Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

lundi 17 décembre 2018

(L'éthique du musulman) par Mohammed Al-Ghazali : Le chois des amis

Les amitiés particulières ont un grand effet dans les choix de l'âme et de l'esprit
 Elles participent grandement à ce qui touche le groupe entier comme 
progrès ou retard, angoisse ou apaisement.
Aussi, l'Islam s'intéresse beaucoup à ces rapports avec des personnes qui te marquent 
et que tu marques, et qui entrent intimement dans ta vie pour un long moment. 
Si ces rapports débutent et progressent avec noblesse et sincérité, ils sont 
agréés et bénis par Dieu  . 
S'ils sont vils et bas, ils sont renvoyés aux visages de ceux qui les entretiennent:{ Ce Jour-là, les amis intimes deviendront ennemis les uns des autres, à l'exception de ceux qui craignent Dieu. Ô Mes serviteurs! N'ayez pas peur, ce Jour-là ! Ne vous affligez pas ! } [ Sourate 43 : versets 67/68 ].
Comme tu le sais l'Islam est une religion de rassemblement, de concorde et de familiarité. 
La tendance qui pousse à faire la connaissance de gens et à se mêler 
à eux est inscrite authentiquement dans ses enseignements.
Car il n'est pas fondé sur l'éloignement vis-à-vis des autres et il n'invite pas ses adeptes à s'isoler totalement et à fuir les obligations de la vie.
Il n'a pas non plus stipulé que la mission du musulman sur la terre consiste à se 
retirer dans un monastère où à se consacrer à l'adoration dans un ermitage. 
Non, absolument pas. Car Dieu  n'a pas réservé les hauts degrés 
à ces faibles enfermés sur eux-mêmes.  
En effet, l'Envoyé de Dieu   a dit:"Le croyant qui fréquente 
les gens et supporte leur gène est meilleur que le croyant qui ne se mêle 
pas aux gens et ne supporte pas leur gêne" [ Rapporté par At-Tirmidhî ].
Pourquoi les rassemblements sont-ils prescrits ? A qui la prière en 
commun du vendredi s'impose-t-elle ? Qui assure les obligations du 
jihâd et se désigne pour cette tâche dans les moments critiques ? 
Tout cela implique une Communauté où les liens particuliers 
et généraux sont renforcés au maximum.
Voilà pourquoi Ibn' Abbâs a répondu à l'interrogation 
répétée au sujet d'un homme qui jeûnait le jour et priait la nuit,  
mais qui n'assistait ni à la prière en commun du vendredi ni à 
d'autres rassemblements en disant ceci:
"Dites-lui qu'il fait partie des habitants de l'Enfer" [ Rapporté par At-Tirmidhî ].
Ceci parce que l'Islam prend un grand soin à ce que ses grands rites soient 
 un lieu de rencontre des musulmans pour qu'ils s'aident mutuellement 
à les accomplir et puisent, de la pureté de leur atmosphère, les sentiments 
d'une affection sans tache et d'une sincérité profonde. D'ailleurs, plus le 
rassemblement auquel le musulman participe avec ses frères est grand, 
 plus les bénédictions divines sont nombreuses en sa faveur.
Il est dit dans le hadîth :"La prière du fidèle en commun avec un 
autre fidèle est plus profitable que sa prière en solitaire. 
Et sa prière en commun avec deux fidèles est plus profitable 
que sa prière en commun avec un seul fidèle. Ainsi, plus 
ils sont nombreux, plus cela est agréable à Dieu " [ Rapporté par Ahmad ].
Dans une autre version: "La prière en commun de deux hommes 
dont l'un officie comme imam pour l'autre est plus profitable 
(pour eux) auprès de Dieu  que les prières solitaires de quatre hommes. 
La prière en commun de quatre hommes est plus profitable (pour eux) 
auprès de Dieu que les prières solitaires de huit hommes. 
