Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

vendredi 25 octobre 2013

La demeure spirituelle du réveil-la servitude et la repentance par Ibn Al-Qayyîm Jawziyyah-Madarij as-Sentier des itinérants: L’associationnisme mineur








Pour ce qui est de l’associationnisme mineur, l’ostentation légère en est un exemple, de même que l’affectation envers les gens et le fait de jurer par ce qui n’est pas Allah, comme le prouve le hadith authentique selon lequel le Prophète a dit : « Celui qui jure par autre chose que le nom d’Allah a commis un acte d’associationnisme. » [1]

Il en va de même des expressions que certains s’adressent les uns aux autres du genre : « Ce qu’Allah a voulu et que tu as voulu », « Cela vient d’Allah et de toi », « Je n’ai qu’Allah et toi », « Je m’en remets à Allah et à toi », « Sans toi, il n’y aurait pas ceci et cela ». Cela peut même se révéler être de l’associationnisme majeur, selon la foi et l’intention de celui qui tient de tels propos. Il est rapporté authentiquement qu’un homme a dit au Prophète : « Ce qu’Allah a voulu et que tu as voulu », il lui a répliqué : « Fais-tu de moi un pareil à Allah ? Bien plutôt : “ ce qu’Allah seul veut. ” » [2]

Parmi les formes d’associationnisme il y a la demande aux morts de satisfaire à ses requêtes, la demande de leur secours, le voyage pour les visiter dans un esprit de dévotion. Tels sont les cultes qui sont à l’origine de l’associationnisme pratiqué partout dans le monde. Or les œuvres du mort s’interrompent à sa mort et il est incapable de s’attirer le moindre profit, ni de repousser de lui le moindre mal, et à plus forte raison il ne peut rien faire pour celui qui lui demande du secours, ni satisfaire à sa requête, ni intercéder en sa faveur auprès d’Allah. Cela est dû à l’ignorance du demandeur, des conditions que doit remplir l’intercesseur et de celles que doit remplir celui pour lequel on intercède. En effet, il ne peut pas intercéder en sa faveur auprès d’Allah qu’après l’autorisation d’Allah. Or Allah n’a pas fait de la demande de secours au mort et de son imploration une cause de Son autorisation, mais c’est plutôt la réalisation de l’unicité parfaite qui en est la cause. Le mort lui-même a besoin de quelqu’un qui invoque Allah en sa faveur et qui implore la miséricorde et le pardon pour lui, comme nous l’a recommandé le Prophète lorsque nous visitons les tombes. Mais les associateurs ont fait l’inverse, ils les ont visités dans l’intention de les adorer, de leur demander de satisfaire à leurs requêtes et d’implorer leur secours, ils ont fait de leurs tombes des idoles et ont considéré le voyage vers eux comme un pèlerinage.

                                             
[1] Hadith rapporté par at-Tirmidhî — Livre des vœux —, an-Nasâ’î — Livre de la foi —, Ibn Mâja — Livre des compensations expiatoires —, ad-Dârimî — Livre des vœux — et Ahmad dans son musnad (1/47) (2/34-67).

[2] Hadith rapporté par Ahmad (1/214-224-282-347).