Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

samedi 14 octobre 2017

RÉSUMÉ PRÉCIS SUR LA HIJAMA

le prophète (صلى الله عليه وسلم)  a dit :
"à chaque fois que je passais la nuit de mon ascension nocturne par un groupe d'anges , ils me disaient , Fais la hidjaama Oh Mohammad et dans une autre naration :a chaque fois que je passais la nuit de mon ascension nocturne par un groupe d'anges , ils me disaient : Conseil à ta communauté La Hidjaama Oh Mohammad ".  
le hadith on le trouve aussi chez Ibn Maadjah celon Anas Ibn Maalik , et aussi chez Attirmidhi dans ses sounane Celon Ibn Mass'oud.

1. Définition de La Hijama

La hijama, dite incisiothérapie ou cupping therapy, est une méthode thérapeutique qui consiste à réaliser des incisions épidermiques superficielles à des points bien précis du corps humain et à y appliquer des ventouses afin d’aspirer le sang par l’intermédiaire d’un appareil faisant le vide, facilitant ainsi l’évacuation du sang.

Différents types de Hijama

On distingue deux types de hijama :

La hijama sanglante : elle consiste en l’application d’une ventouse pendant 3 minutes, suivie de la réalisation de petites incisions.

La hijama sèche : elle consiste en l’application d’une ventouse sans incision. Cette ventouse pourra être laissée en place pendant 20 minutes, elle pourra être utilisée comme instrument de massage (par des mouvements de rotation) ou être successivement mise en place et enlevée à des intervalles de temps très réduit (technique wamadat).

2. Physiologie

Le milieu intérieur de l'homme comprend, en plus des cellules, trois compartiments liquidiens : sang, lymphe interstitielle et lymphe canalisée ou circulante.

L'appareil circulatoire sanguin chez l'homme est clos (fermé). L'ensemble de l'appareil circulatoire sanguin de l'homme forme approximativement deux boucles réunies au niveau du cœur. La grande circulation va du cœur gauche au cœur droit et irrigue tous les organes. La petite circulation va du cœur droit au cœur gauche et réalise les échanges nutritifs gazeux au niveau des poumons. Le cœur est une pompe cloisonnée, le sang droit et le sang gauche ne se mélangent pas. L'appareil lymphatique comprend aussi aussi des vaisseaux clos de même nature que les vaisseaux sanguins.

Ainsi, le cœur éjecte 20 litres de sang dans la grande circulation, qui passe ensuite dans l’espace interstitiel :

- 18 litres seront réabsorbés dans le sang,
- les 2 litres restants retournent au sang par la voie lymphatique, cette dernière est un espace de stagnation qui constitue le lieu d’action de la hijama.

3. Chronobiologie

La chronobiologie est l’étude des rythmes biologiques auxquels sont soumis les êtres vivants.

La hijama doit tenir compte de ces rythmes. Elle doit se faire :

- au milieu du jour
- vers le début de la deuxième moitié du mois lunaire
- vers la fin du printemps et le début de l’hiver (le sang se fluidifie en été).

Remarque : en cas de nécessité (maladie), la hijama peut être réalisée en dehors de ces temps.
4. Biologie

Plusieurs recherches ont été menées à travers le monde sur la hijama, en voici quelques résultats.

Résultats de l’équipe syrienne (Dr Cherif, 2001)
Sur 600 malades, l’analyse du sang extrait par la hijama donne les résultats suivants :

- Le sang contient 1/10ème des globules blancs circulants
- La forme des globules rouges est anormale
- La capacité de liaison du fer est très élevée
- Le taux de créatinine est très élevé.

Résultats de l’équipe du Pr Cantel (Université de Chicago)

L’incisiothérapie stimule l’immunité et le taux d’interféron est multiplié par dix après une séance d’incisiothérapie. ( Les interférons sont des molécules qui ont pour rôle de défendre l'organisme des agents pathogènes, comme les virus, bactéries, parasites, …)

La présence de globules rouges anormaux entraîne une stagnation dans la microcirculation et l’action de massage par la ventouse permet l’activation de la circulation du sang et une meilleure oxygénation.

Donc, plusieurs effets de la hijama
- Effet d’épuration du sang, car le sang extrait présente un taux de créatine élevé
- Action du monoxyde d’azote : l’incision de la peau provoque la libération de monoxyde d’azote ou NO qui est un gaz composé d’un atome d’azote et d’un atome d’oxygène.

5. Indications de la hijama

Selon l’OMS, les maladies traitées par la hijama sont :

L’asthme, l’eczéma, l’acné, le diabète, les colopathies, l’hypertension artérielle, les prostatites, l’impuissance, la stérilité, les hémorroïdes, les rhumatismes, la sciatique, les lombalgies.

On trouve également d’autres indications :

Les déficiences immunologiques, l’obésité, les pathologies hépatiques en général (hépatite C…), les inflammations aigues du rein et de la vessie, les douleurs dentaires chroniques et récidivantes (école finlandaise), les douleurs nerveuses, l’épilepsie, l’hémiplégie, les céphalées chroniques et migraines, les cancers, l’hémophilie (école syrienne), le sevrage tabagique…


6. Contre-indications

- Patients sous anti-coagulants
- Etat de faiblesse profonde
- Cachexie , qui est un affaiblissement profond de l’organisme (perte de poids, atrophie musculaire, etc.)
- Femme enceinte

Lorsque la hijama est réalisée à titre préventif ou en dehors des phases aigues ou d’urgence, il est conseillé de l’effectuer :

- au printemps (avril mai)
- lors de la 2ème moitié du mois lunaire
- en milieu de journée (12h, 13h, 14h)
- chez un patient à jeun (d’au moins quatre heures)
- chez la femme en dehors de sa période de menstrues
- chez l’enfant en hijama sèche uniquement (la hijama sanglante est à éviter)
- chez les patients diabétiques, favoriser la hijama sèche par crainte des difficultés de cicatrisation.