La prière en commun de huit hommes dont l'un d'eux officie 
comme imam pour les autres est plus profitable (pour eux) 
que les prières solitaires de cent hommes" [ Rapporté par At-Tabarânî ].
Ces modèles de conduite exemplaire expriment le désir que l'Islam a 
de multiplier le nombre des musulmans dans leurs rassemblements et de 
les voir rassemblés en des groupes compacts plutôt qu'en individus isolés. 
Toutefois, la question de l'isolement et de la fréquentation et 
tout ce qui s'y rapporte comme créations de liens et formations d'amitiés 
est soumise à de multiples règles.En effet, tout isolement par rapport à la 
umma (communauté) fait perdre l'occasion d'accomplir le jihâd consistant 
à recommander le bien et à interdire le mal, ou affaiblit la défense 
de l'Islam devant ses adversaires. En ce sens un tel isolement est un 
 crime inacceptable de la part de celui qui le pratique. 
Les gens ont, du reste, des natures différentes: il y a celui qui se 
hâte vers les grands rassemblements, entre rapidement en contact 
avec les uns et les autres, se familiarise avec les nouveaux visages et 
engage la conversation avec ceux qui lui sont proches et lointains; 
 mais il y a aussi celui qui, lorsque tu le pousses dans les grandes 
réunions, place un siège autour de lui-même d'où il guette les gens  
avec vigilance et où il s'enferme dès qu'un homme fait un pas vers lui.
L'Islam a guidé ces deux natures vers leur voie droite. A la première on dira: 
 "Fréquente les hommes en préservant ta Foi". Et à la deuxième on dira: 
 "Le croyant est réservé, tendre, familier et sociable".
L' Islam a toutefois imposé d'éviter les discordes. 
 En effet, lorsque le pays est assailli par les troubles, que ses 
habitants se mettent à se battre entre eux pour les choses de ce 
bas monde et que les liens de la vertu sont rompus, le boycott de 
la corruption devient une forme de protestation, à condition que 
cela intervienne dans les limites des degrés de changement prescrites 
par Dieu pour lutter contre le mal par la main, 
puis par la parole, puis par le coeur. 
C'est-à-dire l'abstention de lutter contre la corruption est inacceptable 
 de celui qui a les moyens de la changer par la parole ou par la force.
Le boycott est, du reste, une arme utilisée avec bon sens à notre époque. 
Les nations faibles l'ont utilisé avec succès contre leur ennemi 
impitoyable, mais, par rapport aux autres armes de lutte,le boycott 
s'apparente à l'isolement par rapport aux autres moyens de réformisme. 
C'est-à-dire qu'elle est le refuge pour les faibles lorsqu'ils ne 
trouvent pas d'autres moyens pour fuir avec leur Foi.
En revanche, si les moyens existent pour éteindre l'incendie des 
discordes, l'isolement devient comme nous l'avons indiqué un crime flagrant.
A la lumière de ces indications tu comprendras le sens de la Parole 
de l'Envoyé de Dieu  lorsqu'on l'a interrogé:
 "Quel est le meilleur des hommes, ô Envoyé de Dieu ? Il a répondu: 
Un croyant qui combat dans le chemin de Dieu avec son âme et ses biens. 
On lui a dit: Et puis ? Il a dit: Un homme retiré dans une vallée pour 
adorer son Seigneur" [ Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim ].

Cela dit, l'isolement et la fréquentation des gens ne sont pas deux 
qualités permanentes chez l'homme. Aussi, le musulman est tenu 
de partager son temps entre la retraite utile et la bonne fréquentation 
 pour sortir dans les deux cas avec ce qui améliore toute son affaire.
C'est sur cette base que nous devons choisir les amis,  
rechercher les amitiés ou les éviter. Mais la première condition pour 
une bonne compagnie c'est d'être désintéressée, d'être vouée à 
Dieu et d'être fructifiée et renforcée dans le chemin de la 
 Foi et de l'excellence. 
Voilà le sens de l'amour pour Dieu.
