Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

lundi 1 décembre 2014

L’explication du mot « repentance » par Ibn Al-Qayyîm


Beaucoup de gens expliquent la « repentance » par la ferme résolution de ne pas revenir au péché, de cesser immédiatement de le commettre et de regretter de l’avoir commis dans le passé. Si la faute commise porte préjudice à autrui, il faut envisager un quatrième élément, à savoir le fait de se racheter vis-à-vis de lui. Or ce qu’ils ont évoqué n’est qu’une partie de la définition de la repentance, ou plutôt ses conditions. Sinon la repentance dans la parole d’Allah et dans celle de Son Envoyé, renferme en plus de cela, la résolution d’accomplir ce qui est ordonné de manière constante. Donc la cessation de commettre le péché, la résolution de ne plus récidiver et le regret ne suffisent pas pour faire de quelqu’un un repenti. Il faut qu’il y ait en plus de cela chez le serviteur une ferme résolution de faire ce qui est ordonné et de s’en acquitter.

Cependant lorsque le terme « repentance » est joint à l’accomplissement de ce qui est ordonné, il prend le sens ci-dessus que beaucoup degens retiennent. Pris isolément, il englobe les deux, comme le terme « crainte -taqwâ- » qui lorsqu’il est cité seul, implique l’accomplissement de ce qu’Allah a ordonné et l’éloignement de ce qu’Il a interdit, alors que lorsqu’il est joint à l’accomplissement de ce qui est ordonné, il implique l’éloignement de ce qui est répréhensible.

La réalité de la repentance, c’est le retour vers Allah en s’astreignant à accomplir ce qu’Il aime et à éviter ce qu’Il réprouve. C’est donc un retour de ce qui est réprouvé vers ce qui est aimé. Le retour vers ce qui est aimé constitue une partie de sa définition et le retour de ce qui est réprouvé en constitue l’autre. C’est pourquoi Allah — exalté soit-Il — a subordonné la réussite absolue à l’accomplissement de ce qui est ordonné et à l’éloignement de ce qui est interdit dans l’intention de se repentir ; Il a en effet dit :" Et repentez-vous envers Allah, vous les croyants, peut-être réussirez-vous. " [15] Tout repentant a d’ores et déjà réussi, et ne peut réussir que celui qui accomplit ce qu’Allah lui ordonne et s’éloigne de ce qu’Il lui interdit. Allah le Très-Haut a également dit : " Quant à ceux qui ne se repentent pas, ceux-là sont les injustes. " [16]

Celui qui s’abstient d’accomplir ce qui est ordonné est un injuste, au même titre que celui qui commet le répréhensible, et le seul moyen de se débarrasser de ce qualificatif « injuste », c’est de faire preuve d’une repentance qui englobe ces deux aspects. Les gens se divisent en deux groupes : le groupe des repentants et les groupe des injustes, et il n’y a pas de troisième groupe. Les repentants sont " ceux qui adorent [Allah], Le louangent, jeûnent, s’inclinent, se prosternent, commandent le convenable, proscrivent le blâmable, ceux qui observent les normes divines. " [17] L’observation des normes divines constitue une partie de la repentance, et la repentance englobe toutes ces vertus. Le repentant n’est qualifié de repentant que parce qu’il revient de ce qu’Allah interdit vers ce qu’Il ordonne et de Sa désobéissance vers Son obéissance.

Ceci étant, la repentance constitue la réalité de la religion de l’Islam et la religion entière est incluse dans le sens désigné par le vocable « la repentance ». C’est pourquoi le repentant mérite d’être qualifié de bien-aimé d’Allah, car " Allah aime ceux qui se repentent et Il aime ceux qui se purifient. " [18] Or Allah aime celui qui accomplit ce qui est ordonné et renonce à ce qui est interdit.

La repentance est donc le retour de ce qu’Allah réprouve extérieurement et intérieurement vers ce qu’Il aime extérieurement et intérieurement. Le concept de la repentance englobe l’Islam, la foi et l’ihsân (la perfection) et il touche toutes les stations spirituelles. C’est pourquoi elle est l’objectif de tout croyant, le début de son affaire et sa fin et elle est la raison pour laquelle les créatures ont vu le jour. L’ordre [divin] et Son unicité en constituent une partie, voire sa partie la plus importante et l’assise sur laquelle elle repose.

Cependant la plupart des gens ne connaissent pas la valeur de la repentance et sa réalité, et a fortiori ils ne la réalisent ni sur le plan de la connaissance, ni sur le plan de la pratique, ni sur celui de l’état spirituel. Or Allah n’a comblé de Son amour les repentants que parce qu’ils sont à Ses yeux l’élite de Ses créatures. Et si la repentance n’était pas un concept qui réunit les lois de l’Islam et les réalités de la foi, le Seigneur -exalté soit-Il- ne se réjouirait pas du repentir de Son serviteur de cette manière. [19] Tout ce que les gens disent à propos des stations et des états n’est en fait que des détails de la repentance et ses conséquences....à suivre...La demeure spirituelle du réveil-la servitude et la repentance
                                       

[1] Coran, an-nûr, 31.

