Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

dimanche 1 mai 2016

LA CHIMIE DE LA VIE : L'énigme de la mort - 9 - Moustafa MAHMOUD




Un rien sépare la vie de la mort.
Lorsque la vie fit son apparition sur la scène de notre planète, il y a des millions d’années de cela, la situation était très différente de ce qu’elle est aujourd’hui. La terre était chaude et l’air, saturé de vapeur. L’oxygène était raréfié, alors que l’hydrogène abondait, ainsi que l’ammoniac, le méthane et l’oxyde de carbone. Les éclairs, le tonnerre, le rayonnement ultraviolet, la radiation atomique et les hautes charges électriques étaient ininterrompus. Les eaux envahissaient de vastes étendues, formant des étangs peu profonds. Elles étaient troubles, recouvertes de mousse verte comme actuellement l’eau des mares. Elles étaient épaisses comme un potage et remplies de sels de phosphore, de calcium, de sodium, de potassium, de fer et de soufre.

C’est dans le cadre de cette activité chimique qu’est apparue la vie.
Il nous faut donc parler quelque peu de chimie. Le lecteur devra supporter avec nous les difficultés d’un voyage à travers les dédales de cette science s’il souhaite connaître le secret de son existence.
Les expériences menées en laboratoire l’ont démontré : la matière vivante est à peu près identique dans tous les êtres animés. Les différences de constitution entre la chair des ânes, celle des humains et celle des insectes sont infimes. Les seules substances entrant dans la composition du protoplasme sont les suivantes : les glucides (oses et osides), les lipides et les protéines.
Les expériences ont prouvé en outre que toutes ces substances contiennent, à des pourcentages différents, un même élément : l’hydrocarbure. Toutes les substances vivantes dérivent d’une substance hydrocarburée, du gaz méthane composé de carbone et d’hydrogène.
Quelle est donc la raison mystérieuse du fait que ce soit précisément le carbone, et lui seul, qui ait été choisi pour l’apparition de la vie ?
Le secret réside en ce que cet élément est instable et non rassasié. Il a une capacité illimitée : il peut intervenir dans un nombre illimité de composés, leur faisant subir, par l’apport de ses atomes, d’incessantes variations.
Quant aux matières stables, celles qui sont appelés en chimie les matières nobles, comme l’or, le platine, l’hélium, l’argon ou le crypton, il est prouvé qu’elles sont restées inactives, tels d’obscurs seigneurs, dans l’apparition de la vie. Du début à la fin, elles sont restées identiques à elles-mêmes, sans la moindre possibilité d’évolution, leurs atomes étant saturés, fixés dans un état d’équilibre et de stabilité qui est celui de la mort. Aucun de ces éléments, par conséquent, n’est intervenu dans la constitution du corps vivant. La vie a choisi uniquement une substance donnée, un élément extrêmement instable, imparfait et insatisfait, qui se scinde et se lie très facilement aux corps environnants pour leur servir de stabilisateur. Ce corps est le carbone, détenteur d’une énergie chimique illimitée et siège de réactions sans nombre.
Le carbone contient les propriétés de la vie : l’activité, la mutation, la multiplication et la synthèse.
C’est en lui que réside le secret de la vie, parce qu’il est une substance affamée, non rassasiée. Son atome manque de quatre électrons pour parvenir à l’état de repos et d’équilibre. C’est pourquoi il entre sans cesse dans des liaisons et des réactions chimiques, à la recherche de cet équilibre. Il s’ensuit un enchaînement sans fin de réactions : gaz méthane, hydrocarbure, substances hydrocarburées (glucides et amidon par exemple), glycogène, lipides, protéines…
Tout cet enchaînement de substances organiques provient, par synthèse et dérivation, d’un même et unique élément : le carbone.
Stanley L. Miller a reproduit in vitro les conditions d’apparition de la vie. Ayant soumis un mélange d’hydrogène, d’ammoniac, de méthane et de vapeur d’eau à l’action de décharges électriques, il obtint comme résultat un ensemble étonnant de composés organiques comprenant des acides aminés, éléments de base des protéines.
Si la vie a arrêté son choix sur le carbone précisément comme matériau pour bâtir son édifice, ce n’est pas par hasard. Le carbone est en effet un élément actif aux possibilités chimiques illimitées. On a calculé qu’une molécule comprenant vingt atomes de carbone peut donner un million d’espèces de nouveaux composés.
Cet élément est, à l’image de la vie, ouvert sur des horizons infinis. En ajoutant ou retranchant des atomes au méthane, on obtient du chloroforme, de l’éthyle, de la naphtalène, du benzol, du phénol, etc. Des millions de substances sont possibles.
En outre, toute substance organique a ses composés.
Le sucre de canne, le fructose et le sucre d’orge sont des composés du simple sucre de raisin (glucose).
Les huiles d’olive, de coton et d’arachide, l’huile de poisson et la graisse de porc ou de bœuf sont composées de glycérides et d’acides gras.
Les ongles, la peau, les cheveux, les os, les cartilages, les muscles, les nerfs, le sang, le duvet, les plumes, la coquille des crustacés, le blanc d’œuf et les hormones sont autant de composés ou dérivés de la substance protéique.
Il y a dans le corps humain jusqu’à cent mille sortes de protéines.
Le secret de cette grande diversité tient à la nature de la matière vivante.
Les protéines, composées de 24 acides aminés, offrent autant de possibilités que les 26 lettres de l’alphabet qui peuvent donner des milliers de mots et des millions de phrases, chacune différant de l’autre. Leurs 24 « lettres » chimiques sont disponibles pour effectuer des échanges ou des changements.
La protéine constitue la substance organique la plus importante car chacune de ses molécules contient en moyenne plus de cinq mille atomes (d’où son poids élevé) et offre un nombre stupéfiant de possibilités.
Les atomes de la substance protéique n’offrent pas seulement de très nombreuses possibilités de combinaison chimique. Ils peuvent aussi se souder les uns aux autres sous des formes très diverses : de manière compacte, en agglomérats globulaires ou en spirales ; ou encore sous forme effilée, comme des câbles. Bien que leur composition soit identique, leur disposition entraîne, dans chaque cas, des variations de fonction sensibles au goût et au toucher.