Une fois son coeur raffermi par la certitude et embelli par la 
splendeur de la Foi au point de goûter sa douceur, l'homme verra 
tous les vivants avec le regard de sa Foi : s'il aime, c'est par 
principe non par désir de concupiscence, et s'il déteste, 
c'est par principe non par privation.
Evidemment les troupeaux peuvent se rassembler autour 
d'une source d'eau douce ou amère, et les gens peuvent se 
retrouver autour des attraits d'une vie passagère ou 
permanente, mais ce genre de retrouvailles et ces 
formes d'affection ne sont pas comparables aux liens  
d'amour, de pureté, d'entraide et d'abnégation qui naissent 
entre les hommes aux idéaux élevés. Voilà pourquoi l'Islam  
honore les sentiments purs de l'amitié et invite les croyants 
à les vouer à Dieu , à les entretenir pour Sa Face. 
 Il réserve, d'ailleurs à ces sentiments, une récompense 
élevée qui correspond à leur nature sublime.
L'Envoyé de Dieu  a dit : "Dieu a dit:  
 « Ceux qui s'aiment pour Ma Majesté seront à l'ombre de Mon 
Trône le jour où il n'y aura d'autre ombre que la Mienne » [ Rapporté par Ahmad ].
De même Omar Ibn al-Khattâb rapporte que l'Envoyé de 
Dieu  a dit:"II y a parmi les serviteurs de Dieu  
des hommes qui ne sont ni des prophètes, ni des témoins-martyrs. 
Pourtant, au Jour de la Résurrection, les prophètes et les 
témoins-martyrs désireront leur position auprès de Dieu. 
On lui a dit : Ô Envoyé de Dieu ! Indique-nous qui ils sont ! 
Il a dit: Ce sont des gens qui se sont aimés par l'Esprit de 
Dieu sans qu'il y ait des liens de filiation entre eux ou 
des biens qu'ils pouvaient échanger. Par Dieu ! Leurs visages sont 
illuminés par la lumière et ils sont dans la lumière. 
 Ils n'ont pas peur quand les hommes sont terrifiés et ne sont pas 
tristes quand les hommes sont affligés". Puis il a récité ce verset: 
 { Non, vraiment, les amis de Dieu n'éprouveront plus aucune 
crainte, ils ne seront pas affligés } [ Sourate 10 : verset 62 ] 
[ Rapporté par Abû Dâwud ].
L' amour en Dieu n'est pas à la portée de tous car tout le 
monde ne répond pas à l'invitation avec toute la sincérité requise. 
C'est dire que l'homme doit d'abord connaître parfaitement son 
 Seigneur, puis chérir cette connaissance jusqu'à ce qu'elle  
chasse en lui toute autre considération et qu'elle atteigne le degré 
de l'amour de Dieu pour lui-même et de la préférence d'agir pour Lui. 
Ce n'est qu'à ces conditions que l'individu aime véridiquement 
pour Dieu et déteste véridiquement pour Dieu.
Quant à aimer un grand de ce monde par admiration pour son génie 
ou un autre pour la douceur de son comportement, cela est une 
autre forme d'amitié qui ne nous concerne pas ici.
L'Envoyé de Dieu  a dit:
"Celui qui possède l'une des trois qualités suivantes retrouve 
la douceur de la Foi et son goût : L'amour de Dieu et de Son 
Prophète lui est plus cher que toute autre chose; il aime pour 
Dieu et déteste pour Dieu; il préfère qu'on allume un brasier 
et qu'on le jette dedans plutôt que d'associer une 
quelconque chose à Dieu" [ Rapporté par Muslim ].
Comme l'amour pour Dieu est l'ultime station dans l'échelle 
d'ascension de la Foi et comme son fruit n'apparaît que chez 
ceux qui sont nourris par la flamme de la sincérité, l'effusion de 
cet amour devient le signe d'une perfection et d'une pureté qui 
mérite la plus grande des récompenses.
