Ibn Abi Tâlib رضي الله عنه


Son nom et sa généalogie
Il se nomme Abou l-Haçan 'Ali Ibn Abi Talib Ibni 'Abdi l-Mouttalib Ibni Hachim Ibni 'Abdi Manaf.
C'est le cousin paternel du Messager d'Allah.
Sa mère est Fatima Bint 'Asad Ibni Hachim.
Sa naissance
Il est né dix ans avant que le Prophète ne reçoive la révélation.
Son enfance
Tabari, nous dit que, voyant toutes les difficultés dans lesquelles Abû-Talib se trouvait à cause de la famine pour entretenir une grande famille, Muhammad se rendit chez `Abbâs, un autre oncle, qui était plus riche, et lui dit : "Abou Tâlib a beaucoup de difficultés en ce moment; il serait charitable de prendre un de ses enfants chez toi, comme moi je vais le faire". Ja'far fut ainsi adopté par `Abbâs, et `Alî par Muhammad.
Il fut éduqué entre les mains du Prophète et dans sa maison. Il était surnommé "Haydara" comparativement au lion mais le Prophète l'avait surnommé "Abou Tourab" le père de la terre, c'est le surnom qu'il préférait.
Sa conversion:........

Versets à méditer: C’est ainsi que ... آيات للتَّدبُّر: وَڪَذَٲلِكَ أَنزَلۡنَـٰهُ


وَڪَذَٲلِكَ أَنزَلۡنَـٰهُ ءَايَـٰتِۭ بَيِّنَـٰتٍ۬ وَأَنَّ ٱللَّهَ يَہۡدِى مَن يُرِيدُ (١٦) إِنَّ ٱلَّذِينَ ءَامَنُواْ وَٱلَّذِينَ هَادُواْ وَٱلصَّـٰبِـِٔينَ وَٱلنَّصَـٰرَىٰ وَٱلۡمَجُوسَ وَٱلَّذِينَ أَشۡرَڪُوٓاْ إِنَّ ٱللَّهَ يَفۡصِلُ بَيۡنَهُمۡ يَوۡمَ ٱلۡقِيَـٰمَةِۚ إِنَّ ٱللَّهَ عَلَىٰ كُلِّ شَىۡءٍ۬ شَہِيدٌ (١٧)أَلَمۡ تَرَ أَنَّ ٱللَّهَ يَسۡجُدُ لَهُ ۥ مَن فِى ٱلسَّمَـٰوَٲتِ وَمَن فِى ٱلۡأَرۡضِ وَٱلشَّمۡسُ وَٱلۡقَمَرُ وَٱلنُّجُومُ وَٱلۡجِبَالُ وَٱلشَّجَرُ وَٱلدَّوَآبُّ وَڪَثِيرٌ۬ مِّنَ ٱلنَّاسِۖ وَكَثِيرٌ حَقَّ عَلَيۡهِ ٱلۡعَذَابُۗ وَمَن يُہِنِ ٱللَّهُ فَمَا لَهُ ۥ مِن مُّكۡرِمٍۚ إِنَّ ٱللَّهَ يَفۡعَلُ مَا يَشَآءُ. )١٨(

C’est ainsi que Nous le fîmes descendre (Le Coran) en versets clairs et qu’Allah guide qui Il veut. (16) Certes, ceux qui ont cru, les Juifs, les Sabéens, les Nazaréens, les Mages et ceux qui donnent à Allah des associés, Allah tranchera entre eux le jour du Jugement, car Allah est certes témoin de toute chose. (17) N’as-tu pas vu que c’est devant Allah que se prosternent tous ceux qui sont dans les cieux et tous ceux qui sont sur la terre, le soleil, la lune, les étoiles, les montagnes, les arbres, les animaux, ainsi que beaucoup de gens? Il y en a aussi beaucoup qui méritent le châtiment. Et quiconque Allah avilit n’a personne pour l’honorer, car Allah fait ce qu’il veut. (18) 

vendredi 22 juin 2018

Versets à méditer: A Allah seul appartiennent l’Est et l’Ouest. ... آيات لِلتَّدَبُّر:وَلِلَّهِ ٱلۡمَشۡرِقُ وَٱلۡمَغۡرِبُ‌ۚ


وَلِلَّهِ ٱلۡمَشۡرِقُ وَٱلۡمَغۡرِبُ‌ۚ فَأَيۡنَمَا تُوَلُّواْ فَثَمَّ وَجۡهُ ٱللَّهِ‌ۚ إِنَّ ٱللَّهَ وَٲسِعٌ عَلِيمٌ۬ (١١٥)
A Allah seul appartiennent l’Est et l’Ouest. Où que vous vous tourniez, la Face d’Allah est donc là, car Allah a la grâce immense; Il est Omniscient. (115) 

(Al-Chamael al-Mohammadiya) Les qualités sublimes du ProphèteMuhammad(صلَّى الله عليه وسلّم) Par l’Imâm at-Tirmidhî




(Al-Chamael al-Mohammadiya)
                                            
