Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

dimanche 10 janvier 2016

Paroles et citations de `Omar Ibn Al Khattab:Les plus beaux discours من اقوال عمر بن الخطاب رضي الله عنه:أطايب الحديث

'Omar a dit: " S'il n'y avait trois choses, j'aurais aimé déjà rencontrer Allâh :
- Si ce n'était la marche dans la voie d'Allâh.
- Si ce n'était poser mon front pour Allâh.
- Si ce n'était de m'asseoir avec les gens qui choisissent les plus 
beaux discours comme on cueille les plus beaux fruits."
:قال عمر رضي الله عنه 
  .لولا ثلاث لأحببت أن أكون قد لقيت الله
.لولا أن أسير في سبيل الله عز وجل
.ولولا أن أضع جبهتي لله
,أو أجالس أقواماً ينتقون أطايب الحدي
 .كما ينتقون أطايب الثمر

Les pensées et les idées par l’imam Ibn Al-Qayyim Al-Jawziyya

L’origine de toute science et de tout acte Les pensées et les idées sont à l’origine de toute science théorique et de tout acte volontaire.
En effet, celles ci jouent un rôle dans la conception que l’on a des choses, conception qui implique une volonté, qui elle même entraine la réalisation d’actes, qui, s’ils sont faits de manière répétitive, deviennent une habitude. Si les pensées et les idées sont vertueuses, il en sera de même pour les étapes en découlant. En contrepartie, si les pensées et les idées sont corrompues, il en sera de même pour les étapes suivantes.
Avoir des pensées vertueuses consiste à être conscient que celles ci sont constamment observées par leur Seigneur, quelles ne cessent de s’élever vers Lui et qu’elles doivent graviter autour de ce qu’Il aime et agrée.
En effet, toute la vertu vient d’Allah, la droiture provient de Lui, Son aide mène à la rectitude, Le
prendre comme allié est la meilleure des protections, et se détourner de Lui est le pire des égarements et des malheurs. Le serviteur atteindra tout bien, toute droiture, toute rectitude en fonction des efforts qu’il fournit pour concentrer ses pensées sur la grâce et les bienfaits d’Allah, Son unicité, les moyens de Le connaître et de L’adorer, mais aussi sur le fait de se figurer qu’Allah est avec lui, l’observe, le voit et le surveille, qu’Il sait tout de ses pensées, de ses envies et de ses ambitions. Le serviteur éprouvera alors de la pudeur envers Lui et une déférence telle qu’il se refusera à divulguer à Allah des pensées qu’il n’oserait pas dévoiler à un être créé tout comme lui, et ne pourra se permettre d’avoir des réflexions qui causerait Sa colère.
Lorsque le serviteur accorde cette importante à son Seigneur, Celui ci l’élève et le rapproche de Lui.
Il l’honore, en fait Son élu et devient son allié.
C’est grâce à cela qu’Il éloigne de lui les saletés, les infamies, les pensées sordides et les idées abjectes. Parallèlement, plus le serviteur s’éloigne d’Allah et s’en détourne, et plus il se rapproche des saletés, des infamies et des immondices. Il s’empêche ainsi d’atteindre toutes sortes de perfections et entre en contact avec tous les vices.
L’être humain est donc la meilleur des créatures quand il se rapproche de son Créateur, se conforme à Ses ordres et délaisse Ses interdits, agit dans le but de Le satisfaire, et Le préfère à Ses passions.
Il est en revanche la pire des créatures quand il s’éloigne d’Allah ta’ala et que son cœur reste de marbre quand il s’agit de se rapprocher de Lui, de Lui obéir et de chercher à Le satisfaire.
Quand l’être choisit de se rapprocher d’Allah, Le préfère à sa propre âme et ses passions, c’est qu’il a donné autorité à son cœur, sa raison et sa foi sur son âme et son démon, de même qu’il a donné autorité à son bon sens sur son inconscience et à sa droiture sur ses passions.
Quand il choisit de s’éloigner d’Allah, c’est qu’il a donné autorité à son âme, à ses passions et à son démon sur sa raison, son cœur et son bon sens.
Sache que les pensées et les obsessions mènent aux idées, qui elles même mènent à la réflexion, qui elles même mène à la volonté, qui elle même mène à l’action et la mise en pratique concrète, qui rapidement devient une habitude.
Repousser les idées et les obsessions dès leur naissance est plus facile que de les interrompre après qu’ils ont pris de l’ampleur et de l’importance.
Il est bien connue que l’être humain ne peut faire en sorte de ne jamais avoir de pensées ou d’y couper court à chaque fois, car elles lui traversent l’esprit aussi naturellement qu’il respire.