L'Envoyé de Dieu  a dit:
"Chaque fois que deux hommes s'aiment pour Dieu, celui qui 
est le plus agréable à Dieu est celui qui aime le plus son 
compagnon" [ Rapporté par At-Tabarânî ].
Ainsi, ces deux frères qui s'aiment sont sous la protection 
de Dieu et sous Son égide. On rapporte que l'Envoyé de 
Dieu  a dit:
"Allah  a dit : "Mon amour s'impose pour ceux qui s'aiment en Moi. 
Mon amour s'impose pour ceux qui se rendent visite pour Moi. 
Mon amour s'impose pour ceux qui s'entraident pour Moi. 
Mon amour s'impose pour ceux qui deviennent amis par amour 
pour Moi" [ Rapporté par Ahmad et At-Tabarânî ].
Comme l'influence de l'ami sur son ami est profonde, l'individu est 
tenu de bien choisir ses frères et d'éprouver leurs fonds
 pour se rassurer sur leur réalité.
L'Envoyé de Dieu a dit: " L'individu 
partage la Foi de son ami. Aussi chacun de vous se doit de réfléchir 
 en choisissant ses amis"  [ Rapporté par Abû Dâwud ].
S'ils sont des hommes qui l'aident à accomplir le devoir et à 
 préserver les droits et qui le retiennent de toucher au mal, 
de commettre ce qui est illicite, ce sont des compagnons dans le bien. 
 Il doit s'attacher à eux et prendre soin de leur affection. 
Sans quoi il doit prendre garde à être trompé par les voies 
de déperdition qu'ils enjolivent pour lui ou à se laisser aller 
avec eux aux plaisirs et à la débauche. 
 Le grand ami est celui qui conduit son compagnon vers la réussite 
dans ce bas monde et le succès dans la Vie future. 
Quant à l'ami idiot et aliéné, c'est un malheur pour son compagnon. 
En effet, bien des novices ont été rongés de regrets à cause 
de cette mauvaise compagnie parce qu'elle les a mis au 
 bord d'un gouffre qui les a entraînés dans la Géhenne.
Allah  a dit:
{ Le Jour où l'injuste se mordra les mains en disant: 
Malheur à moi ! Si seulement j'avais suivi le chemin avec le Prophète ! 
Malheur à moi ! Si seulement je n'avais pas pris un tel comme ami ! 
Il m'a égaré loin du Rappel, alors que celui-ci m'était déjà parvenu. 
Le Démon est traître envers les hommes } [ Sourate 25 : versets 27/29 ].
La nature de l'homme triche souvent avec elle-même. 
 Bien souvent l'homme est prompt à suivre la direction 
désirée par son compagnon. 
 La contagion a aussi sa loi qui se répand en morale comme 
elle se répand dans les corps. 
Il arrive même que l'esprit qui règne dans une réunion 
ait pour origine une forte personnalité qui répand autour d'elle 
un débordement de bien qui jaillit de son fond intérieur.
Mais on a constaté que la contagion des méfaits se propage 
plus rapidement et atteint plus gravement que 
la contagion des bienfaits. 
Ainsi, la contagion de fumer des cigarettes se transmet souvent 
du fumeur à celui qui en était protégé. L'inverse arrive par contre rarement.
Par considération pour ces effets et par sauvegarde des bons 
caractères et des bonnes habitudes, l'Envoyé de Dieu  
ordonne de choisir les compagnons dans les réunions:
"Le bon voisin dans une réunion s'apparente au vendeur du musc, 
si tu n'en touches pas, au moins tu en reçois l'odeur. 
Le mauvais voisin dans une réunion s'apparente au souffleur, si tu n'es 
pas couvert par sa noirceur, au moins tu reçois sa fumée" [ Rapporté par Abû Dâwud ].
S'il en est ainsi pour le voisin d'une réunion que tu rencontres 
occasionnellement pour quelques instants de la journée, 
qu'en serait-il pour toi avec l'ami de toujours qui te fréquente 
dans les moments agréables et dans les heures critiques ?
C'est dire que l'amitié des hommes intelligents et pieux peut conduire aux sommets. 
Quant à l'amitié des imbéciles et des sots, elle pousse rapidement vers les abîmes.
Allah  a dit:
{ Les injustes sont amis les uns des autres; Dieu est le Maître de ceux 
qui le craignent, Ceci est, pour les hommes, un appel à la clairvoyance, 
une Direction et une Miséricorde en faveur d'un peuple qui croit fermement }[ Sourate 45 : versets 19/20 ].
 L' amitié doit s'appuyer sur la force des certitudes et de la sublimité des actes. 
Les meilleurs, dont l'individu peut garder la compagnie et sauvegarder 
l' affection dans ce monde et dans la Vie future, sont ceux désignés 
 dans la Tradition par ces termes:
"Celui qui traite les hommes sans injustice, échange des paroles 
avec eux sans leur mentir et leur fait des promesses qu'il tient, 
cet homme fait partie des hommes qui ont atteint la plénitude 
de la grandeur d'âme, dont l'équité est manifeste et 
dont la compagnie s'impose". 
Une fois née, cette amitié pour Dieu  entre deux hommes ne 
perdure que dans l'obéissance au Seigneur et 
ne se renforce que si les deux amis s'éloignent de l'hypocrisie et de la corruption. 
Car, si la désobéissance trouve son chemin vers l'un d'eux ou vers 
les deux, les coeurs changeront et l'amour en sera affecté. 
Il est dit dans le hadîth :
"Par Celui qui a mon âme entre Ses Mains ! Chaque fois que deux 
êtres éprouvent de l'affection et de l'amitié ils ne seront séparés que 
par un péché commis par l'un d'eux" [ Rapporté par Ahmad ].
C'est pourquoi les Compagnons de l'Envoyé de Dieu 
se servaient de la recommandation mutuelle de s'attacher à la vérité 
et de s'entraider dans le bien comme une protection pour préserver 
 l'affection entre eux et comme un moyen qui les rapproche du 
pardon de Dieu  et Son agrément. 
Abû Qalaba   rapporte ceci:
"Deux hommes s'étant rencontrés au marché l'un d'eux dit à l'autre: 
allons nous consacrer à la demande du pardon divin pendant 
que les gens sont distraits ! C'est ce qu'ils firent. Puis l'un d'eux mourut. 
Son compagnon le vit en songe, et le mort lui dit: 
Sais-tu que Dieu nous a pardonné le jour où 
nous nous sommes rencontrés au marché.
De même Anas Ibn Mâlik   rapporte ceci:
" Abdallâh Ibn Rawâha avait pour habitude, lorsqu'il rencontrait 
l'un des Compagnons de l'Envoyé de Dieu de lui dire: 
Allons nous consacrer un moment à l'invocation de Dieu. 
Un jour, il dit cela à un homme mais ce dernier se mit en colère. 
Ibn Rawâha alla trouver le Prophète et 
lui dit: Ô Envoyé de Dieu ! Comment trouves-tu Ibn Rawâha 
qui incite à consacrer un moment à la foi à laquelle 
tu appelles ? Le Prophète lui dit: 
Que Dieu accorde la miséricorde à Ibn Rawâha. 
Il aime les séances des fidèles qui font la fierté des anges" 
 [ Rapporté par Ahmad et At-Tabarânî ].
Il convient, pour les amis, de bien se connaître pour 
que leur amitié soit fondée sur l'évidence et de 
manifester l'un pour l'autre les sentiments de 
respect et d'affection qu'ils ressentent l'un envers l'autre.
L'Envoyé de Dieu a dit:
"Lorsque l'un de vous aime son frère qu'il le lui dise" [ Rapporté par Ahmad ].
De même Anas   rapporte ceci :"Pendant qu'un homme se trouvait 
auprès du Prophète un autre homme passa près d'eux. 
 Le premier homme dit alors : Ô Envoyé de Dieu ! J'aime cet homme.