En pratique, la tradition prophétique distingue donc deux types de hijama :

a) Hijama préventive, qui se pratique comme suit :

- 17, 19, 21è jour des mois lunaires
- lundi, mardi et jeudi (en cas de discordance entre la date et le jour, la date est prioritaire sur le jour)
- à jeun de préférence : estomac vide (quelques heures avant hijama), cela ne signifie pas qu’il faille la pratiquer de bon matin, il est rapporté des compagnons qu’ils la pratiquaient les nuits du ramadan
- au minimum une fois par an

b) En cas de nécessité, la hijama peut se faire immédiatement et à n’importe quelle heure, comme l’a pratiquée le Prophète (PBSL) quand il est tombé de cheval et a eu une entorse de cheville (sahih sounan ibn maja, 2823).

Remarques :
- les points sont communs aux hommes et aux femmes
- sur la tête, la hijama peut y être pratiquée sans y raser les cheveux mais juste en appliquant un peu de miel sur la zone chevelue afin de permettre à la ventouse de réaliser le vide d’air

8. Description de la réalisation pratique d’une Hijama

- Détente du patient

Il est important d’expliquer la technique au patient, de le détendre, de le rassurer. On pourra lui masser les épaules (réflexologie) afin de le relaxer .

Il faut éviter de pratiquer la hijama sur un patient angoissé, fatigué ou frissonnant, car alors le geste pourrait lui être nuisible.

- Désinfection de la zone

Il faudra respecter les règles d’asepsie lors de l’utilisation du matériel.
Il est préférable d’utiliser des gants stériles et de désinfecter la zone au dakinou à l’hexomédine avant de commencer.
Les lames devront être stériles et à usage unique .
Les ventouses ne seront pas réutilisées pour un autre patient.

- Massage à l’huile d’olive

Il est conseillé d’enduire la région d’huile d’olive et d’effectuer un massage à l’aide d’une ventouse. Il faudra appliquer une ventouse et effectuer une aspiration puis on fait glisser la ventouse en la tournant sur elle-même dans le sens des aiguilles d’une montre et en dessinant un huit. Ce massage est très utile, il permet d’activer la circulation sanguine et de repérer les points douloureux.

- Repérage des points d’incisions

On les repère à l’aide de l’observation et de la palpation. On recherchera un point douloureux, une induration ou une rougeur. Lors du massage à la ventouse, on remarque souvent que le point à inciser apparaît beaucoup plus rouge, presque violacé. Pour la hijama préventive, le point d’incision de la nuque correspond à l’épine dorsale C7, pour les céphalées occipitales ce sera les points sous occipitaux droit et gauche.

- Application des ventouses

Après avoir repéré les points, on procède à l’application des ventouses en effectuant trois aspirations.
Les ventouses sont laissées en place 3 à 5 minutes pour la hijama sanglante et 20 minutes pour la hijama sèche.
On pourra également réaliser au préalable la technique wamadat qui consiste en une succession d’application/retrait de la ventouse (1 aspiration) à intervalles de temps très réduits. Cette technique peut être curative à elle seule.
En l’absence de ventouses du commerce on pourra utiliser des pots en verre dont le diamètre d’ouverture est inférieur au diamètre du milieu du pot. Pour réaliser le vide à l’intérieur de la tasse on utilise un morceau de papier journal (sous forme d’entonnoir) que l’on brûle et que l’on insère immédiatement dans la tasse, cette dernière étant tout de suite appliquée sur le corps.
A l’issue du temps d’application des ventouses, elles sont retirées.

- Incisions

On effectuera de préférence 7 grandes incisions superficielles verticales ou 21 petites incisions verticales sur trois étages.
Les incisions doivent être réalisées avec douceur de droite à gauche sans faire pénétrer la lame profondément.

- Réapplication des ventouses

Les ventouses sont réappliquées aux mêmes endroits en effectuant toujours trois aspirations. De la même manière, on pourra aussi utiliser un pot de verre et du papier brûlé.

Les ventouses sont laissées quelques minutes pour permettre l’aspiration du sang, puis elles sont retirées, vidées et réappliquées si nécessaire (sang abondant). L’opération peut être réalisée jusqu’à trois fois.

- Désinfection et protection des incisions

On désinfecte ensuite les incisions et pour éviter les cicatrices visibles, on pourra placer une compresse imbibée de miel pur (puissant cicatrisant) en guise de pansement.

- Conseils au patient

Des conseils seront donnés au patient : éviter de trop manger pendant la journée, éviter les laitages (selon l’équipe syrienne), éviter les bains pendant la journée, éviter les efforts dans les 36 heures suivants ; renouveler la hijama si nécessaire (suivant la pathologie et l’état du malade) en temps voulu.


Versets à méditer: Dis: «Je ne suis qu’un avertisseur. Point de divinité à part Allah, l’Unique, ..

Dis: «Je ne suis qu’un avertisseur. Point de divinité à part Allah, l’Unique, le Dominateur Suprême, (65) Seigneur des cieux et de la terre et de ce qui existe entre eux, le Puissant, le Grand Pardonneur». (66) Dis: «Ceci (le Coran) est une grande nouvelle, (67) mais vous vous en détournez. (68) Je n’avais aucune connaissance de la cohorte sublime au moment où elle disputait(1). (69) Il m’est seulement révélé que je suis un avertisseur clair». (70)  (Coran - Sourate 38 "SAD")