Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

mercredi 16 décembre 2015

La purification et ses secrets par Abou Hamed Al-Ghazâli





Sache que la purification (at-tahâra) comporte quatre degrés : Le premier : il consiste à purifier l'extérieur des souillures, des déchets du corps et des cas de rupture de la pureté.
Le deuxième : il consiste à purifier les membres des péchés et des fautes.
Le troisième : il consiste à purifier le cœur des mauvais caractères et des vices méprisables.
Le quatrième : il consiste à purifier le secret intime (as-sirr) de tout ce qui n'est pas Allah
- تعال -.
Ce dernier degré constitue le but extrême. Ainsi celui qui possède un puissant discernement aspire à cette finalité. Quant à celui dont le discernement intérieur est frappé de cécité, il ne saisit des degrés de la purification que le premier. Tu le vois passer le meilleur de son temps à exagérer le lavage après avoir été à la selle et au nettoyage des habits, croyant, du fait de l'emprise de l'obsession et de l'ignorance, que la purification exigée se limite à cela et ignorant les comportements des anciens qui passaient leur vie dans la purification des cœurs (tat-hîr al-qulûb) et qui se montraient moins exigeants pour ce qui étaient de l'extérieur. Ainsi on rapporte que 'Umar ibn al-Khattâb - رضى الله عنه - a fait ses ablutions mineures avec l'eau d'une jarre chrétienne. De même les Anciens n'insistaient pas trop pour ce qui est du lavage des mains, ils priaient à même le sol, marchaient pieds nus et se contentaient des petits cailloux pour l’istijmâr (le fait d'essuyer les parties intimes).
Finalement, l'affaire a abouti à des gens qui appellent l'idiotie de la propreté. Ils passent leur temps à orner leurs extérieurs tandis que leurs intérieurs sont des ruines remplies des vices de l'orgueil (al-kibr), de la fatuité (al-'ujb), de l'ignorance (al-jahl), de la duplicité (ar-riyâ) et de l'hypocrisie (an-nifâq). S'ils avaient vu un fidèle se contenter de petits cailloux pour istijmâr, marcher pieds nus, ou prier à même le sol ou faire ses ablutions mineures dans un petit récipient, ils le fustigeraient, lui appliqueraient le sobriquet d'homme sale et répugneraient à manger avec lui.
Ils ont fait de cette attitude vestimentaire modeste, qui relève de la bonne foi, une saleté et de leur obsession une propreté. Ils ont renversé les rôles et les fonctions en façant du mal un bien et du bien un mal. Néanmoins, celui qui vise par cette purification la propreté, sans exagérer dans l'utilisation de l'eau, en considérant que le recours à une petite quantité d'eau est recommandé par les principes de la religion, son attitude n'est nullement répréhensible et son acte est bon.
Cela dit, pour connaître les questions se rapportant aux souillures et aux cas de rupture de l'état de pureté, on peut se référer aux ouvrages de fiqh, car notre propos dans ce livre vise surtout les règles de convenance. S'agissant de l'enlèvement des déchets, ils sont de deux sortes.
- Le premier : il s'agit des saletés à enlever comme celles qui s'accumulent dans les cheveux. Il est recommandé (yastahibu) de les nettoyer en les lavant, en les coiffant et en les parfumant. Il convient également de nettoyer les saletés qui s'accumulent à l'intérieur du nez et des oreilles. Il est recommandé aussi d'utiliser le siwâk et de se rincer la bouche pour enlever les saletés qui s'accumulent sur les dents ainsi que celles qui se trouvent dans les plis des doigts et sur tout le corps du fait de la transpiration et de la poussière. Tout ceci s'enlève par le lavage avec de l'eau. Pour ce faire, il n'y a pas de mal à aller au Hammam car c'est le meilleur moyen pour enlever les saletés. D'autant plus qu'un certain nombre de compagnons du Prophète - صلى الله عليه وآله وسلم - y sont allés.
Toutefois celui qui veut y aller doit protéger sa nudité des regards et du toucher. Il doit également se rappeler la chaleur de l'Enfer en sortant du Hammam. Car la pensée du croyant ne cesse d'embrasser toute chose du bas-monde pour qu'elle lui rappelle celle de la vie future. Ceci parce que le croyant est toujours préoccupé par la question de la vie future. C'est que chaque récipient suinte selon le produit qu'il contient. Ne vois-tu pas que lorsqu'un marchand d'étoffes, un menuisier, un maçon et un tisserand pénètrent dans une maison meublée, chacun d'eux s'intéresse à sa spécialité : le marchand d'étoffes regarde les tapis pour les évaluer, le tisserand regarde la confection des vêtements, le menuisier regarde le plafond de la maison et le maçon regarde les murs. Il en va de même du croyant : lorsqu'il voit des ténèbres, il se souvient des ténèbres de la tombe, lorsqu'il entend un bruit effrayant, il se rappelle le son de la trompette pour la Résurrection ; lorsqu'il voit du bonheur, il se souvient des béatitudes du Paradis et lorsqu'il voit du châtiment, il se souvient de l'Enfer. Cela dit, il est mauvais de pénétrer dans le Hammam à l'approche du coucher du soleil et entre le Maghrib et le 'ishâ car c'est le moment du redéploiement des démons.
- Le deuxième : il s'agit de parties dont on se débarrasse comme la coupure des moustaches, l'épilation des aisselles, le rasage du pubis et la coupure des ongles. Il est répréhensible (yakrahu) d'enlever les cheveux blancs et il est recommandé (yastahibu) de les teindre.
Cela dit, ce qui reste des degrés de la purification sera traité dans le quart du livre consacré à ce qui est périlleux et à ce qui procure le salut, - إن شاء الله تعالى -.

Celui qui ne vise que l’au delà. "Fawâ’id Ibn Al-Qayyim"

Celui qui ne vise que l’au delà Allah ta’ala lui suffit
Si le serviteur se couche et se lève en ne visant qu’Allah ta’ala, Celui ci se chargera alors de pourvoir à tous ses besoins, portera pour lui tout ce qui le préoccupe, réservera son cœur à Son amour, sa langue à Son rappel, et ses membres à Son obéissance.
Mais s’il se couche et se lève en ne pensant qu’à la vie d’ici bas, Allah ta’ala le chargera de tout le souci, angoisses et malheurs de cette vie. Il le confiera à lui même, occupera son cœur par l’amour des gens au lieu de Son amour, sa langue par le rappel des gens au lieu de Son rappel, ses membres par les affaires des gens au lieu de Son obéissance.
Cet homme travaillera donc comme une bête pour autre qu’Allah, comme le soufflet de forge qui se  gonfle puis expire tout ce qui se trouve en lui pour servir autrui. Ainsi, toute personne qui s’écarte de la servitude d’Allah, de Son obéissance et de Son amour, sera soumise à la servitude des créatures, leur amour et leur service. Allah ta’ala dit : « Et quiconque s’écarte du rappel du Tout Miséricordieux, Nous lui désignons un diable qui devient son compagnon inséparable. » (sourate Az Zukhrûf verset 36) . Sufyân ibn ‘Uyaynah -qu’Allah lui fasse Miséricorde- a dit : « Vous ne citerez aucun proverbe connu des arabes, sans que je ne vous cite un exemple dans le Coran. Un homme lui dit : Et ou est dans le Coran le proverbe : Donne à ton frère une datte, et s’il refuse, donne lui une braise ?? Il répondit : Dans sa parole : « Et quiconque s’écarte du rappel du Tout Miséricordieux, Nous lui assignons un diable qui devient son compagnon inséparable. »