Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

lundi 14 mars 2016

Hikams-Sagesses Ibn âta-Allah Al askandari: Situation حكم ابن عطاء الله الأسكندري: حالة

Ne demande pas à Dieu qu'Il te sorte d'une situation 
pour t'employer dans une autre ! 
S'Il le voulait, Il t'y aurait employé sans 
te faire quitter la première.
لا تطلب منه أن يخرجك من حالة  ليستعملك فيما سواها؛ 
.فلو أرادك لاستعملك من غير إخراج

Dr ibrahim elfiki : Les soucisد.إبراهيم الفقى : المشاكل

Parfois on essaye d'ouvrir la porte ...mais on échoue
alors on le pousse avec force ....on se fait mal au point d'en souffrir
puis on découvre que la porte s'ouvre dans l'autre sens ....alors on rigole
Et c'est ainsi que se comportent les soucis de ce bas monde ,

ils se règlent par la sagesse et non pas par la force. Dr ibrahim elfiki
احيانا نحاول فتح الباب ... فنفشل
فندفعه بقوة ... فنتألم
ثم نكتشف انه يُفتح في الإتجاه الآخر ... فنضحك
.كذلك هي المشاكل تُحل بالعقل لا بالقوة
د.إبراهيم الفقى

Du doute à la foi - 1. L’itinéraire spirituel d’un musulman contemporain. Moustafa Mahmoud

Tel le pèlerin de la vérité qui, au terme de multiples tâtonnements, est finalement parvenu au havre de paix auquel il aspirait de tout son être, Moustafa Mahmoud feuillette ici, sous nos yeux, le livre de son passé. Page après page, chapitre après chapitre, nous apparaissent moments de doute et espaces de lumière, écueils et points de repère. Peu à peu, sous la lumière crue de la certitude enfin perçue, les embûches du chemin prennent tout leur relief, là même où les pas du chercheur s’étaient auparavant fourvoyés.
Tel l’aveugle qui recouvre la vue, l’auteur du présent ouvrage ne peut s’empêcher de témoigner. Comment se taire en effet quand on a connu l’amertume du doute et des ténèbres et que l’on sait à quel prix il en coûte de trouver l’issue ?
C’est précisément le caractère biographique de ces pages qui, à notre avis, les exempte d’un ton pédant ou doctrinal qui aurait pu rendre pénible leur lecture. Leur style même n’a rien de recherché. Les phrases se succèdent, entrecoupées de nombreux silences, parfois inachevées, ne servant que de support à une méditation qui se poursuit. Constamment, nous y sentons un auteur qui réagit avec toutes les fibres de sa personne et qui n’a de cesse de partager son expérience, son inlassable quête de la vérité.
La réalité spirituelle de l’homme, empreinte de la marque divine, est le message premier et fondamental adressé par le Créateur à l’espèce humaine. Tous les autres messages en sont de simples rappels. D’où cette affirmation on ne peut plus explicite : « L’homme doté d’une saine raison n’a pas besoin de lire le Livre saint pour découvrir qu’il a un esprit, qu’une vie l’attend après la mort et qu’il y aura une reddition des comptes. Car la nature innée et saine éclaire, pour celui qui la possède, le chemin vers la vérité. »
C’est pourquoi les moments de silence, d’introspection et de recueillement prennent chez Moustafa Mahmoud une telle importance. Il ira même jusqu’à affirmer : « L’homme naît seul et meurt seul ; il parvient seul au vrai. »
« Nature innée » : cette expression (il s’agit en fait d’un seul terme – fitra – dans le Coran) est fréquente sous la plume de l’auteur. Elle signifie la nature telle que Dieu l’a créée, non altérée et ne connaissant pas le mal. Tel qu’issu de la création divine, l’homme est comme greffé naturellement sur le bien et le vrai ; il est apte à une « spontanéité de connaissance », échappant à l’illusion et à l’erreur, à condition que son intelligence ne soit pas souillée par les circonlocutions de la logique et les distorsions de la raison, mais qu’elle fasse place à la "clair-voyance" (al-basîra, que nous traduisons avec emploi du tiret pour souligner le sens étymologique cher à l’auteur).
La démarche de Moustafa Mahmoud est à la fois celle d’un scientifique (qui relativise la portée philosophique de la science) et d’un mystique (qui ne se veut tributaire d’aucune "école"). Sans doute serait-il plus exact de parler ici d’un humanisme éclairé, dont la portée universaliste n’échappera pas au lecteur. 
Source: http://tarjama.over-blog.com/

Le chemin du succès. "Fawâ’id Ibn Al-Qayyim"

Quiconque cherche à cheminer vers Allah ta’ala et la vie dernière, ou même vers une quelconque science, compétence, ou responsabilité, et désire devenir une référence en la matière de sorte qu’on le prenne comme modèle, a besoin de s’armer de courage et de témérité.
Il doit maîtriser son imagination et ne pas subir l’autorité de ses illusions. 
Il doit faire fi de toute autre chose que son objectif. Il doit ardemment désirer le but de sa quête, connaître le chemin l’y menant et les voies qui l’en éloignent.
Il doit être ambitieux et imperturbable.
Aucune critique, aucun blâme ne doit le distraire de sa quête.
Il doit être silencieux, réfléchi, et ne doit pas être influencé par le plaisir que
procurent les éloges, ni par la douleur que causent les critiques.
Il doit mettre en œuvre tout ce dont il a besoin pour mener sa mission à bien.
Les obstacles ne le font pas trembler.
La patience est son slogan et la fatigue son repos.
Il doit aimer les nobles caractères et ménager son temps.
Il ne fréquente les gens qu’avec précaution, comme l’oiseau qui picorerait des graines
au milieu de la foule. Il doit être animé par le désir et la crainte, en espérant récolter
les fruits de son succès qui le distinguerait des êtres de son espèce.
Aucun de ses cinq sens ne doit être utilisé à mauvaise scient, et ses pensées ne doivent
pas se perdre dans la contemplation des catégories de créatures.
Tout cela repose sur le fait de renoncer aux habitudes et de casser les chaînes empêchant
d’atteindre le but escompté.
Chez le commun des hommes, se comporter avec bienséance malgré le voile séparant
d’Allah est préférable au fait de délaisser la bienséance bien que le voile soit levé.