Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

vendredi 1 mars 2013

Les âmes dans le monde des merveilles (Hadi El Arwah ila biladi El Afrah) par Ibn Al-Qayyim : Les différents niveaux du Paradis

Dieu ~ dit: ~ Ils constituent des degrés divers auprès de Dieu et Dieu voit parfaitement ce qu'ils
font.,. (S3, V163) Selon Abou Saïd El Khoudri, le Prophète a dit: «Les habitants du Paradis se
verront à différents niveaux, d'une distance de la terre aux astres, visibles de l'est comme de l'ouest, selon leurs bonnes actions» Les compagnons demandèrent au Messager de Dieu : "Est-ce que nulle autre personne ne peut atteindre la place des Prophètes ?" Il répondit: «Non! Par celui qui détient l'âme de Mohammed entre Ses Mains, c'est également pour ceux qui ont cru en Dieu et en Ses Prophètes.» Abou Saïd El Khoudri rapporte ce Hadith du Prophète de Dieu~:
«Dans le Paradis, il y a cent niveaux. Un seul de ces niveaux suffirait largement à incorporer la création entière».  Le plus haut niveau Arnrou, fils d'El Aâs, entendit l'Envoyé de Dieu dire:
«Si vous venez à entendre un Muezzin, répétez ce qu'il dit, ensuite, priez pour moi,
car celui qui prie pour moi une seule fois, Dieu priera pour lui dix fois.
Demandez pour moi El Wassila, c'est un niveau dans le Paradis, qui n'est mérité que par un des serviteurs de Dieu, et j'espère être celui-là.
Celui qui demandera pour moi El Wassila, j'intercéderai pour lui» Rapporté par Mouslim et Ahmed. Dans ses Sahihaïne, Djabir, rapporte du Prophète «Celui parmi vous qui, après la fin de l'appel du Muezzin dira: Allahouma raba hadihi ed-dawa atama wa salat el qaïma, aâti Mohamaden el Wassilata wa el fadilata wa daraja er-rafi'âta wab athou maqaman mahmouden el ladi wa'âd tahou.
Mon intercession lui sera accordée, lors du Jugement dernier» (Littéralement: Ô mon Dieu! Seigneur de cet appel parfait et l'Office qui va être célébré, accorde à Mohammed le moyen d'intercession et l'excellence et élève-le au rang louable, ainsi qu'une place honorifique, que Tu lui as promise.) Celui qui récite cette prière, l'intercession du  Prophète Mohammed lui sera accordée le Jour du Jugement dernier. C'est l'acte établi entre Dieu et Ses serviteurs, pour l'acquisition d'une place au Paradis. Dieu dit: Dieu a acheté des Croyants leur vie et leurs richesses en leur promettant le Paradis: Ils combattent sur la voie de Dieu en tuant et en se faisant tuer. C'est là une promesse authentique qu'Il a prise sur Lui-même dans la Torah, l'Evangile et le Coran. Qui tient mieux que Dieu ses engagements? Réjouissez-vous donc à l'avance de votre vente avec laquelle vous avez fait acte d'allégeance et c'est là le très grand succès. ~ (S9, VU!) Il a créé, qu'Il soit glorifié, le Paradis comme rétribution pour les âmes des Croyants, et leurs biens. S'il font l'échange dans la voie de Dieu, ils mériteront d'avoir le prix. Il établit cet acte avec insistance. Cet acte a été élaboré par Allah Lui-même, pour l'acquisition de ce prix inestimable, dans la Torah, l'Evangile et le Coran. Cet acte n'est pas élaboré pour tout le monde. Les serviteurs pour lesquels Allah a établi cet acte sont: les repentis des actes non agréés par Dieu, les dévots comme les reconnaissants de ses faveurs dans le malheur comme dans la prospérité, les voyageurs dans la voie de Dieu, pour la recherche de la science, ceux qui jeûnent, ceux dont le coeur erre dans Son invocation, dans Son adoration, pour le retour vers Lui, dans l'Islam et dans la foi en Lui. Si tu ignores la valeur réelle de la marchandise proposée, il faut regarder son acheteur (ici, c'est Dieu). Regarde également sa rétribution et celui qui a signé l'acte.
La  marchandise est l'âme du Croyant, son prix en est le Paradis. Dans le Sahih de Mouslim, Jabir fils de Abdallah, rapporte du Prophète de Dieu ce Hadith: Naâman, fils de Hawqal, est venu demander au Messager :"Si je ne fais que mes Offices obligatoires, et que je ne touche jamais à l'illicite, et je n'accepte que le licite entrerai-je au Paradis ?" Le Messager de Dieu lui répondit: «Oui»  Les élus sollicitent le Paradis, et lui les réclame à Dieu Dieu ~ dit: ~ Notre Seigneur! Nous avons entendu quelqu'un appeler à lafoi: "Croyez-en votre Seigneur!" et nous avons cru.
Notre Seigneur! Absous nos péchés, efface nos mauvaises oeuvres et place-nous après notre mort avec les élus., (S3, V193) Donne-nous ce que Tu nous as promis par I'intermédiaire de Tes Prophètes, pour l'entrée au Paradis. Abou Houreira rapporte ce Hadith du Messager de Dieu : «Implorez Dieu pour la demande du Paradis et réfugiez-vous auprès de Lui contre l'Enfer.
Le Paradis réclame le Croyant et l'Enfer demande à Dieu de l'éloigner de lui.
Dieu acceptera plus facilement leur intercession. Lorsque le serviteur insiste auprès de Dieu dans sa demande pour son entrée au Paradis, ce dernier lui répond: HÔ mon Dieu! Ton serviteur qui me réclame.fais en sorte qu'il réside chez moi." L'Enfer dira: HÔ mon Dieu! Ton serviteur, qui se réfugie en Toi, éloigne-le de moi."» Rapporté par Ahmed et Tinnidhi. Anas rapporte que le Prophète ~ a dit: «Dieu, le Clément dit: [Regardez dans son Livre (où est inscrit tout ce qui concerne sa vie). A celui qui me demande l'entrée au Paradis, Je lui permettrai son accès. Par contre celui qui se réfugie auprès de Moi pour l'écarter de l'Enfer, Je l'éloignerai de ce dernier.] De Jabir ibn Abdallah, le Prophète de Dieu ~ a dit: «On ne demande, par la Face de Dieu, que le Paradis»

Dits et Récits de Jésus (عليه السلام) sur lui le salut

Le Christ a dit : 
« Quiconque a étudié, mis en pratique et transmis la connaissance, 
voilà celui qu’on appelle grand dans le royaume des cieux. »
Rapporté par Ahmed ibn Hanbal (mort en 855)

Résumé de la biographie du Prophèteﷺ par Hamidoullah : Réconciliation

35) Mohammed essaya alors de se réconcilier avec les Mecquois, et se rendit à Hudaibiyah, pas très loin de la Mecque La coupure de leur chemin caravanier du Nord avait ruiné leur économie. Mohammed leur promit la sécurité du transit, l'extradition de leurs fugitifs qui se seraient rendus chez lui. et toute autre condition qu'ils désirèrent. Il accepta même de rentrer à Médine, sans avoir pu faire le Pèlerinage de la Kaâba. Les deux parties contractantes promirent à Hudaibiyah non seulement la paix, mais aussi la neutralité dans les conflits avec les tiers.
36) Profitants de la paix, le Prophète déploya une activité intense pour la propagation de sa religion: Outre ses efforts dans l'Arabie, il adressa des lettres missionnaires aux souverains étrangers de Byzance, de la Perse (l'Iran), de l'Abyssinie et autres. Le prêtre "autocrator" (le "Dog hâture" des Arabes) de Byzance embrassa l'islam et fut lynché par la foule; le Préfet de Ma'ân (Palestine), pour avoir fait la même chose, fut mis à mort et crucifié par l'empereur. Un ambassadeur Musulman fut assassiné en Palestine Syrie, et, au lieu de punir le coupable. l'empereur courut avec ses armées pour le protéger contre l'expédition punitive envoyée par le Prophète (bataille de Mu'tah).
37) Les païens de ka Mecque profitèrent des difficultés des difficultés des Musulmans et violèrent le traité de la paix. Le Prophète conduisit lui-même une armée de dix-mille hommes, et surprit la Mecque qu'il occupa sans coup férir. Conquérant bienveillant, il rassembla la population de la ville, lui rappela ses méfaits: Persécution religieuse, confiscation injustes des biens des réfugiés invasions répétées, vint-ans d'hostilité insensée; puis leur posa la question: "Qu'attendez-vous de moi?" Comme tous baissaient la tête avec honte, Mohammed proclama: "Que Dieu vous pardonne, allez en paix; nulle charge contre vous aujourd'hui, vous êtes libres" Il renonça même aux biens que les païens avaient confisqués aux Musulmans. Cela transforma l'état psychologique et lorsqu'un chef mecquois s'avança spontanément vers Mohammed, à la suite de sa déclaration d'amnistie, pour se convertir à l'Islam, Mohammed lui dit: "Je te nomme gouverneur de la Mecque". Sans laisser un seul soldat médinois ou autre, le Prophète rentra à Médine.
L'islamisation de la Mecque, achevée en quelques heures, fut complète et sincère.
38) La ville de Tâïf se mobilisa alors pour combattre le Prophète; avec quelques difficultés, l'armée ennemie fut dispersée dans la vallée de Hunaïn, mais les Musulmans préférèrent lever le siège de Tâïf et employer plutôt les moyens pacifiques pour briser la résistance de cette région. Moins d'un an après, une délégation de Tâïf se rendit à Médine pour annoncer son ralliement à l'Islam. Elle demanda d'abord l'exemption des prières, des taxes, du service militaire, et aussi l'autorisation de l'adultère, des boissons alcooliques; elle demanda encore la conservation du temple de l'idole Lât, à Tâïf. L'islam n'était pas un mouvement matérialiste immoral; la délégation eut honte de ses propres demandes concernant les prières, l'adultère et le vin: le Prophète leur concéda l'exemption du paiement des taxes et du service militaire, et ajouta: «Vous n'avez pas besoin de démolir l'idole de vos mains, nous enverrons des agents d'ici pour s'en occuper; s'il s'ensuit des malheurs, comme vous le font redouter vos superstitions, ce sont eux qui les subiront».
Ainsi, le Prophète montrait quelle sorte de concessions on petit concéder aux convertis de fraîche date. La conversion des Tâîfites fut si sincère que, quelques mois plus tard, ils renoncèrent d'eux-mêmes aux exemptions contractées, comme nous le voyons par la nomination par le Prophète, d'un collecteur d'impôts chez eux, à l'instar des autres régions Islamisées.
39) Durant ces dix années de "guerre", les non-Musulmans avaient perdu sur les champs de bataille, en tout et pour tout, quelques 250 tués; les Musulmans encore moins. Incision bénigne, grâce à quoi le continent de l'Arabie, avec ses millions de kilomètres carrés, fut guéri de l'abcès de l'immoralité. Dans ces dix ans de lutte désintéressée, toutes les populations de la péninsule Arabique et des régions méridionales de la Palestine et de l'Iraq embrassèrent volontairement l'Islam; (certains groupes chrétiens, juifs et mages voulurent conserver leurs croyances, et on leur donna toute liberté de conscience ainsi que l'autonomie juridique et judiciaire).
40) En l'an 10 H., lorsque Mohammed se rendit à la Mecque pour le Hajj (Pèlerinage), il y rencontra 140.000 autres fidèles, venus de tous les coins de l'Arable, pour l'accompagner dans le devoir religieux. Il leur adressa un sermon célèbre, où il résuma tout son enseignement: "croyance au Dieu unique sans icônes ni autres symboles; égalité des croyants sans distinction de race ni de classe, sens autre supériorité qu'individuelle basée sur la piété; protection de la vie, des biens et de l'honneur de tous les êtres; abolition du prêt à Intérêt (même non usuraire), abolition des vendettas et de la justice privée; meilleur traitement des femmes, obligation de répartir l'héritage entre les proches parents des deux sexes, excluant toute possibilité de cumul dés richesse entre les mains d'un petit nombre: rôle, conféré au Coran et au comportement du Prophète, de loi et critère en toute question de la vie humaine".
41) A son retour à Médine, il tomba malade et quelques semaines plus tard il eut la satisfaction, avant de rendre le dernier soupir, d'avoir bien accompli la tâche à lui confié de faire parvenir au monde le message divin.
42) Il a légué à la postérité une religion de monothéisme pur; il a crée de toutes pièces un état délivré de l'anarchie du bellum omnium contra omnes; il a établie une coordination harmonieuse entre le spirituel et le temporel, entre la mosquée et la citadelle; il a laissé un nouveau système de droit, qui dispense une justice impartiale, à laquelle le chef d’État lui même est assujetti au même titre qu'un homme du commun, et où la tolérance religieuse va si loin que les habitants non Musulmans du pays Islamique jouissent d'une complète autonomie juridique, judiciaire et culturelle. Quant aux revenus de l’État, le Coran en avait codifié la gestion: bien loin d'être la propriété du chef, ils servent avant tout aux pauvres. Ajoutons, pour finir, que Mohammed fut un parfait pratiquant de son propre enseignement.
Résumé de la biographie du Prophèteﷺ par Hamidoullah : L’ascension

Résumé de la biographie du Prophèteﷺ par Hamidoullah : Boycottage social

24) A la suite de l'émigration d'un grand nombre de Musulmans mecquois en Abyssinie, les chefs du paganisme envoyèrent un ultimatum aux Banou-Hachim (les fils de Hachim), tribu du Prophète, leur enjoignant de l'excommunier et de le livrer aux païens pour être décapité.
Tout le monde dans la tribu, converti à l'islam ou non, rejeta cette exigence (toutefois Abou Lahab, un des oncles du Prophète, fit détection, et quitta la tribu pour participer à la persécution de sa propre tribu de la part des païens). La cité décida alors un boycottage complet de cette tribu: Personne ne devait parler à ses membres, ni avoir des rapports commerciaux ou matrimoniaux avec eux. Les tribus habitant aux alentours de la Mecque, alliées des Mecquois, adhérèrent elles aussi à ce boycottage total, causant une misère noire chez leurs victimes innocentes, enfants, femmes, vieillards, sans distinction. Certains moururent; mais personne ne voulut livrer le Prophète à ses persécuteurs.
Après trois dures années, pendant lesquelles les victimes furent obligées de consommer même les peaux hachées des bêtes, quatre ou cinq non-Musulmans, plus humains que les autres, et appartenant à des clans différents, proclamèrent publiquement leur désaveu du boycottage injuste. Au même moment, le pacte de boycottage, suspendu dans le temple (la Kaabah) était trouvé, comme le Prophète l'avait prédit, rongé par les termites, miraculeusement; seuls les noms de Dieu et de Mohammed étaient épargnés. L'interdiction fut levée; mais par suite des privations, la femme et l'oncle Abou-Talib du Prophète moururent peu de temps après. L'autre oncle, Abou-Lahab, ennemi acharné de l'Islam, devint alors chef de la tribu dû Prophète.
Résumé de la biographie du Prophèteﷺ par Hamidoullah : Réconciliation