Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

samedi 13 février 2016

Sagesses Ibn âta-Allah Al askandari: Faux-pasحكم ابن عطاء الله الأسكندري:وجود الزلل

  C'est signe que l'on compte sur ses propres 
œuvres que d'espérer moins 
(de la Miséricorde divine) lors d'un faux-pas.
.من علامة الاعتماد على العمل: نقصان الرجاء عند وجود الزلل

Les méfaits du désœuvrement par Mohamed Al-Ghazali


Dans le giron de l’oisiveté se crée une légion de vices et murissent les germes de la destruction et l’anéantissement. En effet, si le travail constitue la mission des vivants, les désœuvrés sont alors des trépassés.
Et si notre existence dans ce monde est une sorte de culture dont les moissons seront dans une vie future d’une autrement supérieure, les oisifs, plus que quiconque, se verront lors de la résurrection voués a un état de déroute et de débandade, démunis qu’ils seront de toute récolte, ne trainant que l’échec et la perdition
Le prophète (sas) n’a pas manqué d’attirer l’attention sur l’importance considérable de deux biens : la santé et le temps, lesquels ne sont pourtant guère appréciés de la part de milliers de gens qui en sont dotés. Aussi affirme t’il «  il y a deux biens sur lesquels beaucoup de gens abusent : La santé et le temps libre »
   
La vie a été créée avec vérité, de même que les cieux, la terre. L’homme est donc appelé, dans ce monde, à connaitre cette vérité, a en user dans son existence.
Parmi les propos les plus judicieux tenu par Ach-Chafi’i en matière de pédagogie spirituelle, retenons cette belle phrase « occupe ton âme par la verité, autrement elle t’occuperait par l’erreur »
L’oisiveté des pauvres suppose le gaspillage d’un énorme potentiel humain ; c’est une dilapidation scandaleuse de toute l’énergie dont dieu a pourvu les organes et les muscles, les esprits et les cœurs, et qui, si elle venait a voir le jour, changerais la face même du monde !
Le messager de dieu (sas) n’avait cesse de prier le seigneur de le maintenir attaché à sa foi aussi longtemps qu’il vivrait : «  Mon dieu, disait il, toi qui transformes les cœurs, raffermis le mien dans la religion »…………………….
Puiser dans de telles ressources spirituelles avec sollicitude et constance, c’est bien la base de l’accomplissement personnel.
A mon avis, la cause principale du sous développement des nations arabes et des peuples musulmans réside dans la stagnation et l’inertie caractérisant pour une grande part leur vie psychologique et social.
Source: (Extrait du livre renouvelle ta vie de Mohamed Al-Ghazali)

L'homme parfait est celui chez qui la lumière de la Connaissance n'éteint pas la piété scrupuleuse Par l’imâm Aboû Hâmid Al-Ghazâlî

En entendant la parole de le Messager d'Allâh -sallâ l-Lahû ‘aleyhi wa sallam- : « Les Anges
n'entrent pas dans une maison où il y a un chien », l'un gardera son chien chez lui en
prétendant qu'il ne faut pas l'entendre à la lettre. Selon lui, cela signifie qu'il faut évacuer de la
« demeure du cœur » le chien de la colère, qui interdit l'entrée de la connaissance, lumière
angélique car « la colère dévore la raison ».
L'autre, à la différence du premier, se conformera à la lettre du précepte,et
 ensuite seulement dira : « Le chien n'est point tel par sa forme concrète mais par la nature qu'il incarne,                   c'est-à-dire sa férocité et sa voracité. Et s'il faut protéger la maison, qui est la résidence de la
personne corporelle, contre le chien sous sa forme concrète, à plus forte raison convient-il de
protéger la demeure du cœur, ou réside la substance véritable propre à l'homme, contre les
défauts qu'incarne le chien; je vais donc, moi me conformer à la fois à la lettre et à l'esprit du
précepte. »
Voila l'homme parfait, celui dont on dit : « L'homme parfait est celui chez qui la lumière de la
Connaissance n'éteint pas la piété scrupuleuse ». C'est pourquoi on ne le verra pas se
permettre de négliger la moindre des limites tracées par la Loi, malgré la perfection de sa
connaissance intérieure. C'est pourtant l'erreur  commise par certains de ceux qui ont suivis
la voie spirituelle, et qui sont tombés dans l'antinomisme (ibâha), abandonnant une fois pour
toute la lettre des prescriptions légales. C'est ainsi qu'il y en a qui ne font plus la prière
rituelle, sous prétexte qu'au fond d'eux-mêmes ils sont toujours en prière. C'est une erreur d'un
autre genre encore, quand les plus stupides des antinomistes se complaisent dans des
charlataneries telles que : « Allâh se passe de nos œuvres » ou « L'intérieur de l'homme est
plein de choses immondes, dont il est impossible de se purifier », selon l'un d'eux, qui
soutenait que, pour que l'ordre d'extirper la colère et la concupiscence, il ne fallait pas
chercher à les éliminer. Tout ceci n'est que foutaises ! Mais en ce qui concerne la première
erreur, on peut dire que, semblable à un pur-sang qui fait un faux pas, l'homme qui parcourt la
voie spirituelle trébuche et tombe, tiré trompeusement vers le bas par satan qui le jalouse.
Source : Al Mishkat Al Anwar.