Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

mardi 12 juillet 2016

Allah est beau et aime la beauté. "Fawâ’id Ibn Al-Qayyim"

Concernant la parole du Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam : « Allah est beau et aime la beauté » ,
ce hadith englobe la beauté vestimentaire, sujet du hadith en question, mais englobe aussi, vu la portée générale du propos, la beauté de toute chose, comme dans l’autre hadith :
« Allah est propre et aime la propreté »
Il est aussi authentiquement rapporté que le Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam a dit :
« Allah est bon et n’accepte que ce qui est bon. »
On trouve également dans les sunans le hadith suivant :
« Allah aime voir les effets de Ses bienfaits sur Son serviteur.»                                                              On y trouve aussi d’après Abû al Ahwas Al Juchamî -qu’Allah l’agrée- :                                                 « Le Prophète me vit habillé en haillons et me dit : Possèdes-tu quelque bien ?
Je répondis : Oui.
Il me dit : Quel type de bien ?
Je lui dis : Toutes les sortes de biens dont Allah m’a fait don, chameaux, ovins.
Le Prophète sallallahu alayhi wa sallam me dit : Fais donc en sorte que les effets des
bienfaits et de la grâce d’Allah apparaissent sur toi. »
Allah ta’ala aime donc voir apparaître les effets de Ses bienfaits sur Son serviteur, car cela
participe de la beauté qu’Il aime, et c’est une façon de Le remercier pour Ses bienfaits.
Or la gratitude est une beauté interne, et Allah aime voir se manifester la beauté apparente par le
bienfait, et la beauté interne par la gratitude.
Allah aimant la beauté, c’est la raison pour laquelle Il a fait descendre pour Ses serviteurs vêtements et parures qui embellissent leur apparence, et piété qui embellît leur for intérieur.
Il a ainsi dit:Rapporté par Muslim
« O enfants d’Adam ! Nous avons fait descendre sur vous des vêtements pour cacher
votre nudité, ainsi que des parures … Mais le vêtement de la piété, voilà qui est
meilleur. » (Sourate al A’râf verset 26).
Allah ta’ala a dit au sujet des gens du paradis :
« Il leur fera rencontrer splendeur et joie, et les rétribuera pour ce qu’ils auront enduré,
en leur donnant le paradis et des vêtements de soie. » (Sourate Al Insân verset 11)
Allah a donc embelli leur visage par la splendeur, leur for intérieur par la joie,
et leur corps par la soie.
Parallèlement au fait qu’Allah aime la beauté des paroles, des actes, des vêtements et de l’apparence, Il déteste tout ce qui est laid, qu’il s’agisse des paroles, des actes, des vêtements ou de l’apparence.
Il déteste donc la laideur et ses adeptes et aime la beauté et ses adeptes.
Cependant, deux groupes se sont égarés concernant cette notion.
Le premier affirme : Tout ce qu’Allah a créé est beau. Il aime donc tout ce qu’Il a créé.
Nous aimons par conséquent tout ce qu’Il a créé et n’en haïssons rien.
Toute personne qui sait que les créatures sont Son œuvre considérera qu’elles sont toutes belles.                                                                                                 
Un de leur poète a même dit :
Lorsque tu vois les créatures comme elles sont, tu te rends compte que tout ce qui existe est beau.
Pour appuyer leur argumentation, les adeptes de cette pensée se sont basés sur la parole
d’Allah :« Allah qui a tout créé de la meilleure façon. »(Sourate as Sajdah verset 7)
« Telle est l’œuvre d’Allah qui a tout façonné à la perfection.»(Sourate An Naml verset 88)
« Tu ne vois aucune disproportion en la création du Tout Miséricordieux. »                                  (Sourate Al Mulk verset 3)
Aux yeux de ce groupe, l’homme le plus savant est celui qui voit la beauté en toute chose et
considère que rien de ce qui existe n’est laid.
Mais en réalité, ces gens n’éprouvent plus aucune jalousie dans leur cœur pour Allah ta’ala, et
considèrent que tout mâle ou femelle représente la beauté qu’Allah aime.
Et ils prétendent alors adorer Allah par les turpitudes.
Certains vont même jusqu’à dire que leur divinité se manifeste sous l’apparence de leur partenaire et s’incarne en lui. S’il s’agit de panthéistes, ils diront que leur partenaire est une manifestation de la vérité, qu’ils nommeront: « manifestations de la beauté ».
Il est un deuxième groupe qui est l’opposé du groupe cité plus haut, et qui affirme : Allah
ta’ala a blâmé la beauté apparente, les grandes taille et les proportions physique idéales.
Il a ainsi dit au sujet des hypocrites :« Et quand tu les vois, leurs corps t’émerveillent. »
(Sourate al Munâfiqûn verset 4)
« Combien de générations, avant eux, avons Nous fait périr, qui les surpassaient en biens
(athâthan) et en apparence (ri’yan) ? » (Sourate Maryam verset 74)
Al Hassan -qu’Allah l’agrée- a dit : « Ri’yan désigne l’apparence. » Et on trouve dans sahih
Muslim que le Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam a dit : « Allah ne regarde ni votre
apparence ni vos biens, mais Il regarde plutôt vos cœurs et vos œuvres. »
Ils affirment : On sait que le Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam ici n’a pas nié pour Allah
le fait qu’Il puisse voir leur apparence et leurs biens. Ce qui est nié ici c’est le fait qu’Allah
les regarde avec amour. Ils affirment aussi qu’Allah ta’ala nous a interdit de porter de l’or et
soie, d’utiliser des récipients en or ou en argent qui font pourtant partie des plus belles choses
de ce bas monde. Allah ta’ala a aussi dit :
« Et ne tends point tes yeux vers ce que Nous avons donné comme jouissance temporaire à certains groupes d’entre eux : c’est un décor de la vie présente par lequel Nous les éprouvons. »
(Sourate Tâ Hâ verset 131 )
Et le Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam a dit : « S’habiller humblement fait partie de la foi. ».
De plus Allah a blâmé les gaspilleurs.
Or le gaspillage concerne aussi bien la nourriture et la boisson que les vêtements.