[2] Coran, al-hujurât, 11.

[3] Coran, at-tawba, 112.Coran, at-tawba, 112.

[4] Coran, al-baqara, 222.

[5] L’auteur fait allusion au hadith suivant : le Prophète a dit : « Allah éprouve plus de joie, quand un de Ses serviteurs croyants revient à Lui, que ne peut en éprouver un homme qui tout en se trouvant dans une terre désertique, avec sa monture qui porte sa nourriture et sa boisson, s’endort dans un coin et à son réveil découvre que sa monture s’est enfuie. Il part à sa recherche jusqu’à ce que la soif le contraigne à arrêter ses recherches, puis se dit : “ Il vaut mieux que je revienne à l’endroit où j’étais et que je m’endorme avec sérénité dans l’attente de la mort. ” Il met sa tête sur son bras en attendant la mort. Au bout d’un moment, il se réveille et voilà que sa monture se tient près de lui chargée de sa nourriture et de sa boisson. Allah éprouve plus de joie encore lorsque l’un de Ses serviteurs croyants revient à Lui que celle de cet homme au moment où il retrouve sa monture et son viatique. » [Hadith rapporté par al-Bukhârî, Muslim, at-Tirmidhî et Ahmad dans al musnad.] Dans une autre version : « Il la saisit par la bride s’écriant, au comble de sa joie : « Ô mon Dieu, Tu es mon serviteur et je suis ton Seigneur. » Tellement emporté dans sa joie, il commit ce lapsus. »

Les vices de la science et la différence entre les mauvais savants et les savants de la vie future par Abou Hamed Al-Ghazâli


Les mauvais savants sont ceux dont la seule finalité de leur savoir consiste à jouir du bas monde et à occuper une position éminente auprès de leurs adeptes. Abû Hurayra rapporte que le Prophète - صلى الله عليه وآله وسلم - a dit : « Celui qui s'initie à un savoir qu'on doit rechercher pour plaire à Allah - تعالى - et qui l'apprend pour acquérir uniquement des biens du bas monde ne retrouvera pas l'odeur du Paradis au jour de la Résurrection ».
Il est dit dans un autre Hadîth : « Est en Enfer celui qui apprend le savoir pour se montrer fier devant les savants ou pour s'engager dans des disputes avec les gens stupides ou pour attirer l'attention d'autrui » . Hadîth recensé par At-Tirmidhi. D'ailleurs, il existe de nombreux Hadîth qui vont dans ce sens. Par ailleurs, l'un des Anciens Pieux a dit : « L'homme qui aura le pire des remords au moment de la mort c'est un savant négligent ».
Sache donc que le savant est tenu de recommander les commandements et les interdictions, mais qu'il n'est pas tenu d'être un ascète ou quelqu'un qui se détourne de ce qui est permis. Toutefois, il doit user du minimum des biens du bas monde autant qu'il le peut, parce que tous les corps n'acceptent pas les privations de la même façon. C'est que les hommes diffèrent quant à la capacité de ce domaine. Ainsi on rapporte que Sufyân Ath-Thawri prisait les bons plats et disait : « Lorsqu'elle est mal nourrie, la bête ne travaille pas ». Quant à l'Imam Ahmad Ibn Hanbal, il possédait une grande endurance à supporter la vie dure et les privations. C'est que la nature des hommes diffère à ce sujet.
Il reste que, parmi les nombreuses qualités des savants de la vie future, il y a le fait qu'ils savent que le bas monde est vil, que la vie future est noble et que ces deux mondes sont semblables à deux épouses du même mari. Voilà pourquoi ces savants préfèrent la vie future. Leurs actes ne contredisent pas leurs paroles. En plus ils inclinent vers la science profitable pour la vie future et évitent les sciences de peu d'utilité par préférence pour ce qui est également bénéfique. Ceci est illustre par ce qu'on a rapporté à propos de Shaqiq al-Balkhi qui a dit à Hatim al-'Assam :
« Tu m'as tenu compagnie pendant une certaine durée, qu'as-tu appris ? »
Hatim lui répondit : « Huit choses ».
- La première : « J'ai regardé les hommes et j'ai constaté que chacun d'eux avait quelque chose qu'il aimait. Mais lorsqu'il arrivait dans la tombe, ce qu'il aimait le quitte. Voilà pourquoi j'ai fait de mes bonnes actions l'objet de mon amour pour qu'elles soient avec moi dans la tombe ».
- La deuxième : « J'ai médité la Parole d'Allah : « Celui qui aura préservé son âme des passions » [Coran 79 -40] et j'ai forcé mon âme à repousser les désirs jusqu'elle s'installe dans l'obéissance à Allah - تعالى -».

