Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

mardi 20 octobre 2015

Il reste le plus grand homme de tous les tempsويبقى انه لاعظم رجل في كل زمان

Certainement, même aujourd’hui on aurait du mal 
à trouver quelqu'un qui vous dirait,  
" j’eus si peur que j’accourus à mon épouse. " .
Pourtant Mohammad l'a fait..le jour ou il a vu l'ange Gabriel.
 En fait, elle doit avoir été une Grande Femme.
يصعب العثور على من يقول
‎"لقد كنت خائفاً لدرجة أنني أسرعت إلى زوجتي"
‎محمد فعل ذلك.. يوم جاءه جبريل
‎لابد أنها كانت إمرأة عظيمة.

La présomption par l’Imam Ibn Hazm al Andalusi

De la présomption peuvent provenir l’orgueil, la vanité, l’arrogance, la fierté et la condescendance.
Ce sont là des significations analogues difficiles à différencier.
La présomption peut être une qualité manifeste chez le présomptueux.
Il est tel que les gens qui admirent leurs actes et en deviennent arrogants, ceux qui admirent leur savoir et se montrent hautains, ceux qui admirent leurs opinions et s’en vantent devant les autres, et ceux qui
admirent leur noblesse ou leur rang et en demeurent orgueilleux et condescendants.
Le moindre rang de présomption est de s’abstenir de rire quand on rit, de parler et de se
mouvoir pour accomplir les affaires nécessaires de la vie.
Ce qui est moindre que le défaut des autres, et si on n’agissait ainsi que dans le but de se contenter des obligations louables.
Mais si on le fait par arrogance et par vanité, cela mérite critique.
« Certes, les intentions font les actes, et chacun est rétribué en fonction de son intention »
(al Bukhari, 1/9).
En outre, si on n’a ni compréhension, ni une bonne conscience qui permettent d’éviter la présomption, cela se manifeste par des paroles et des comportements arrogants à l’égard des gens.
De plus, en cas de faiblesse d’esprit et de discernement, cela se révèle par la cruauté envers les gens par les actes et les paroles, par la tyrannie, l’injustice et le despotisme, par la recherche de l’obéissance et la soumission des autres quand cela est accessible, sinon par la calomnie et la moquerie des autres.
La présomption peut être sans raison, ni présence de vertu chez le présomptueux, c’est ce que l’on appelle communément at Tamatruq, ce que l’on observe chez les femmes et certains hommes.
C’est la présomption de celui qui n’a aucune qualité, ni connaissance, ni courage, ni pouvoir,
ni noblesse, ni richesse et malgré sa conscience qu’il n’en a rien, il peut s’imaginer – s’il est
faible d’esprit – qu’il en a une grande part.
Comme celui qui a acquis quelques connaissances et croit être un parfait savant.
Ou comme celui qui se vante de ses parents ou de ses ancêtres malgré leur injustice, on peut alors être le fils de Fir’awn dhi al Awtad (cf Ibn Kathir 4/508) et continuer de s’en vanter.
Ou comme celui qui croit être un chevalier capable de vaincre, d’emprisonner et de tuer, ou
qui occupe un rang qu’il croit meilleur que celui d’al Iskandar (Alexandre le Grand).
Ou celui qui se croit fort au point que plus rien ne puisse encore le fortifier.
Mais ceux-là ne sont pas les plus présomptueux, car ce sont ceux qui n’ont aucun savoir, aucune noblesse, aucune richesse, aucun rang ni aucune bravoure, qui sont dépendants des autres et leur sont
soumis, qui savent qu’ils n’ont aucun attribut mais qui persistent dans leur arrogance et leur orgueil.
J’ai demandé aimablement à des gens comme eux la raison de leur arrogance et leur dédain,
alors l’un d’eux m’a dit : « Je suis libre et non un esclave », j’ai répondu : « Nombreux sont
les gens libres qui partagent cette vertu avec toi hormis les esclaves, et qui ont du pouvoir sur
tout même et sur beaucoup de gens libres ».
J’ai ensuite observé leurs états pendant des années afin de trouver une raison qui puisse
justifier leur présomption.
J’ai donc examiné leurs pensées secrètes à travers leurs états apparents et leurs paroles.
J’ai donc constaté qu’ils croient se distinguer par leur esprit, leur lucidité et leurs avis originaux qui peuvent leur permettre de gouverner les grands royaumes, de couvrir les gens de leurs bienfaits, et de gérer les richesses.
C’est donc ainsi qu’ils ont acquis la vanité et la présomption.
Cela est sujet à controverse et ce, parce que la sagesse et le discernement sont les seules
qualités pour lesquels moins on en a, plus on croit les maîtriser.
Ainsi on trouve que le fou et l’ivrogne plaisantent en disant la vérité.
Que l’ignorant se moque des sages et des vertueux savants.
Que les enfants rient des adultes. Que les insolents ironisent contre les sages honorables.
Et que certaines femmes médisent des grands hommes et de leurs avis.
Généralement, moins on a du discernement, plus on croit être sage et lucide.
Contrairement à toutes les autres qualités car on est toujours conscient de ce qu’on ne possède pas. Mais celui qui n’a que peu de sagesse et qui manque de discernement, pense qu’il est un sage.
Le meilleur remède à ce qu’on a évoqué est la pauvreté et la paresse. Sinon les présomptueux
peuvent causer de grands préjudices car ils calomnient les gens, portent atteinte à leur
honneur, se moquent d’eux, déforment les vérités, se mêlent des affaires des autres, insultent
et injurient voire ils se battent avec les autres pour un moindre motif.
La présomption peut être un vice occulte chez l’individu, qui émerge avec la fortune ou le
haut rang, sans qu’il puisse le réprimer ou le cacher.
Et parmi les choses curieuses que j’ai constatées chez les gens faibles, c’est l’attribution de la
sagesse à leurs enfants et leurs femmes par amour pour eux, en disant : « Elle est plus sage
que moi et je cherche conseil auprès d’elle ».
Quand à celui qui loue la beauté et la splendeur de sa femme plus que s’il était sur le point
de la demander en mariage, il ne peut être qu’un faible d’esprit qui n’a aucun amour propre.
Méfie-toi des éloges que tu fais car tous ceux qui les entendraient, ne te croiraient pas même
si tu étais honnête. Mais ils considèreraient cela comme le premier de tes défauts.
Ne loue jamais personne en sa présence car seuls les adulateurs et les serviles le font.
Et ne critique jamais personne en sa présence ni en son absence, occupe toi plutôt de t’assainir toi-même.
Ne prétends pas à la pauvreté car cela ne t’apporterait que le discrédit et le mépris de ceux
qui t’entendraient.
Et cela ne peut être bénéfique dans la mesure où tu dénierais ainsi les bienfaits d’Allah – exalté soit-Il – et tu te plaindrais à quelqu’un qui ne peut te faire grâce.
Ne t’attribue pas la richesse car tu risques de tenter les cupides par ce que tu as, mais
contente toi de remercier Allah – exalté soit-Il.
Déclare que tu peux renoncer à tout sauf à lui car cela t’apporte de la grandeur et te protège de la cupidité. Le raisonné est celui qui ne manque pas de discerner.