Pour trancher, nous dirons : La beauté de l’apparence, des vêtements, et de l’accoutrement se
décline en trois catégories : L’une d’elles est louable, l’autre blâmable et la dernière n’est ni
louable ni blâmable.
La beauté louable est celle faite pour Allah ta’ala et qui aide à obéir à Allah, à exécuter Ses
ordres et à répondre à Ses requêtes. Ainsi le Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam se faisait
beau pour accueillir les délégations. Il en est de même pour l’armure que l’on porte pour
Rapporté par Muslim 2564.
Rapporté par Abû Dâwûd 4161 Authentifié par al Albanî dans sahih Sunan Abî Dâwûd.
combattre, ou le fait de porter de la soie et de se pavaner avec dans une bataille. Tout cela est
louable si fait dans le but de faire triomphé la parole d’Allah, de secourir Sa religion et
d’intimider l’ennemi.
La beauté blâmable est celle faite pour ce bas monde, pour le pouvoir, par vantardise et
orgueil. C’est celle utilisée pour parvenir à l’assouvissement des désirs et qui devient alors un
but en soi et le plus illustre des objectifs du serviteur. En effet, beaucoup de personnes n’ont
d’autre ambition que cela.
La beauté qui n’est ni louable ni blâmable est celle qui ne présente ni les caractéristiques du
premier type de beauté ni celle du second.
Pour conclure nous dirons que ce noble hadith comprend deux fondements importants : le
premier est la connaissance d’Allah et le second est la façon de L’adorer.
Ainsi, il s’agit de connaître Allah ta’ala par le biais de Sa beauté incomparable, et de L’adorer
par les belles paroles, les belles œuvres et le beau comportement qu’Il aime. En effet, Allah
aime lorsque Son serviteur embellît sa langue par la véracité, son cœur par la sincérité,
l’amour, le retour vers Lui et la confiance en Lui, et ses membres par l’obéissance. Il aime
lorsque le serviteur embellit son corps par la manifestation des effets de Ses bienfaits sur ses
vêtements, et par le fait de le purifier de toute impureté concrète et abstraite, de toute saleté et
pilosité détestable, et par le fait de se circoncire et de se tailler les ongles. Le serviteur connaît
ainsi Allah par les attributs de la beauté et se fait connaître de Lui par les belles œuvres, les
belles paroles et le beau comportement. Il le connaîtra donc par la beauté qui est Son attribut,
et L’adorera par la beauté que représente Sa législation et Sa religion. Le hadith mentionne
donc deux fondements : la connaissance et l’adoration.