- La troisième : « J'ai constaté que chaque homme, qui possédait un objet de valeur, le préservait. Puis j'ai médité la Parole d'Allah - تعالى - : « Ce qui se trouve auprès de vous s'épuise, et ce qui se trouve auprès d'Allah demeure ». [Coran : 16 : 96], et ainsi chaque fois que je possédais un objet de valeur je le dirigeai vers Lui pour qu'il me soit gardé auprès de Lui ».

- La quatrième : « J'ai constaté que les hommes se référait aux biens, à la réputation et à la généalogie alors qu'ils ne sont rien. Puis j'ai médité la Parole
d'Allah - تعالى - :
« Le plus noble d'entre vous, auprès d'Allah, est le plus pieux d'entre vous ». [Coran 49 : 13] et je me suis efforcé d'acquérir la Crainte révérencielle pour que je sois noble auprès de Lui ».

- La cinquième : « J'ai constaté que les hommes s'enviaient les uns les autres. J'ai alors regardé la Parole d'Allah - تعالى - : « C'est Nous qui avons réparti entre eux leur nourriture dans la vie de ce monde " [Coran 43 : 32] et j'ai abandonné l'envie » ».

- La sixième : « J'ai constaté qu'ils étaient hostiles les uns envers les autres. J'ai médité la Parole d'Allah - تعالى - : « Le démon est un ennemi pour vous. Considérez-le donc comme un ennemi ». [Coran 35 : 6]) et je l'ai alors pris pour unique ennemi » .

- La septième : « J'ai constaté qu'ils s'humiliaient dans la recherche des subsistances. J'ai médité la Parole d'Allah - تعالى - : « Il n'y a pas de bête sur la terre dont la subsistance n'incombe pas à Dieu » » [Coran 11 : 6] et je me suis occupé de ce que je Lui dois tout en abandonnant mes biens auprès de Lui ".

- La huitième : « J'ai constaté qu'ils mettaient toute leur confiance dans leurs commerces, leurs métiers et dans la bonne préservation de leurs corps, quant à moi j'ai placé ma confiance en Allah - تعالى - ».
Parmi les autres qualités des savants de la vie future, il y a celle qui consiste à se détourner des Sultans et des grands de ce monde et à prendre garde à leur fréquentation. A ce sujet, Hudhayfa disait : « Prenez garde aux attitudes qui génèrent les discordes et les séductions !» On lui a demandé : « Lesquelles ? » et il a répondu : « Frapper aux portes des princes, et lorsque l'un d'entre vous accède auprès de l'émir, confirme ses propos par le mensonge et le vante par des qualités qu'il ne possède pas » .
De même, Sa'id Ibn Musayyib disait : « Lorsque vous voyez un savant fréquenter les princes, prenez garde à lui car c'est un voleur.»
L'un des Anciens pieux disait : « Tu n'obtiens rien de leur bas monde sans qu'ils obtiennent de ta foi ce qui en est meilleur ».
Parmi les autres qualités des savants de la vie future, il y a celle qui consiste à ne pas se hâter pour produire les fatwa (consultations juridique) et ne pas trancher par des fatwa que là où ils sont surs du bien fondé de leur jugement. D'ailleurs, les Anciens Pieux se débarrassaient de la Fatwa qu'on leur soumettait jusqu'à ce qu'elles reviennent au premier d'entre eux. Ainsi, Abdurrahmân ibn Abî Laylâ disait : « J'ai connu dans cette mosquée cent vingt compagnons de l'Envoyé d'Allah - صلى الله عليه و سلم -. Aucun d'eux n'a été interrogé sur un Hadith ou sur une fatwa sans qu'il ne désire vivement que son frère le décharge en y répondant. Mais cette affaire est dévolue maintenant à des gens qui prétendant aujourd'hui posséder la science. Il se risquent à répondre à des questions qui, si elles étaient posées à Omar Ibn al-Khattab, il rassemblerait tous les compagnons qui avaient participé à la Bataille de Badr pour les consulter ».
Parmi les autres qualités des savants de la vie future, il y a le fait que leur recherche porte essentiellement sur la connaissance des oeuvres pour déterminer ce qui les affecte, trouble les coeurs et déclenche les obsessions. Car l'approche des formes des oeuvres est facile, mais toute la difficulté consiste à les purifier. Et comme le fondement de la foi repose sur la protection contre le mal, il n'est pas possible de s'en prémunir convenablement tant qu'on reste ignorant.
Parmi les autres qualités des savants de la vie future, il y a celle qui consiste à scruter les secrets derrière les actes légaux et à percer la sagesse qui les détermine. Ainsi lorsque le savant ne parvient pas à scruter la cause, il lui suffit de s'en remettre à la Loi religieuse. Enfin parmi leurs qualités, il y a celle qui consiste à suivre les compagnons ( al sahaba ), et leurs meilleurs successeurs, et à éviter tout innovateur.