Le train de vie du Prophète Muhammad(صلَّى الله عليه وسلّم)
بسم الله الرحمن الرحيم
  • -D'après Mohammad Ibn Sîrîn -qu’Allâh lui fasse Miséricorde-: 
  • « Nous étions chez Abou Houreyra -qu’Allâh l’agrée-
  • il portait deux vêtements en lin, teints à l’argile rouge.  
  • Il se moucha dans l'un des deux et dit : « Vous vous rendez compte ! » 
  • Abou Houreyra se mouche dans du lin ! 
  • Il m'arrivait autrefois de tomber évanoui 
  • entre le minbar du Messager d’Allâh (صلَّى الله عليه وسلّم)  
  • et l’appartement de ‘Aicha -qu’Allâh l’agrée-
  • quelqu'un venait alors mettre son pied sur mon cou, 
  • en s'imaginant que j'étais pris d'un accès de folie. 
  • Or, ce n'était guère la folie, mais seulement la faim ! »
-Mâlik Ibn Dinar -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- a rapporté :
« L'Envoyé d’Allâh(صلَّى الله عليه وسلّم) ne s'est guère rassasié de pain ni de viande, 
sauf lorsqu'il en mangeait avec de nombreuses personnes (‘ala dafaf). »

Mâlik Ibn Dinar ajoute:
« J'ai demandé à un homme parmi les bédouins ce qu'était dafaf. 
Il répondit : « Cela signifie de prendre son repas avec les gens. ». »
-D'après Simâk ben Harb -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- : 
« J'ai entendu al-No‘mân Ibn Bachîr -qu’Allâh l’agrée- dire : 
« N'avez-vous donc pas de nourriture et de boisson comme vous en voulez ? 
J'ai vu votre Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) alors qu'il ne trouvait point 
comme dattes dures de quoi remplir son ventre ! »

-‘Aicha -qu’Allâh l’agrée- a dit :
« Nous restions, la Famille de Mohammad(صلَّى الله عليه وسلّم)
un mois sans allumer un feu. Il n'y avait que des dattes et de l'eau. »
-Abou Talha -qu’Allâh l’agrée- a relaté :
« Nous nous plaignîmes de la faim auprès du 
Messager(صلَّى الله عليه وسلّم) d’Allah et chacun montra qu'il mettait contre son ventre une pierre. 
Le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) montra alors deux pierres qu'il avait sur le ventre. »
Commentaire de l’Imâm [Tirmidhî]:
Ce hadith est de caractère" singulier"(gharîb) [1], au niveau d'Abou Talha.
Nous ne le connaissons que par cette voie. Le sens de ses termes:
"chacun montra qu'il mettait contre son ventre une pierre ",
est qu'ils serraient une pierre à leur ventre du fait de l'effort et de
la faiblesse qu'ils enduraient, en raison de la faim.
Source : Al-Chamael al-Mohammadiya

-D'après Abou Houreyra -qu’Allâh l’agrée- :
« Le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) sortit à une heure où il n'avait pas l'habitude 
de sortir[2] et où personne ne venait le trouver.
Or, Abou Bakr -qu’Allâh l’agrée- arriva à sa rencontre et il  lui dit : 
« Qu'est-ce qui t'a fait venir, ô Abou Bakr ? »
« Je suis sorti en comptant trouver le Messager d’Allah
(صلَّى الله عليه وسلّم)
regarder son visage et le saluer. »
Peu après lui, vint ‘Omar -qu’Allâh l’agrée-.
Il lui demanda aussi : « Qu'est-ce qui t'a fait venir, ô ‘Omar ? »
« La faim, ô Messager d’Allah ! »
Moi aussi dit le Prophète
(صلَّى الله عليه وسلّم) , j'ai ressenti une part de cela. 
Ils allèrent alors vers le domicile d'Abou al-Haytham ben al-Tayhân l'Ançarite. 
C'était un homme qui possédait de nombreux dattiers et beaucoup de bétail, 
mais qui n'avait pas de serviteurs ; c'est pourquoi, ils ne le trouvèrent pas.
Ils demandèrent à sa femme : « Où est ton compagnon ? »
« Il est parti nous chercher de l'eau douce. »
Ils n'attendirent guère longtemps qu'Abou al-Haytham arriva avec 

une outre dont le poids le faisait tituber. 
Il la posa, puis vint serrer le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) entre ses bras, en disant :
« Que mon père et ma mère soient ta rançon ! »
Puis, il les emmena dans son clos, étendit pour eux un tapis sur le sol et se 

dirigea vers un palmier dont il cueillit un régime 
de dattes qu'il déposa devant eux.Le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) dit alors :
«Pourquoi n'as-tu point choisi parmi ceux qui sont tous mûrs?»
J'ai voulu, ô Messager d’Allah, que vous choisissiez vous-mêmes entre 
les dattes mûres et celles qui le sont moins. 
Ils mangèrent alors et burent de l'eau dont nous avons parlé; 
le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) dit ensuite : 
« Cela, par Celui qui détient mon âme en Sa Main, fait partie des bienfaits 
dont vous serez interrogés, le jour de la Résurrection ; 
ombre rafraîchissante, dattes excellentes et eau fraiche ! »
Abou al-Haytham alla ensuite leur préparer un repas.
Le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) dit alors : « N'égorge point de bête laitière pour nous ! »
Il immola alors une chevrette ou un chevreau à leur intention, 

