Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

mardi 15 décembre 2015

La meilleure formule de demande de pardon. "Fawâ’id Ibn Al-Qayyim"

Le Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam a dit dans un hadith authentique : « La meilleure
formule de demande de pardon consiste à ce que le serviteur dise : O Allah ! Tu es mon
Seigneur. Point de divinité digne d’adoration que Toi. Tu m’as créé et je suis Ton
serviteur. Je me conforme autant que je peux à mon engagement et à ma promesse vis à
vis de Toi. Je me réfugie auprès de Toi contre le mal que j’ai commis. Je reconnais tous
Tes bienfaits à mon égard et je reconnais mes péchés. Pardonne moi donc, car personne
ne pardonne les péchés si ce n’est Toi.
" Allâhumma anta Rabbî lâ ilâha illâh anta khalaqtanî wa anâ ‘abduka wa anâ ‘alâ ‘ahdika wa wa’dika ma-stata’tu a’ûdhu bika min charri mâ sana’tu abû‘u laka bini’matika ‘alayya wa abû‘u bidhanbî fa-ghfir lî fa- inahu lâ yaghfiru dhunûba illâ anta ".
Quiconque prononce cette invocation avec certitude le matin, puis meurt dans la journée, entrera au paradis. Et quiconque la prononce avec certitude le soir, puis meurt dans la nuit, entrera au paradis.»
Abû Hurayrah et Abd Allah ibn Umar -qu’Allah les agrée- rapportent que le Prophète
sallallahu ‘alayhi wa salam a enseigné à Abu Bakr As Siddiq -qu’Allah l’agrée- l’invocation
suivante, à répéter chaque matin, chaque soir et avant de se coucher : « O Allah ! Créateur
des cieux et de la terre ! Connaisseur de l’invisible et du visible ! Seigneur et Possesseur
de toute chose ! J’atteste qu’il n’y a de divinité digne d’adoration que Toi. Je cherche
refuge auprès de Toi contre le mal de mon âme, le mal de Satan et son polythéisme et
contre le fait de nuire à ma propre personne ou nuire à un musulman.
"Allâhumma ‘âlima l-ghaybi wa ch-chahâdati fâtira s-samâwâti wa l-ardi rabba kulli chay‘in wa
malîkahu achhadu an lâ ilâha illâ anta a’udhu bika min charri nafsî wa min charri chchaytâni wa chirkihi wa an aqtarifa ‘alâ nafsî sû’an aw ajurrahu ilâ muslimin".
Le Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam ajouta : Récite cette invocation chaque matin, chaque soir et avant de te coucher. »
Le Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam avait l’habitude de dire durant ses sermons :
« Louange à Allah, nous implorons Son aide et Son pardon. Nous nous réfugions auprès
de Lui contre les maux de nos âmes et contre nos mauvaises actions. »
Il sallallahu ‘alayhi wa sallam a aussi dit :
« Je suis semblable à une personne qui vous retiendrait par la ceinture, vous empêchant ainsi de vous jeter dans le feu, mais le feu vous attire comme il attire les papillons. »
Le Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam a comparé les membres de sa communauté à des papillons du fait que ces insectes sont ignorants et insaisissables. De même les hommes dont l’âme est petite sont ignorants et instables.Dans un autre hadith, le Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam dit : « Le cœur est comparable à une plume jetée sur une terre désertique. »
Le Prophète sallallahu ‘alayhi wa sallam dit aussi : « Le cœur est plus instable encore qu’un chaudron rempli d’eau portée à ébullition. »
Or l’instabilité de la plume et du chaudron est bien connue. Il en est de même pour le cœur surtout s’il est entaché d’ignorance. On dit d’ailleurs d’une personne qui pousse une autre à l’égarement qu’elle l’a ébranlée. Allah ta’ala a dit au sujet de Pharaon qu’il a ébranlé son peuple qui lui a obéit.
Allah ta’ala a aussi dit : « Sois donc patient, car la promesse d’Allah est vérité. Et que ceux qui ne croient pas fermement ne t’ébranlent pas ! » (Sourate Ar Rûm verset 60)
Une personne à la foi ébranlable ne connaît pas la stabilité. Bien au contraire, elle est
aisément déstabilisée, alors qu’une personne à la foi ferme est stable.
D’ailleurs le verbe « être certain » (ayqama) en arabe est utilisé aussi pour désigner une chose stable. La certitude (yaqîn) désigne la foi durablement installée dans le cœur, tant en terme de science  religieuse que de pratique. En effet, une personne peut détenir une bonne science religieuse sans pour autant que son âme ne patiente face aux malheurs, situation face à laquelle elle est vite ébranlée.