Autre problème pour les chimistes : l’eau. Le secret de l’eau…
Pourquoi toute vie semble-t-elle macérer dans l’eau ?
Pourquoi l’eau représente-t-elle la grande majorité des tissus organiques ?
Pourquoi intervient-elle, comme condition, dans tout organisme vivant ?
Nous apprenons machinalement à l’école que l’eau est un liquide insipide, incolore, inodore. Erreur monumentale ! L’eau est le liquide le plus actif qui soit, sa composition étant, elle aussi, instable et non rassasiée.
L’analyse le prouve : dans la molécule d’eau, l’atome d’hydrogène est à l’état nu, sans électrons. Il tend donc fortement à emprunter ces électrons à tout élément avec lequel il entre en contact. D’où sa capacité à dissoudre les corps et à agir sur eux pour en dissocier les ions.
L’eau n’est pas une substance quelconque, insipide et inactive.
Elle n’est pas dans un état d’équilibre. C’est pourquoi elle étanche la soif.
Elle a une saveur vitale.
Par contre, l’eau saturée qu’est l’eau lourde ne désaltère pas. Vous pouvez en boire un bidon entier, cela ne vous empêchera pas de mourir de soif.
L’eau a encore une autre action : elle transforme la substance protéique en masses visqueuses et gélatineuses, par la cohésion de ses électrons, sans pour autant la coaguler ou la solidifier. Elle façonne ainsi la matière première de la vie, une matière très sensible aux variations du milieu ambiant. Cette propriété est en effet, avec l’instabilité, le changement et la mutation, une caractéristique essentielle de la vie.

Au terme de cet inventaire, nous constatons que la matière de la vie est elle-même animée et qu’elle possède les propriétés de la vie.
Nous constatons en outre que l’apparition de la vie, à partir des composés de carbone et d’eau, ne fut pas accidentelle. Si la vie n’était pas issue du carbone, il faudrait qu’elle en émane, car la probabilité est trop grande pour qu’il s’agisse d’un pur hasard.
C’est une nécessité !
D’où notre nouvelle question : cette matière… Qu’est-elle réellement ?
 http://tarjama.over-blog.com/

Versets à médités : Il y a parmi les gens celui dont la parole sur la vie présente te plaît, et..

Il y a parmi les gens celui dont la parole sur la vie présente te plaît, et qui prend Allah à témoin de ce qu’il a dans le cœur, tandis que c’est le plus acharné disputeur. (204) Dès qu’il tourne le dos, il parcourt la terre pour y semer le désordre et saccager culture et bétail. Et Allah n’aime pas le désordre! (205) Et quand on lui dit: «Redoute Allah», l’orgueil criminel s’empare de lui. L’Enfer lui suffira, et quel mauvais lit, certes! (206) Et il y a parmi les gens celui qui se sacrifie pour la recherche de l’agrément d’Allah. Et Allah est Compatissant envers Ses serviteurs. (207)