puis vint avec par la suite, et ils mangèrent. Après quoi, 
le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) lui demanda : « As-tu un serviteur ? »
« Non » répondit-il.
Lorsque des captifs nous seront amenés, viens nous trouver, 
ajouta le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) ...
Après cela, on amena deux captifs au Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم)  
et Abou al-Haytham vint le voir.
Le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) lui dit alors : « Choisis entre eux deux ! »
« Ô Envoyé d’Allah ! Choisis pour moi. »
« Celui à qui on demande conseil doit être digne de la confiance mise en lui. 
Prends celui-là ! » Je l'ai vu faire la prière. Traite-le de manière convenable.
Abou al-Haytham alla trouver son épouse et la mit au courant 
des propos du Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم)
Elle lui dit alors : « Tu ne parviendras à appliquer vraiment ce que le 
Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) a dit à son sujet que si tu l'affranchis. »
« Qu'il soit affranchi! dit alors Abou al-Haytham. »
Le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) dit alors : « Allah n'a suscité de prophète ou 
de souverain sans qu'ils n'aient deux sortes d'entourage. 
Un entourage qui leur recommande le bien et leur interdit le mal et un 
entourage qui ne manque pas de vouloir les corrompre. 
Celui qui est préservé de l'entourage pernicieux, celui là aura été sauvegardé. ». »
-Qays Ibn Hâzem a relaté qu'il entendit Sa‘d Ibn Abi Waqqâç -qu’Allâh l’agrée- dire :
« Je suis le premier homme à avoir fait couler du sang dans la voie de Allah[3]
le premier homme à avoir tiré une flèche dans la voie de Dieu. 
Or, il m'arrivait d'être en expédition avec un groupe de Compagnons de 
Mohamed(صلَّى الله عليه وسلّم) et nous ne mangions alors que des feuilles d'arbre et 
des gousses d'acacia, au point que les commissures de nos lèvres devenaient 
ulcéreuses et que les selles de certains d'entre nous ressemblaient 
à ce qu'expulsent le mouton et le chameau. 
Et maintenant, les Banou Asad me font des remontrances sur ma religion, auquel 
cas (s'ils disaient vrai) ce serait mon malheur, ma perte et la ruine de mes actes[4]»
-D'après ‘Amrou Ibn ‘Ysa al-iAdun -qu’Allâh l’agrée- : 
« J'ai entendu Khâled ben ‘Omeyr et Chouweys Abou Raqqâd -qu’Allâh l’agrée
 relater : « ‘Omar ben al-Khattab -qu’Allâh l’agrée- envoya en mission 
‘Otba Ibn Ghazwân -qu’Allâh l’agrée- et lui dit :
« Cheminez, toi et ceux qui sont avec toi, jusqu'à ce que vous atteigniez l'extrémité
de la terre des Arabes et la région la plus proche du pays non arabe ... »
Ils se mirent donc en route jusqu'à ce qu'ils parvinrent à al-Mirbad où 
ils remarquèrent comme de la roche tendre et blanche ; ils se dirent alors : 
« Qu'est-ce donc que cela ? »
« De la roche gypseuse (al-baçra)[5] » dirent certains.
Puis ils poursuivirent leur chemin jusqu'à proximité du Petit pont.
« Voilà le lieu qui vous a été stipulé ! » affirmèrent-ils. Et ils y descendirent alors ...
L’Imâm at-Tirmidhî dit :«Ceux qui l'ont rapporté ont mentionné ensuite toutes les circonstances de ce récit...»[6]
...‘Otba Ibn Ghazwân -qu’Allâh l’agrée- dit : « Alors que je fus le septième à suivre 
le Prophète d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) , il arrivait que nous n'avions à manger que des 
feuilles d'arbres, au point que les commissures de nos lèvres devenaient ulcéreuses. 
Il m'arriva aussi de trouver une pèlerine (bourda) 
que je décidai de partager en deux avec Sa‘d (Ibn Abî Waqqâç).
Aujourd'hui, il n'y a pas un seul d'entre nous sept qui ne 
soit gouverneur d'une province. 
Plus tard, vous pourrez voir comment agiront les autres gouverneurs. »

-Anas -qu’Allâh l’agrée- a relaté : « L'Envoyé d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) a dit : 
« Dans la voie d’Allah, j'ai été inquiété pendant que personne ne l'était et subi 
des torts pendant que nul n'en subissait. J'ai connu trente jours consécutifs 
pendant lesquels ni moi ni Bilal -qu’Allâh l’agrée- n'avions à 
manger ce dont se nourrit 
une créature ayant un foie, sauf une quantité (si petite) 
que l'aisselle de Bilal -qu’Allâh l’agrée- aurait pu cacher. »

-D'après Anas Ibn Mâlik -qu’Allâh l’agrée-,
il ne s'est pas trouvé chez le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) de déjeuner ou de dîner où le pain et
la viande furent réunis, sauf lorsqu'il y avait de nombreux convives (‘ala dafaf).
Commentaire de l’Imâm:
‘Abdallah (Ibn ‘Abd al-Rabmân al-Dârimî) note (à propos de ‘ala dafaf) :
« On l'explique par la présence de nombreuses personnes au repas. »
Source : Al-Chamael al-Mohammadiya

