Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

jeudi 28 mai 2015

Ne connaissent le mal qui cause douleur par l’Imam Ibn Hazm al Andalusi

Ne connaissent le mal qui
cause douleur, pauvreté, 
désastre et peur, que ceux qui en sont
concernés, ceux qui ne le sont pas ne peuvent les ressentir.
La sécurité, la santé et la richesse ne sont appréciées que par celui qui en
est privé, car celui qui les possède ne les apprécie pas à leur juste valeur.
Ne connait la qualité des opinions, les vertus et les actes de préparation
de la vie future que celui qui suit leur chemin.

A l’ombre de Sa parole « Ils ne négligent pas les versets d’Allah comme s’ils étaient sourds ou aveugles » "Fawâ’id Ibn Al-Qayyim"

Allah ta’ala dit : « Ceux qui, lorsque les versets de leur Seigneur leur sont rappelés, ne les négligent pas comme s’ils étaient sourds et aveugles » (Sourate Al Furqân verset 73). Muqâtil -qu’Allah lui fasse Miséricorde- a dit : « Lorsqu’on les exhorte par le Coran, ils ne restent pas sourds comme s’ils ne l’entendaient pas, ou aveugles comme s’ils ne le voyaient pas, mais au contraire ils l’entendent, le voient et en ont une totale certitude. » Ibn ‘Abbâs -qu’Allah l’agrée- a dit : « Ils ne sont pas sourds et aveugles devant les versets d’Allah, au contraire ils sont emplis de crainte et d’humilité. » Al Kalbî  -qu’Allah lui fasse Miséricorde- a dit : « En les entendant, ils se mettent à voir et à entendre. »  Eminent exégète et élève de ibn ‘Abbâs 66-146 H.Al Farrâ’ -qu’Allah lui fasse Miséricorde- a dit : « Lorsqu’on leur récite le Coran, ils ne restent pas sur leur état initial, comme s’ils ne l’avaient pas entendu, car c’est là la véritable négligence. J’ai entendu les arabes dire : « Il s’est mis à m’insulter assis » , qui est une expression semblable à la suivante : « il s’est levé ou s’est retourné en m’insultant » , et le sens est ce qui a été dit : « Ils ne restent pas face aux versets d’Allah sourds et aveugles. » » Az Zujâj -qu’Allah lui fasse Miséricorde- a dit : « Le sens de ce verset est que lorsqu’on leur récite le Coran, ils tombent prosternés en pleurs, écoutant et voyant ce qu’on leur a ordonné. » ibn Qutaybah -qu’Allah lui fasse Miséricorde- a dit : « Ils ne sont pas insouciants face aux versets d’Allah comme s’ils étaient sourds et aveugles. » Je dis : Il y a ici deux choses : concernant la négation du terme « tomber en prosternation » : s’agit-il du cœur tombant en prosternation ou du corps ? Et le sens est il qu’ils ne tombent pas prosternés comme des sourds et aveugles et ainsi leur cœur et leur corps tombent prosternés en communion ? Ou bien n’est il pas des tout questions de prosternation et seule est évoquée la station assise ?