Cependant, sa foi forte et sa raison l’aident à n’en accepter que les meilleurs, à s’en satisfaire et les garder à l’esprit. Sa foi et sa raison l’aident aussi à repousser les mauvaises pensées, à les détester et les répugner. Ainsi, les compagnons se plaignirent au prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam en ces termes : « O messager d’Allah ! Certains d’entre nous pensent à des choses tellement graves qu’ils préféreraient être brûlés jusqu’à être réduits en cendres plutôt que de les divulguer.
Le Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam demanda : Ressentez vous vraiment cela ?
Ils répondirent : Effectivement.
Il leur dit : C’est la preuve de la pureté de votre foi. »
Dans une autre version, il dit :
« Louange à Allah qui a limité les stratagèmes de Satan aux insufflations ».
Les savants ont émis deux avis concernant l’explication de ce hadith :
Le premier : le fait de rejeter ces insufflations et de les détester est une preuve de la pureté de la foi.
Le second : le fait même que ces insufflations soient présentes et qu’elles soient l’œuvre de Satan est une preuve de la pureté de la foi, car Satan ne les a insufflées dans l’âme du croyant que dans le but de les voir s’opposer à sa foi et l’éradiquer.
L’âme humaine, qu’Allah ta’ala a créé, présente des similitudes avec la meule qui ne cesse de tourner sans jamais s’arrêter et qui doit nécessairement moudre quelque chose : Si l’on y dépose du grain, elle le moud, mais si l’on y dépose du sable ou des cailloux, elle les moud aussi.
Les pensées et les idées qui traversent l’esprit sont comparables au grain que l’on dépose dans la meule. Cette meule ne connaît jamais de repos, et l’on doit tout le temps y déposer quelque chose. Certaines personnes y déposent des grains et la meule en fait de la farine dont elles tirent profit et dont elles font profiter autrui. Mais la majorité des hommes y déposent du sable, des cailloux, de la paille et autres détritus. Lorsqu’arrivera le moment de pétrir la pâte et de cuire le pain, ils se rendront alors compte de ce qu’ils ont moulu.
Le cœur ne se vide jamais des pensées
Ainsi, si tu repousses les pensées qui te traversent l’esprit, toutes les étapes en découlant n’auront pas lieu. Si en revanche tu les acceptes, elles se mueront en réflexion persistante qui suscitera la volonté. La réflexion et la volonté te pousseront ensuite à faire usage de tes membres.
Si cela s’avère impossible, réflexion et volonté se retourneront contre le cœur et y feront naître l’envie et le désir et l’orienteront vers le but escompté...
Or il est bien connu qu’il est plus facile de corriger les pensées que la réflexion, et qu’il est plus aisé de corriger la réflexion que la volonté, et qu’il est bien plus simple de corriger la volonté que d’essayer de corriger un acte corrompue, chose qui est plus facilement réalisable que de délaisser une habitude. Le plus efficace des remèdes est donc d’occuper tes pensées par ce qui te concerne, car s’occuper l’esprit par ce qui ne nous concerne pas est la porte ouverte à tous les maux.
Quiconque occupe son esprit par ce qui ne le concerne pas, verra s’échapper les choses qui le concernent, et aura délaissé ce qui lui est bénéfique pour ce qui ne lui est d’aucune utilité.
Pourtant, les idées, les pensées, la volonté et l’ambition sont les éléments de ton âme qui sont les plus en droit d’être corrigés, car ils représentent la réalité de ta personnalité et de ta condition humaine, par lesquels tu t’éloigne ou te rapproche de ton Dieu que tu adore .
Tout ton bonheur réside dans Sa proximité et Sa satisfaction à ton égard. Et tout ton malheur réside dans ton éloignement de Lui et Sa colère à ton égard. Or, une personne dont les pensées et les réflexions sont viles et abjectes, ne peut qu’être vile et abjecte de tout point de vue.
Prend garde à ne pas laisser Satan pénétrer dans la demeure de tes pensées et de ta volonté, car il y sèmera in désordre difficilement remédiable. Il y insufflera diverses formes de pensées obsessionnelles et réflexions nocives. Il t’empêchera de réfléchir à ce qui t’est bénéfique.
Or, c’est toi qui l’as aidé contre ton âme en lui permettant d’accéder à ton cœur et à tes idées dont
il a pris possession ensuite. Tu ressembleras ainsi au propriétaire d’une meule moulant du bon grain. Vient alors un individu transportant du sable, du crottin, des cendres, et du fétu de paille pour le déposer dans la meule. Si le meunier le chasse et l’empêche de déposer ses détritus dans sa meule, il
pourra continuer à moudre du bon grain. S’il le laisse faire, le bon grain sera dégradé et la
mouture sera mauvaise.
