Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

dimanche 14 septembre 2014

Des hommes autour du Prophèteﷺ: Ousayd ibn Houdhayr

Ousayd b. Houdhayr était un notable respecté et écouté de la tribu des Aous, avant même l'arrivée de Mousâb b. Oumayr à Médine avec des convertis de la première allégence d'al-Aqaba, et il le devint davantage en embrassant l'Islam.
Comment Ousayd b. Houdhayr se convertit-il à l'Islam ? Eh bien! ce fut le jour où il s'assit avec Saâd b. Mouâdh pour discuter de la mesure énergique à mettre en oeuvre contre cet intrus-là (Mousâb) venu de la Mecque "perturber les esprits" avec sa nouvelle religion. Ainsi était l'état d'esprit des deux notables médinois : il étaient très hostiles à la présence de l'émissaire du Messager parmi eux.
La décision étant prise, Saâd dit Ousayd : "Va trouver cet homme et signifie lui d'arrêter!" Le notable Aousite prit alors sa lance et s'en alla d'un pas décidé à la recherche de Mousâb b. Zourara, un autre notable de Médine qui s'était converti à l'Islam. Et puis, on savait bien que Mousâb était descendu chez Asâd en tant qu'hôte.
Quand il les trouva, il ne se donna pas le temps de surprendre agressivement Mousâb qui était en train de vulgariser les préceptes de l'Islam aux présents. Mousâb lui dit alors calmement : « Veux-tu t'assoir et écouter ? si ce que nous disons te satisfait, tu l'acceptes, et si tu le détestes, nous arrêtons. » Comme la proposition était raisonnable, Ousayd qui était également raisonnable planta sa lance et dit : « Tu dis juste; donne ce que tu as! »
Mousâb se mit à réciter des versets du Coran et à lui expliciter l'appel de la religion nouvelle, si bien qu'Ousayd changea complètement d'attitude. Les témoins qui étaient présents diront plus tard : « Par Dieu, nous avons vu sur son visage sa conversion à l'Islam avant même qu'il ne prît la parole. »
* * *
En effet, à peine Mousâb termina-t-il de parler qu'Ousayd dit : « Comment faire si on veut embrasser cette religion ? » Mousâb dit : « Tu purifies ton corps et ton vêtement, tu attestes l'attestation du Vrai, puis tu pries. » Comme Ousayd avait déjà pris la décision dans son for intérieur, il se leva avec résolution, alla se purifier avec de l'eau et se prosterna à Dieu l'unique, annonçant ainsi la fin de son attachement aux croyances paganiques.
Puis, il prit la direction de l'endroit où se trouvait Saâd b. Oubada : il devait lui rendre compte de la mission. Mais avec la situation nouvelle inattendue, comment allait-il s'y prendre ? Eh bien! il avait déjà un plan en tête, car il savait bien que Saâd était raisonnable comme lui. Comme il savait aussi que Saâd était le cousin d'Asâd b. Zourara.
* * *
Quand Saâd b. Mouâdh vit Ousayd s'approcher, il dit à ceux qui étaient autour de lui : « Je jure qu'Ousayd arrive avec un visage différent de celui avec lequel il était allé! » En effet, Ousayd était parti furieux, agressif, et maintenant il venait calme et serein. Quand il arriva devant Saâd et les autres, il dit à Saâd :« On vient de me dire que les Banon Haritha étaient sortis en vue de tuer Asad b. Zourara, alors qu'ils savent très bien qu'il est ton cousin! »
A ces mots, Saâd prit sa lance et, avec ses compagnons, il se dirigea d'un pas précipité au secours de son cousin. Lorsqu'il arriva à l'assemblée où se trouvait son cousin et Mousâb qui récitait les versets coraniques, il comprit vite la ruse d'Ousayd. Alors, il s'assit et entendit Mousâb, puis il embrassa l'Islam. Ainsi Ousayd avait-il vu juste.
* * *
En outre, Ousayd était un homme de patience, de bonté et de bon jugement. Il en fit usage plus d'une fois. Dans l'expédition des Banou al-Moustalaq, l'hypocrite Abdallah b. Oubay ayant tenu devant des Médinois des propos dangereux contre les Mouhajir, le compagnon Zayd b. Arqam rapporta cela au Messager , Celui ci en fut très affecté...
Après quoi, Ousayd se rapprochant du Messager , celui-ci dit : « Ne t'est-il parvenu ce que l'un de vous a dit ? » Ousayd dit : « Qui est-ce, ô Messager de Dieu ? - Abdallah b. Oubay, dit le Messager . Qu'est- ce qu'il a dit ? dit Ousayd. - Il a dit que quand il reviendrait à Médine, sûr que les plus puissants de la ville en expulseraient les plus faibles, dit le Messager . »
Là, Ousayd dit : « Par Dieu! c'est toi, ô Messager de Dieu, qui l'en expulse, si Dieu veut. Par Dieu! c'est lui le plus faible et c'est toi le plus puissant. » Puis il ajouta : « Ô Messager de Dieu, sois accommodant. Par Dieu! tu nous es venu, grâce à Dieu, au moment où son peuple se préparait à le couronner en tant que leur seigneur. D'après lui, l'Islam lui a ravi une royauté. »
A as-Saqifa, immédiatement après la disparition du Messager , lorsque des Ansarites, dont Saâd b. Oubada, soutinrent longuement que le droit à la succession du Messager leur revenait, Ousayd intervint avec tact pour résoudre le problème : « Vous savez bien que le Messager fait partie des Mouhajir. Son successeurs doit donc être un Mouhajir, Nous étions les partisans (Ansar) du Messager de Dieu, et aujourd'hui nous devons être les partisans de son successeur. »
* * *
Ousayd b. Houdhayr vécut, après sa conversion, une vie d'adorateur dépensant son énergie et ses biens pour la cause de Dieu. Il avait une voix si limpide qui ne laissait pas ses compagnons indifférents, quand il récitait le Coran. Une fois, le Messager avait dit d'elle que les anges s'étaient rapprochés d'Ousayd pour l'entendre. Il était également très estimé d'Abou Bakr, d'Omar b. al-Khattab et de tous les compagnons.
Quand il mourut en Chaâban de l'an 20, nombre de compagnons l'accompagnèrent jusqu'à sa dernière demeure, au cimetière d'al-Baqi.