-Nawfal Ibn lyas al-Hodbali -qu’Allâh l’agrée- a déclaré :
« On s'asseyait souvent en présence de ‘Abd al-Rahmân Ibn ‘Awf 
et quelle belle compagnie que la sienne !
Un jour qu'il nous emmena chez lui, nous entrâmes donc et lui à notre suite. 
Il alla se laver puis revint. On nous apporta un grand plat contenant du pain et de la viande. Lorsqu'il fut posé, ‘Abd al-Rahmân pleura.
Je lui demandai : « Ô Abou Mohammad ! Qu'est-ce qui te fait pleurer ? »
« Le Messager de Dieu
(صلَّى الله عليه وسلّم) est mort, répondit-il, 
alors que ni lui ni les gens de sa Maison ne se rassasièrent de pain d'orge. 
Je ne pense donc pas qu'on nous ait laissés encore 
(après eux) pour ce qui est préférable pour nous. ». »

Le bon caractère du Prophète Mohamed(صلَّى الله عليه وسلّم)
D'après Kbârija, fils de Zeyd ben Thâbet -qu’Allâh les agrée-
des hommes entrèrent chez Zeyd ben Thâbet -qu’Allâh l’agrée- et lui Dirent :
« Parle-nous de hadiths de l'Envoyé d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) .
« De quel hadith pourrais-je vous parler ? J'étais son voisin. 
Lorsque la Révélation descendait sur lui, 
il me faisait appeler et j'écrivais celle-ci
Lorsque nous évoquions le bas-monde, il l'évoquait avec nous. 
Lorsque nous évoquions la vie dernière, il l'évoquait avec nous. 
Lorsque nous parlions de nourriture, il en parlait avec nous. 
Tout cela peut vous donner une idée sur le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) »

‘Amrou ben al-‘Aç -qu’Allâh l’agrée- a dit :
« L'Envoyé d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) lorsqu'il s'exprimait, adressait son regard 
et ses paroles aux moins méritants, afin de les amadouer. 
Ainsi[7], il tournait sa face vers moi, en même temps qu'il s'exprimait, 
au point que je pensai que j'étais le meilleur de tous, 
et j'en vins à lui demander :
« Messager d’Allah ! Qui est meilleur, moi ou Abou Bakr ?
« Abou Bakr -qu’Allâh l’agrée- » répondit-il(صلَّى الله عليه وسلّم) .
« Messager d’Allah ! Qui est meilleur, moi ou ‘Omar ? »
« ‘Omar -qu’Allâh l’agrée-. »
« Messager d’Allah ! Qui est meilleur, moi ou ‘Othmân ?
« ‘Othmân -qu’Allâh l’agrée-. »
Après avoir ainsi interrogé le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم)  
qui me répondit avec cette franchise, 
je souhaitais ne pas lui avoir demandé cela. »

Anas Ibn Mâlik[8] -qu’Allâh l’agrée- a dit :
« J'ai servi le Prophète d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) pendant dix ans. 
Il ne m'a guère dit une seule fois" fi " ("ouf"), ni m'a dit d'une chose que je fis, 
pourquoi l'as-tu faite, ni d'une chose que je délaissai, pourquoi l'as-tu délaissée. 
Le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) était de ceux qui avaient le meilleur caractère. 
Je n'ai guère touché de martre (khazz)[9] ni de soie ni autre chose plus douce 
que la main du Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم)
Je n'ai guère senti de musc ni d'autre parfum plus agréable 
que la sueur du Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) »

D'après Anas Ibn Mâlik -qu’Allâh l’agrée- : 
« Il y avait en présence de l'Envoyé d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) un homme ayant 
sur lui une trace jaune (de safran). 
Or, le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) n'osait pas s'adresser à une personne 
par ce qui pouvait la contrarier. 
Ainsi, lorsque cet homme se leva et partit, il dit à ceux qui étaient présents : 
"Si seulement vous lui disiez de délaisser le jaune (du safran)[10]. ". »

D'après ‘Aïcha -qu’Allâh l’agrée- : 
« Le Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) n'était ni grossier de caractère 
ni se rendait grossier, et n'était point crieur dans les souks. 
Il ne rendait pas la mauvaise action par une mauvaise, 
mais pardonnait et effaçait. »

‘Aïcha -qu’Allâh l’agrée- a de même relaté :
« L'Envoyé d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) n'a rien frappé de sa main, sauf 
lorsqu'il faisait le djihad dans la voie de Dieu. 
Il n'a jamais frappé un serviteur ou une femme. »

D'après ‘Aïcha -qu’Allâh l’agrée- :
« Je n'ai jamais vu le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) essayer d'avoir gain 
de cause pour ce qui est d'une injustice le touchant, tant que les 
interdits de Dieu n'étaient en rien violés. 
Mais si on portait atteinte à ceux-ci, il se montrait le plus irrité 
vis-à-vis de cela. Il ne lui à point été donné de choisir entre 
deux choses qu'il n'ait choisi la plus facile, 
tant que celle-ci n'était point un péché. »

‘Aïcha -qu’Allâh l’agrée- a déclaré :
« Un homme demanda à entrer auprès de l'Envoyé 
d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم)   alors que je me trouvais chez lui.
Il dit alors : « Quel mauvais fils, ou quel mauvais frère, pour les siens ! »
Suite à quoi, il l'autorisa à entrer et lui tint des propos bienveillants.
Lorsque l'homme sortit, je demandai : 
« Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) ! Tu as dit ce que tu as dit [sur cet homme], 
puis tu lui as tenu des propos bienveillants. »
Il  répondit (صلَّى الله عليه وسلّم) : « ‘Aicha, la personne la plus néfaste est celle 
que les gens évitent, ou dont ils s'écartent, de crainte de sa grossièreté. ». »

D'après al-Hasan Ibn ‘Ali -qu’Allâh l’agrée- :
« Al-Houseyn (mon frère) Ibn ‘Ali -qu’Allâh les agrée- a dit: 
« J'ai demandé à mon père quelle était la conduite du Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم)  
avec ceux qui s'asseyaient avec lui. »
Il -qu’Allâh l’agrée- répondit : 
« Le Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) était toujours souriant, 
de nature accommodante et était bienveillant. 
Il n'était ni rustre, ni dur, ni crieur, ni grossier, ni dénigreur, ni difficile. 
Il ne prêtait guère attention à ce qui n'avait pas d'intérêt. 
On ne désespérait pas de lui et il ne décevait pas.
Il y a trois choses dont il s'abstenait: 
la contradiction, l'excès[11] et ce qui ne le regardait pas. 
Il s'est abstenu de même de trois choses, pour ce qui concerne les gens : 
il ne critiquait ni dénigrait personne ; il ne cherchait à dévoiler 
l'intimité de personne ; il ne parlait que pour ce 
dont on espère une rétribution divine.
Lorsqu'il parlait, les assistants restaient totalement silencieux ; 
on aurait dit que les oiseaux étaient sur leurs têtes. 
Lorsqu'il se taisait, ils parlaient alors. 
Ils ne s'opposaient jamais en sa présence. 
Quand l'un d'entre eux s'exprimait, 
ils restaient silencieux jusqu'à ce qu'il termine. 
Leur propos auprès de lui restait (attractif) 
comme celui du premier d'entre eux à avoir parler.
Il riait en même temps que leur rire et s'étonnait 
en même temps que leur étonnement. 
Il prenait patience avec les étrangers lorsque leur langage et leurs demandes 
semblaient rudes, et ses Compagnons les faisaient venir.[12]
Il  disait(صلَّى الله عليه وسلّم); « Lorsque vous voyez quelqu'un demander à 
ce qu'on réponde à sa nécessité, assistez-le ! »
Il n'acceptait d'éloge que de quelqu'un qui marquait 
ainsi un geste réciproque au sien. 
Il ne coupait la parole à personne, sauf en cas de transgression où 
il l'interrompait alors en l'interdisant ou en se levant. »

D'après Mohammad Ibn al-Mounkader -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- :
« J'ai entendu Jâber Ibn ‘Abdallah -qu’Allâh l’agrée- dire ; - On n'a guère demandé 
quelque chose à l'Envoyé d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) où il ait répondu par «  non ». »

Ibn ‘Abbas -qu’Allâh l’agrée- a dit :
« Le Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) était le plus généreux en bienfaits. 
C'est durant le mois de ramadan, jusqu'à son terme, qu'il l'était le plus. 
Gabriel venait alors le trouver et lui faisait réviser le Coran, 
et lorsque Gabriel le rencontrait, 
le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) était plus généreux que le vent bénéfique. »

Anas Ibn Mâlik -qu’Allâh l’agrée- a relaté :
« Le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) ne mettait rien en réserve pour le lendemain. »

D'après ‘Omar Ibn al-Khattab -qu’Allâh l’agrée- :
« Un homme vint trouver le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم)  
et lui demanda de lui donner quelque chose.
Il  lui répondit (صلَّى الله عليه وسلّم)
« Je n'ai rien, mais cependant, achète sur mon compte et 
lorsque des ressources me parviendront, je réglerai. »
‘Omar dit ; « Messager d’Allah ! Tu lui as déjà donné. 
Allah ne t'a guère chargé de ce qui n'est pas dans ta possibilité. »
Le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) n'apprécia pas les propos de ‘Omar. 
Un homme des Ançar dit alors ; - Envoyé d’Allah ! 
Fais généreuse dépense et ne crains pas de pauvreté, 
eu égard au Seigneur du Trône!
Le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) sourit et on pouvait voir le contentement 
sur son visage, suite aux paroles de l'Ançarite.
Puis il  dit (صلَّى الله عليه وسلّم) : « C'est ainsi qu'on m'a commandé d'agir ! ». »

D'après ‘Aicha -qu’Allâh l’agrée-, le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) 
  acceptait les cadeaux et les rétribuait.