Le Prophète lui dit: Le lui as-tu dit ? Il dit : Non. 
L'envoyé de Dieu lui dit: Dis-le lui.

L'homme alla le rattraper et lui dit: Je t'aime pour Dieu. L'autre répondit: 
Puisses-tu être aimé par Celui pour lequel tu m'as aimé !" [ Rapporté par Abû Dâwud ].
L'Envoyé de Dieu  a dit également:
"Lorsqu'un homme fraternise avec un autre qu'il lui demande son nom, 
le nom de son père et d'où il vient, car cela renforce l'affection"
 [ Rapporté par At-Tirmidhî ].
Nul doute, l'affinité des tempéraments et de la pensée intervient 
grandement dans la conclusion des amitiés et le renforcement des liens. 
Le Proverbe ne dit-il pas :
"Bien des frères pour toi ne sont pas de ceux que ta mère a mis au monde". 
En effet, il arrive que l'individu, dans la cohue de la vie, rencontre 
celui avec lequel il sent une attirance et la possibilité de s'entendre avec 
lui rapidement, comme s'ils se connaissaient depuis des années.
Ceci est attesté par le hadîth suivant:
" Les esprits (des hommes) sont une armée de soldats mobilisés: 
ceux qui se reconnaissent s'entendent et ceux qui se méconnaissent s'évitent" 
 [ Rapporté par Al-Bukhârî ].
Mais, ce sentiment d'amitié doit être gouverné par le 
pouvoir du Dogme et de ses exigences. C'est un pouvoir que le 
croyant puise à travers les exigences de son coeur, ce qui le 
pousse à aimer pour Allah   des gens qu'il n'a jamais vus 
à cause de la distance ou de l'éloignement dans le temps et 
l'espace, et à détester des gens auxquels il ne s'est mêlé en 
aucune occasion, pour la seule raison qu'il 
affectionne les bons et abhorre les mauvais. 
 Voilà comment ces saines exigences du coeur rehaussent 
l'individu par rapport à sa position initiale.
Abû Dhar   rapporte ceci:
"J'ai dit: Ô Envoyé de Dieu ! L'homme aime d'autres mais 
n'arrive pas à oeuvrer comme eux. Il m'a dit: ô Abû Dhar ! 
Tu es avec celui que tu as aimé" [ Rapporté par At-Tirmidhî ].
Parmi les bonnes règles instituées par l'Islam en matière 
d'amitié, il y a les visites échangées entre amis. 
Elles doivent être désintéressées et vouées exclusivement à Dieu. 
Abû Hurayra rapporte que le Prophète  a dit:  
"Un homme ayant voulu visiter son frère dans un autre village, 
Dieu a préposé un ange qui s'est mis sur sa route. 
A l'arrivée de cet homme au point où l'ange l'attendait celui-ci lui dit: 
Où vas-tu ? L'homme dit: Je vais voir un de mes frères dans ce village. 
L'ange lui dit: y a-t-il un bienfait de ta part que tu entretiens 
en sa faveur ? L'homme dit: Non. 
Tout ce qu'il y a c'est que je l'ai aimé pour Dieu - qu'Il soit exalté. 
L'ange lui dit : Je suis envoyé à toi par Dieu pour t'annoncer que Dieu 
t'aime comme tu as aimé cet homme pour Lui" [ Rapporté par Al-Bukhârî ].
Les pas de cet homme valent cher. Ils s'apparentent aux pas des combattants 
dans le chemin de Dieu  qui rapportent une immense rétribution.
L'Envoyé de Dieu  a dit: "Celui qui rend visite à un 
malade ou à un de ses frères en Dieu, un crieur l'appelle du ciel et lui dit : 
Réjouis-toi et que tes pas soit bénis, tu as pris ta place au Paradis" 
 [ Rapporté par Abû Dâwud ].