(Exégèse du Coran)-Tafsir Ibn kathir: Sourate 113 -L'aube naissante [Al-Falaq]

1. ...l'aube naissante
Commentaire : Est traduit selon l'avis d'Ibn Abbâs. Cela est comme Sa parole : « Fendeur de l'aube » (6/96) Et c'est le choix d'Al-Boukhari.
2. Contre le mal des êtres qu'Il a créés
Commentaire : Contre le mal causé par toutes Ses créatures.
Al Hasan al Basri -qu’Allah lui fasse Miséricorde- : « Géhenne, Iblîs et sa progéniture font partie de ce qu'Il a créé. »
3. Contre le mal de l'obscurité quand elle s'approfondit
Commentaire : Est traduit selon l'avis d'al Hasan et Qatâda. Ces derniers disent : c'est la nuit, quand elle arrive avec son obscurité.
4. Contre le mal de celles qui soufflent sur les noeuds
Commentaire : Contre le mal des sorcières.
Aïcha -qu’Allah l’agrée- a dit : « L'Envoyé -salla Allahou ‘alayhi wa salam- fut ensorcelé au point où il croyait avoir eu des rapports avec ses épouses, sans qu'il ait vraiment fait cela. (c'est la pire des sorcelleries, dit Sufyan) Il me dit "Sais tu que Dieu vient de me montrer ce que je Lui avais demandé ? Deux hommes sont venus à moi. L'un s'est assis près de ma tête et l'autre près de mes pieds. Celui qui se tenait près de ma tête dit "Quel est le mal de cet homme ? -Il est ensorcelé -Et qui l'a ensorcelé ? -Labîd ibn A'çam (un homme de Zurayq qui était un hypocrite et un allié des juifs) -Avec quoi ? -Avec un peigne et quelques cheveux. -Où sont-ils ? -Dans des spathes de palmiers mâle placés sous la pierre du puits de Dharwân." Après quoi, le Prophète saws se dirigea vers le puits et en retira (les spathes). Il dit en outre : "C'est ce puits qu'on m'a montré. Son eau paraît avoir la couleur du henné et ses palmiers paraissent être des têtes de serpents / démons. -Et pourquoi ne retires-tu pas (le contenu des spathes) ? lui demandai-je. -Non. Dieu m'a guéri et je ne veux causer quelque mal aux gens. ».