Ce que Satan insuffle consiste soit à réfléchir aux conséquences de choses passées si elles ne s’étaient pas produites ainsi, soit aux conséquences de choses inexistantes si elles s’étaient effectivement produites, soit aux différentes sortes de turpitudes et de choses illicites, soit à des choses imaginaires et irréelles, soit à des faussetés, soit à des choses qu’il est impossible de concevoir car faisant partie de la science de l’invisible. Satan insuffle donc de telles pensées qui n’ont ni conclusion ni fin et il en occupera ton esprit et tes pensées.
Pour pallier cela, il convient d’occuper son esprit en terme de science et de conception théorique par ce que tu dois savoir concernant l’unicité d’Allah et ses implications, la mort et ce qui s’ensuit jusqu’à l’entrée au paradis ou en enfer, les vices entachant les œuvres et comment s’en préserver.
En termes de volonté et de détermination, tu dois occuper ton esprit par le fait de ne vouloir que ce qui peut être bénéfique, et tu dois délaisser toute volontairement à ce qui peut t’être néfaste.
Les sages affirment d’ailleurs que le fait de vouloir trahir, s’en occuper l’esprit et le cœur, est plus néfaste que la trahison elle même, surtout si le cœur se vide de cette volonté après l’avoir accomplie. Ainsi, désirer trahir occupe le cœur, le remplit et en devient le souci et la préoccupation principal.
Pour illustrer cette vérité, il suffit d’observer un roi parmi les hommes : supposons que parmi
sa garde rapprochée et ses confidents, se trouve une personne qui désire le trahir, dont le cœur
et les pensées sont pleinement occupés par cette idée, mais qui malgré tout continue à le servir
et à obéir à son bon vouloir. Si le roi découvre ses pensés secrètes et ses désirs cachés, sa
colère et son courroux s’abattront sur lui et il le punira en conséquence. Ce traitre en
puissance lui sera plus détestable encore qu’un homme éloigné qui aurait commis quelque
crimes, alors que son cœur et son for intérieur restent fidèles au roi, et ne contiennent aucune
envie, aucun désir ou souci de le trahir. Le premier aura délaissé son acte de trahison car
incapable de le commettre, et parce qu’il était occupé à servir le roi, alors que son cœur était
rempli du désir de le trahir. Quant au second, bien qu’il ait commis un crime, il l’a fait le cœur
répugnant à trahir son roi, vide de toute préméditation ou détermination. La situation de ce
dernier est donc meilleur et plus enviable que celle du premier.
Pour résumer, nous dirons que le cœur ne se vide jamais des pensées concernant soit les
obligations de l’au delà et ses avantages, soit les intérêts et les nécessités de la vie d’ici bas,
soit les obsessions, les chimères et les suppositions. Nous avons d’ailleurs mentionné plus
haut que l’âme est comparable à une meule qui ne cesse de moudre ce que l’on y dépose. S’il
s’agit de grains, elle le moudra. S’il s’agit de bris de verre, de cailloux et de crottins, elle le
moudra. Allah ta’ala est le propriétaire de cette meule. Il en est le possesseur et le
gestionnaire. Il y a ainsi posté un ange qui y dépose ce qui lui sera bénéfique et qu’elle
moudra donc. Mais il y a aussi placé un démon qui y dépose ce qui lui sera néfaste, mais
qu’elle moudra malgré tout. L’ange et le démon monopolisent ainsi la meule à tour de rôle. Le
grain déposé par l’ange est une promesse de bien et une reconnaissance de vérité. Quant au
grain déposé par le démon, il s’agit d’une menace maléfique et une négation de la vérité. La
mouture dépendra donc du type de grain. Or le démon ne peut déposer son mauvais grain que
s’il voit que la meule est vide de tout bon grain, et que le meunier l’a délaissée et s’en est
détournée. Ce n’est qu’à ce moment qu’il pourra déposer son mauvais grain.
En bref, si le responsable de la meule la délaisse, ne l’entretient pas et n’y dépose pas du bon grain, le démon verra là une occasion d’y semer le désordre en lui faisant moudre le mauvais grain qu’il possède.
Pour entretenir cette meule, il faut t’occuper de ce qui te concerne, car le désordre s’y installera dès lors que tu t’occuperas de ce qui ne te concerne pas. Et quelle belle parole que celle de ce sage qui a dit : Après avoir constaté que l’ensemble des provisions étaient voué à la putréfaction et à l’anéantissement, je me suis tourné vers Celui que tout être doué d’intelligence reconnaît être la meilleure des provisions, le meilleur des gains et le plus rentable des commerces.
Et c’est d’Allah que nous cherchons l’aide.