Il a dit également  : "Chaque fois qu'un serviteur 
visite son frère pour Dieu, un crieur du ciel l'appelle: Réjouis-toi, 
que le Paradis soit agréable pour toi ! Et Dieu dit dans le Royaume 
de son Trône: Mon serviteur a effectué une visite pour Moi. 
Je me dois de le recevoir en hôte. Et Dieu n'acceptera comme 
rétribution pour lui que le Paradis" [ Rapporté par Muslim ].
Le musulman, même s'il aime le bien pour tout le monde, 
est plus attaché au bien en faveur de ses amis. 
Il se réjouit davantage lorsque ses amis sont comblés. 
 Aussi, il convient de faire preuve de générosité envers ses amis quand il le peut:
{ N'oubliez pas d'user de générosité les uns envers les autres. 
Dieu voit parfaitement ce que vous faites }
[ Sourate 2 : verset 237 ].
L'Envoyé de Dieu  aimait, du reste, l'échange de cadeaux entre amis. 
Il a dit à ce sujet:"Echangez les cadeaux, car ils éliminent les irritations 
de la poitrine" [ Rapporté par At-Tirmidhî ].
De même, Aïcha disait: " L'Envoyé de Dieu  acceptait les cadeaux et 
récompensait ceux qui les faisaient" [ Rapporté par Al-Bazzâr ].
Cette grande politesse devient toutefois mauvaise 
 lorsqu' elle succombe au maniérisme. 
 Car l'Islam se fonde sur la lutte contre les simulations 
et les afféteries et répand la simplicité. Aussi, il se décharge 
 de toute attitude qui renferme de la gêne et de l'adulation. 
En effet, l'Islam ne vise qu'à entourer l'amitié des marques 
 de prévenance pour embellir sa forme, une fois assuré du 
fond sain de cette amitié pour en faire un moyen susceptible 
de rendre la vie aisée et d'atténuer ses souffrances : 
 "Les meilleurs amis auprès de Dieu sont ceux qui sont 
les meilleurs pour leurs amis. 
Les meilleurs voisins auprès de Dieu sont ceux qui sont 
les meilleurs pour leurs voisins" [ Rapporté par Al-Hâkim ].
L'Islam a autorisé l'individu à consommer les mets de son ami comme 
si c'était un repas pris chez ses parents ou chez ses proches :
{ Il n'y a pas de faute à reprocher à l'aveugle, pas de faute à 
reprocher au boiteux, pas de faute à reprocher au malade et à vous-mêmes : lorsque vous mangez dans vos maisons, ou dans les maisons de vos pères, ou dans les maisons de vos mères, ou dans les maisons de vos frères, ou dans les maisons de vos soeurs, ou dans les maisons de vos oncles paternels, ou dans les maisons de vos tantes paternelles, ou dans les maisons de vos oncles maternels, ou dans les maisons de vos tantes maternelles, ou dans celles dont vous possédez les clés ou chez votre ami }
[ Sourate 24 : verset 61 ].
Assurément, car le contrat de l'amitié possède une grande valeur et a un effet immense. 
C'est même parfois la source de secours dans les terribles crises. 
On l'invoque même dans l'ultime crise face au châtiment de la Géhenne.
Allah  décrit l’état des polythéistes au moment où ils s'exposent au châtiment:  
{ Par Dieu ! Nous étions dans un égarement manifeste quand nous vous 
considérions comme les égaux du Seigneur des mondes. 
Seuls des criminels nous ont égarés. Il n'y a pas pour nous d'intercesseurs; 
nous n'avons aucun ami intime } [ Sourate 26 : versets 97/101 ].
En raison des exigences de cette amitié, l'Envoyé de 
Dieu a dit:
"Ne cherche que la compagnie du croyant et que 
l'homme pieux soit ton commensal.
Voici une poésie :
J'ai dit: un frère ! Ils ont dit: est-ce un frère de sang  - 
Je leur ai dit: Les formes sont des proches
Il est mon ami dans ma résolution, ma fermeté et ma doctrine, 
même si à l'origine les généalogies nous éloignent.

Aucun commentaire: