Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

lundi 30 mars 2015

Les semblants de contradictions dans Le noble Coran par Cheikh Achaârawi:L'affection et le convenable

Passons maintenant à une autre question. Dieu - Exalté soit-Il - dit : "Tu ne trouveras pas, parmi ceux qui croient en Dieu et au Jour dernier, des gens qui témoignent de l'affection envers ceux qui s'opposent à Dieu et à Son Messager, fussent-ils leurs pères ou leurs fils" [7] Il dit également - Exalté soit-Il - : "Et si tous deux te forcent à M'associer ce dont tu n'as aucune connaissance, alors ne leur obéis pas ; mais accompagne-les ici-bas de façons convenable." [8]
Voulant semer le doute concernant cette religion, les orientalistes s'étonnent : "Dans le premier verset, Dieu - Exalté soit-Il - nous défend de témoigner de l'affection envers ceux qui s'opposent à Dieu et à Son Messager, fussent-ils nos pères, tandis que dans le second verset de sourate Luqmân il dit : "Et si tous deux te forcent à M'associer ce dont tu n'as aucune connaissance, alors ne leur obéis pas ; mais accompagne-les ici-bas de façon convenable." Autrement dit, dans le premier verset, Il défend de témoigner de l'affection aux parents et, dans le second, Il ordonne de se conduire convenablement à leur égard. Comment serait-il possible de concilier ces deux commandements contradictoires ?"
Nous répondons qu'il n'y a point de contradiction. Mais vous ne saisissez pas la précision de l'expression et du verbe coraniques. Expliquons cela en détail. L'individu se conduit convenablement à l'égard de ceux qu'il aime et de ceux qu'il n'aime pas. Par exemple, alors que tu marches dans la rue, tu peux tomber sur une personne que tu ne connais pas se trouvant dans une situation difficile, alors tu décides de faire ce qui est convenable et lui tends une main secourable, consistant par exemple à lui donner une somme d'argent lui permettant de rentrer chez lui, si ce dernier avait perdu son porte-monnaie, ou de lui donner le prix d'un repas, s'il est affamé. Ce faisant, tu te conduis comme il convient dans l'espoir d'être rétribué par Dieu. Aucun lien ne te lie à cette tierce personne. C'est cela la conduite convenable. En revanche, l'affection réside dans le cœur. Tu ne témoignes de l'affection qu'à l'égard de ceux que tu aimes. Tu ne désires t'asseoir ni vivre qu'avec ceux que tu aimes.
Le convenable n'émane pas du cœur, tandis que l'affection en émane. Lorsqu'on témoigne de l'affection, notre cœur est attaché à l'individu en face de soi, ce qui n'est pas nécessairement le cas lorsqu'on agit convenablement. Si le cœur s'attache à une personne non croyante, ce cœur n'est pas croyant car Dieu n'a pas placé deux cœurs dans la poitrine d'un même individu comme en atteste Sa Parole - Exalté soit-Il - : "Dieu n'a pas placé deux cœurs dans la poitrine d'un homme." Mais, la conséquence du convenable c'est l'Agrément de Dieu - Exalté soit-Il -.
Revenons maintenant au noble verset de sourate Al-Mujâdalah où Dieu - Exalté soit-Il - dit : "Tu ne trouveras pas, parmi ceux qui croient en Dieu et au Jour dernier, des gens qui témoignent de l'affection envers ceux qui s'opposent à Dieu et à Son Messager." Dans ce verset, Dieu - Exalté soit-Il - emploie le terme "affection", laquelle affection émane du cœur. Par exemple, tu ne trouveras point un individu croyant éprouvant de l'amour pour ceux qui combattent Dieu et Son Messager, fussent-ils ses pères ou ses fils. L'amour émane du cœur, du plus profond de soi. Puis, concernant les parents, Dieu - Exalté soit-Il - nous défend d'être violents ou de prendre quelque mesure que ce soit à l'égard de ces derniers, s'ils tentaient de porter atteinte à notre foi. En général, cela se produit lorsque les parents ont atteint un âge avancé, qu'ils sont devenus faibles et approchent de la fin de leur vie. Ces parents qui se sont conduits convenablement à notre égard, en nous élevant, en veillant à notre bien-être, Dieu nous enjoint de leur témoigner une affection réciproque et un grand amour s'ils sont croyants. Mais s'ils tentent d'infiltrer le polythéisme dans nos cœurs ou de faire en sorte que nous associions quiconque à Dieu - Exalté soit-Il -, Dieu nous demande de ne pas leur obéir, tout en les accompagnant convenablement dans l'ici-bas. Voilà l'éthique du Coran. Nous faisons cela pour obtenir l'Agrément de Dieu - Exalté soit-Il - et par gratitude envers nos parents. Mais le cœur ne leur témoigne pas d'affection.
Le convenable est accompli à l'égard de ceux qu'on aime et de ceux qu'on n'aime pas, tandis que l'affection est reservée pour ceux que l'on aime uniquement. Tu te conduis convenablement à leur égard, mais cela n'a rien à voir avec le cœur car ils essayent de te pousser au polythéisme. Tu te conduis de la sorte pour obtenir l'Agrément de Dieu - Exalté soit-Il - Qui est résolument décidé à être Miséricordieux même à l'égard de ceux qui Lui désobéissent et Qui nous défend de faire le mal en contrepartie du bienfait reçus.
Le convenable et l'affection sont deux choses complètement différentes. Il n'y a pas de contradiction entre les deux. D'une part, nous avons à faire à un cœur voué à Dieu et n'admettant aucun mécréant en son sein, ni aucune personne essayant d'instiller en lui le polythéisme. D'autre part, le comportement convenable que j'adopte vis-à-vis de mes parents correspond à un commandement de Dieu, en guise de miséricorde à leur égard, en retour de l'éducation qu'ils m'ont donnée pendant mon enfance. Car le débat portant sur la foi n'aura généralement lieu entre les parents et leur enfant que lorsque ce dernier aura atteint l'âge adulte, c'est-à-dire que les parents auront atteint le troisième âge. L'enfant a alors le devoir de bien se conduire avec eux, par gratitude, et pour plaire à Dieu - Exalté soit-Il - qui n'accepte pas l'ingratitude.

[7] Sourate 58, Al-Mujâdalah, verset 22. NdT.
[8] Sourate 31, Luqmân, verset 15. NdT.

Aucun commentaire: