Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

jeudi 25 février 2016

Le plaisir interdit: Fawâ’id Ibn Al-Qayyim

Le plaisir interdit est entaché de laideur lorsque l’on y goûte, et donne naissance à de la
douleur après y avoir goûté.
Lorsque le désir de goûter au plaisir interdit se fait envahissant, pense alors au fait que ce plaisir est éphémère, mais que sa laideur et la douleur engendrée persisteront.
Compare donc les deux situations et évalue la différence entre elles.
Se fatiguer à obéir à Allah ta’ala est orné de beauté et fait naitre plaisir et bien être.
Si ton âme considère lourde l’adoration, pense donc au fait que l’adoration est éphémère, mais que
sa beauté, le plaisir et la joie engendrés perdurent.
Compare les deux situations et donne préférence au meilleur plutôt qu’au moindre.
Si la cause (l’adoration) te fait souffrir, contemple alors la joie, le bonheur et le plaisir qui en sont la conséquence, et la souffrance te paraîtra plus facile à supporter.
Si délaisser un plaisir interdit te fait souffrir, contemple la souffrance qui découle de l’assouvissement de ton désir et compare les deux douleurs.
De deux intérêts, la raison humaine a pour particularité de choisir le plus important, quitte à délaisser l’intérêt moindre. Et de deux douleurs, elle choisit la moindre pour éviter le pire.
Tout ceci exige de connaitre les causes des choses et leurs conséquences, ce qui nécessite d’être doté d’une raison qui sait choisir celles d’entre elles qui présentent le plus d’intérêt.
Quiconque sait préserver une part de raison et de science suffisantes choisira et préférera ce qui présente le plus d’intérêt.
Ceux qui souffrent d’un manque de raison et de science, ou de l’un des deux, choisiront l’inverse.
Et quiconque médite sur ce bas monde et sur l’au delà saura qu’aucun des deux ne s’acquiert si ce n’est par le labeur.
Il faut donc supporter le labeur permettant d’accéder au meilleur et au plus durable des deux mondes.