Les traits physiques du Messager de Dieu(صلَّى الله عليه وسلّم)
Abou Rajâ’ Qoteyba Ibn Sa‘ïd -qu’Allâh lui fasse Miséricorde-
nous a tenu le propos d'après Mâlik Ibn Anas (qui le tient)
-qu’Allâh lui fasse Miséricorde- d'après Rabi ‘a Ibn ‘Abd Ar-Rahmân -qu’Allâh lui fasse Miséricorde-, d'après Anas Ibn Mâlik -qu’Allâh l’agrée- qui a dit :
« Le Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) n'était ni sensiblement grand ni petit. 
Son teint n'était ni très blanc ni très brun. Ses cheveux n'étaient ni crépus ni raides. 
Allah le Très-Haut l'envoya comme prophète lorsqu'il eut quarante ans. 
Depuis, il demeura dix ans à la Mecque et dix ans à Médine. 
Allah  le rappela à Lui lorsqu'il eut soixante ans ; 
il n'y avait pas alors dans ses cheveux et sa barbe vingt poils blancs. »

Anas Ibn Mâlik -qu’Allâh l’agrée- relate de même :
« L'Envoyé d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) était de taille moyenne, ni très grand ni petit. 
Il avait un beau physique. Ses cheveux n'étaient ni frisés ni raides. 
Il était brun. Sa démarche était dynamique. »

D'après al-Barrâ’ Ibn ‘Âzeb -qu’Allâh l’agrée- :
« Le Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) était de taille moyenne. 
Ses épaules étaient larges. 
Sa chevelure abondante lui arrivait sous la nuque et jusqu'au lobe des oreilles. 
Il porta une houlla[13]  de couleur rouge ; je n'ai guère vu plus beau que lui. »

Al-Barrâ’ Ibn ‘Âzeb -qu’Allâh l’agrée- a relaté de même :
« Je n'ai pas vu un homme aux cheveux couvrant la nuque porter 
une houlla rouge, plus beau que le Prophète d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم)
ses cheveux retombaient sur ses épaules, 
sa taille n'était ni courte ni longue. »


‘Ali Ibn Abi Tâlib -qu’Allâh l’agrée- a dit :
« Le Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) n'était ni très grand ni petit. 
Ses mains et ses pieds étaient fermes (chathan)[14]
Sa tête et ses membres étaient grands, ses poils entre la poitrine 
et le nombril formaient une longue ligne. 
Sa démarche tendait vers l'avant par son dynamisme ; 
on aurait dit qu'il dévalait une pente. 
Je n'ai guère vu semblable à lui, ni avant ni après. »


D'après Ibrâhim Ibn Mohammad -qu’Allâh lui fasse Miséricorde-,
de la descendance de ‘Ali Ibn Abi Tâlib -qu’Allâh l’agrée- :
« Lorsque ‘Ali décrivait le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) , il disait : 
« Le Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم)  n'était ni extrêmement grand ni trapu. 
Sa taille était moyenne parmi les gens. 
Ses cheveux n'étaient ni crépus ni raides, mais ondulés. 
Son visage n'était ni plein ni rond, mais quelque peu arrondi, 
avec une blancheur mêlée de couleurs. 
Ses yeux d'un noir vif étaient surmontés de longs cils. 
La tête[15] de ses os ainsi que la partie centrale 
entre ses omoplates étaient imposantes. 
Il n'était guère velu et ses poils entre la poitrine et 
le nombril formaient une ligne. 
Ses mains et ses pieds étaient fermes[16]
Son pas était  énergique, on aurait dit qu'il dévalait une pente. 
Lorsqu'il se retournait, il se retournait entièrement. 
Le sceau de la Prophétie apparaissait entre ses épaules, 
alors qu'il fut lui-même le Sceau des prophètes. 
Il était l'homme le plus bienveillant, le plus véridique, 
dont la nature était la plus douce, 
et le plus munificent pour son peuple.
Qui le voyait pour la première fois[17], en éprouvait une grande révérence. 

Qui le fréquentait par connaissance, l'aimait. 
Qui l'a décrit a déclaré : "Je n'ai guère vu semblable à lui, ni avant ni après. »

D'après al-Hasan Ibn ‘Ali -qu’Allâh les agrée-  a dit :
« J'ai demandé à mon oncle maternel, Hind Ibn Abi Hâla qui savait fort bien décrire,
ce qu'il en était des traits du Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم) .
 Je souhaitais vivement qu'il m'en décrive une part à laquelle je m'attacherais.
Il -qu’Allâh l’agrée- répondit :
« Le Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) était imposant et révéré. 
Son visage rayonnait comme brille la pleine lune. 
Il était plus grand que l'homme de taille moyenne et plus petit que l'homme de 
très grande taille. Sa tête était grande et ses cheveux lisses. 
Si ses cheveux pouvaient être séparés facilement, il les séparait par une raie 
au milieu; autrement, ils ne dépassaient pas le lobe 
des oreilles, s'il les ramenait vers la nuque.Son teint était d'une clarté rayonnante. 
La partie supérieure à ses tempes était grande. 
Ses longs sourcils minces et arqués ne se rejoignaient pas ; le pli entre ceux-ci se 
gonflait lorsqu'il était courroucé. Son nez était long et mince et très légèrement busqué 
par le milieu de son arête qui semblait briller, au point que celui qui ne l'observait pas 
de près pouvait penser que son nez était juste droit.Sa barbe était bien fournie, ses joues 
n'étaient ni creuses ni rondes. Sa bouche était large et ses incisives centrales du haut, 
séparées. Ses poils entre la poitrine et le nombril formaient une ligne mince. 
On aurait dit que son cou était celui d'une figurine, telle la clarté de l'argent. 
Sa constitution était équilibrée, sa chair ferme et bien formée.
Son ventre et sa poitrine s'alignaient sur un même plan. 

Sa poitrine et ses épaules étaient larges et ses articulations imposantes.
Ce qui paraissait de son corps rayonnait. 

Des poils entre le milieu de sa poitrine et le nombril semblaient former une ligne. 
Sa poitrine et son ventre en étaient dépourvus alors que des 
poils couvraient ses avant-bras, ses épaules et le haut de sa poitrine. 
Ses avant-bras étaient longs et ses paumes bien grandes. 
Ses mains et ses pieds étaient fermes et ses doigts éployés (sâïl)[18] 
[ou, dit celui qui rapporte cette relation : et ses doigts relevés (châïl)]. 
Sa voûte plantaire était bien courbée et la plante de ses pieds bien lisse, 
au point que l'eau s'en écoulait facilement.
Ses pas étaient énergiques, sa démarche tendait vers l'avant 

par son dynamisme. Il marchait avec sérénité. 
Ses pas étaient grands et rapides, on aurait dit qu'il dévalait une pente[19]
Lorsqu'il se retournait, il retournait tout son corps. 
Il baissait le regard qui regardait plus la terre que le ciel. 
Il regardait le plus souvent du côté de l'angle externe des yeux. 
Il marchait derrière ses Compagnons et commençait 
le premier le salut avec les personnes rencontrées. »


.... Cho‘ba -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- nous l'a rapporté d'après Simâk Ibn Harb
-qu’Allâh lui fasse Miséricorde- qui a déclaré : « J'ai entendu Jâber Ibn Samora  
-qu’Allâh l’agrée- dire : 
« La bouche du Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) était large (dalî' alfam
Il y avait une légère rougeur dans le blanc de ses yeux (achkal al- 'aynayn
et ses talons n'étaient pas charnus (manhoûs al ‘aqib). »

Cho‘ba -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- ajoute :
« Je demandai à Simâk : « Qu'est-ce que dalî' al-fam ? »
« Une bouche large », répondit-il.
« Qu'est-ce que achkal al-'aynayn ? »
« De grands yeux dont la forme est allongée »[20]
« Qu'est-ce que manhoûs al-‘aqib ? »
« Un talon ayant peu de chair. ». »

Jâber Ibn Samora -qu’Allâh l’agrée- a de même relaté :« J'ai vu le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم)
par une nuit claire, porter une houlla rouge. Je les regardais, lui et la lune; 
il était manifeste pour moi qu'il était plus beau que celle-ci. »

D'après Abou Ishâq : « Un homme posa cette question à al-Barrâ' Ibn ‘Azeb 
 -qu’Allâh l’agrée- : « Est-ce que le visage de l'Envoyé d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم) 
  était comme [l'éclat de] l'épée ? »[21]
« Non! Plutôt comme la [clarté[22] de la] lune », lui répondit-il. »

D'après Abou Houreyra -qu’Allâh l’agrée- : « Le Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم)  avait 
le teint clair ; c'est comme s'il fut formé à partir d'argent. Ses cheveux étaient lisses. »

Jâber Ibn ‘Abdallah -qu’Allâh l’agrée- relate que l'Envoyé d’Allah a dit :
« On me présenta les prophètes. Moïse -‘aleyhi sallâm- m'apparut comme un homme 
des Chanoû'a[23]. J'ai vu Jésus fils de Marie -‘aleyhi sallâm-
la personne que j'ai vue lui ressembler le plus est 'Orwa Ibn Mas'oûd[24]
J'ai vu aussi Abraham -‘aleyhi sallâm-
la personne que j'ai vue lui ressembler le plus est votre homme 
[c'est-à-dire (le Prophète) lui-même (ajoute Jâber)]. 
J'ai vu de même Gabriel -‘aleyhi sallâm-
la personne que j'ai vue lui ressemblant le plus est Dihya[25]. »

D'après Sa‘îd al-Joureyri -‘aleyhi sallâm- : « J'ai entendu Abou Tofeyl -‘aleyhi sallâm- dire :
« J'ai vu le Prophète(صلَّى الله عليه وسلّم), et il ne reste plus sur cette terre un autre 
que moi l'ayant vu[26]« Décris-moi le », lui demandai-je alors.
Il avait, répondit Abou Tofeyl, le teint clair. Il était beau et de taille moyenne. »

D'après Ibn ‘Abbâs -‘aleyhi sallâm- : « Le Messager d’Allah(صلَّى الله عليه وسلّم)  
avait les incisives centrales du haut séparées. 
Lorsqu'il parlait, la lumière semblait paraître entre ses incisives. »
Source : Al-Chamael al-Mohammadiya

[1] C'est le hadith qui, à au moins un niveau de sa chaîne de transmission, n'est rapporté que par une seule personne. Ici, seul Abou Talha -qu’Allâh l’agrée-  (au niveau de la génération des Compagnons, dans la chaîne) a relaté le hadith.
[2] Les détails du hadith et les habitudes du pays semblent indiquer qu'il s'agit de l'heure suivant la prière du début d'après midi (dhohr).
[3] Aux premiers temps de la prophétie, à la Mecque, Sa‘d -qu’Allâh l’agrée-, qui faisait clandestinement la prière avec un groupe de croyants, avait blessé avec une mâchoire de chameau un des polythéistes qui tentaient de les en empêcher.

[4] Sa'd ben Abi Waqqâç mort à Médine, en 55H/675 -qu’Allâh l’agrée-, un des dix Compagnons à qui le Prophète  fit l'annonce du paradis, participa à toutes les batailles avec lui, et plus tard, à la conquête de l'Iraq et de la Perse. Le hadith fait allusion aux critiques tendancieuses dont il fut l'objet lorsqu'il fut gouverneur d'al-Koufa, sous 'Omar.
[5] Une des définitions de al-baçra, qui peut être aussi de l'alabastrite ou du tuffeau blanc.
[6] Al-Tirmidhi se limitant au sujet du chapitre en cours. ‘Omar -qu’Allâh l’agrée- avait envoyé ce détachement pour fonder une ville garnison qui prit le nom d'al-Baçra (au sud de l'Iraq), comme il est fait allusion dans ce hadith.

[7] ‘Amrou (m. en Égypte, 43 H/663) -qu’Allâh l’agrée-. Il avait adhéré à l'islam en l'an 8 H. D'une intelligence et d'une habileté légendaire, les Qoreych l'avait notamment envoyé comme ambassadeur auprès du Négus, pour demander l'extradition des premiers émigrés musulmans en Abyssinie. Le Prophète le nomma comme émir à l'expédition de Dhât al-Salâsil (8 H.) et gouverneur à Oman. Plus tard, il fut gouverneur de Palestine puis d'Égypte, sous ‘Omar -qu’Allâh l’agrée-, puis Mo‘awiya -qu’Allâh l’agrée-.
[8] Anas ben Mâlik (m. à Basra, 93H1712) fut mis par sa mère Oum Souleym au service du Prophète, à dix ans. De nombreux hadiths (2286, dont les variantes d'un même hadith) ont ainsi été rapportés par son intermédiaire.
[9] Le terme désigne aussi la soie grège, la bourrette ou l'étoffe en soie et laine (telle la popeline).

[10] Son utilisation par les hommes, sur la peau ou les habits, ayant le caractère" non-appréciable" (makrouh). Deux explications y sont données: c'était un parfum pour femmes; sa couleur jaune. Cf. Fath al-Bâri, T.I0, had. 5846.
[11] L'excès (al-ikthâr) d'argent ou de paroles. Dans une autre relation, il y a le terme al-ikbâr, signifiant la condescendance.
[12] Ils souhaitaient profiter des questions que posaient les bédouins venant à Médine.

[13] "houlla" : un ensemble constitué de la tunique, du manteau sans manches ridâ' porté sur les épaules, et du turban ... ; cela peut être aussi l'ensemble constitué de deux grandes pièces de tissu, l'une servant de pèlerine et l'autre de pagne (Lisân al- 'Arab, T.11, 172). La couleur rouge semble désigner des raies rouges sur le tissu, comme il apparaît d'autres relations.
[14] Le terme aurait exprimé la callosité si d'autres relations n'avaient évoqué la douceur de ses mains, (Cf.
Fath al-Bâri d'Ibn Hajar, T. 6, hadith 3561).
[15] Tels l'arrondi des épaules (comme il est surtout question ici), les genoux, les coudes.

[16] L'auteur, qui, à la suite de ce hadith, explique ses termes difficiles, précisent que ce sont ses doigts et ses orteils qui l'étaient.

[17] " badîlha ", autre sens possible "de manière impromptue ".
[18] C'est-à-dire non recroquevillés, ni courts et ni flasques.
[19] Son énergie donnait à penser qu'il marchait avec le devant de ses pieds, comme le fait celui qui dévale une pente. (Lisân al-Arab, T. 1, 517).

[20] Cependant, les commentateurs l'expliquent selon son sens commun, tel qu'il a été traduit plus haut, Cf. Charh
Sahîh Mouslim d'an-Nawawi, T. 15, 93).
[21] C’est-à-dire fin.
[22] La comparaison est relative au rayonnement du visage mais aussi à sa forme, (cf, Fath al-Bâri, hadith 3552).
[23] Ou les Azd Chanoû'a, tribu du Yémen.

[24] 'Orwa ben Mas'oûd al-Thaqafi. Un des principaux personnages de Taef. Il adhéra à l'islam l'an neuf de l'Hégire et revint le prêcher à son peuple qui le tua.
[25] Dihya ben khalîfa al-Kalbi. Compagnon du Prophète, il porta son message à Héraclius, en 6H/628. Il mourut près de Damas, sous Mo'âwia.
[26] Abou al-Tofeyl, 'Âmer ben Wâthila, mourut le dernier parmi les Compagnons, entre les années cent et cent dix de l'Hégire, à la Mecque. Rappelons que le Prophète est mort à Médine le lundi 12 rabî' 1er, l'an 11 H. (juin 632).