Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

dimanche 30 octobre 2011

Les exhortations sublimes Par l’imâm Abou Hamid al Ghazzali-1/4



                                 Exhortation n°1
Allah - تعالى - dit :
"Ô fils d'Adam ! Je M'étonne de celui qui est certain de la mort comment peut-il se réjouir ?
Je M'étonne de celui qui est certain de la tombe comment peut-il sourire ?
Je M'étonne de celui qui certain de la vie future comment peut-il se reposer ?
Je M'étonne de celui qui est certain du caractère éphémère du bas-monde comment peut-il s'y fier !
Je M'étonne de celui qui a la langue savante mais le cœur ignorant !...

samedi 29 octobre 2011

Pourquoi les Musulmans sont-ils opprimés à travers le monde depuis des centaines d'années.


Est-ce plus facile d'être un voyou ou un musulman ? L'émission Deen Show entretien avec Said Rageah 1/3



La spiritualité profonde du musulman pieux - Ibnou L'QAYYIM


Dans la spiritualité profonde et le détachement de ce bas monde que le musulman(e) se doit d’avoir de manière sincère, il y a un rappel fondamental à faire aujourd’hui, quand justement s’estompe en nous de plus en plus ce référant important de la spiritualité. Ibn al-Qayyîm (rahimahullâh) rapporte qu’il a entendu son Shaykh Ibn Taymiyyah dire : 

L’obligation d’ordonner le convenable et de condamner le blâmable

 
Sheikh al-Islâm Taqî ad-Dîn Abî al-’Abbâs Ahmad Ibn ’Abdel-Halîm Ibn ’Abdel-Sallâm Ibn Taymiyyah al-Harânî

Rissâla [Traités] sur le principe d’obligation d’ordonner le convenable et de condamner le blâmable [Al-Amr bil-Ma’roûf wal-nahî ’an al-Munkar] tiré du « Madjmu’ al-Fatâwas » du Sheikh al-Islâm Ibn Taymiyyah (rahimahullâh), ainsi que sur l’obligation d’obéir à ceux qui détiennent l’autorité.
A tout être sur la terre,...

La vérité sur L'Islam, a regarder c'est excellent

 islam,religion de tous le monde !
                                                                

L'effet de la prière sur la stabilité du cerveau (prouvé scientifiquement)



Son effet sur la stabilité du cerveau

Allah le Très-Haut dit : « 
Ceux qui ont cru, et dont les cœurs se tranquillisent à l’évocation d’Allah. N’est ce point par l’évocation d’Allah que se tranquillisent les cœurs ? ». (Sourate Ar-Ra’d « Le tonnerre », verset 28)

Allah 'azza wa djall dit aussi dans Sourate Al-Isra’ « Le voyage nocturne », versets 78-79 : 
« Accomplis la Salât au déclin du soleil jusqu’à l’obscurité de la nuit, et [fais] aussi la lecture à l’aube, car la lecture à l’aube a des témoins. Et de la nuit consacre une partie [avant l’aube] pour des Salât surérogatoires avant que ton seigneur te ressuscite en une position de gloire ».
Le prophète Mohammed qu’Allah le Bénisse et le Salut, a dit dans son Hadith : « Oh Bilal appelle à la prière, soulage-nous ». (Traduction)

(Sounoun Abi Dawoud)

Etude scientifique

Suite au résultat de nombreuses études, il a été démontré que la prière « As-Salât » avec dévotion, a un effet énorme sur le fonctionnement et la stabilité du cerveau. En effet, il a été rendu évident que le Croyant qui fait sa prière humblement, de nombreux changements se produisent dans son organisme, et dont le plus important, celui de la perfusion sanguine dans des régions bien définies du cerveau.

Effet de la prière sur l’activité du cerveau

Une étude a été effectuée par le Dr. Newberge (maître assistant à l’université de Pennsylvanie « USA », service de radiologie, centre médical) sur un groupe de Croyants qui appartiennent à différents cultes. Ces individus ont la foi en Dieu et accomplissent leur prière. L’étude dont il s’agit repose sur l’utilisation des rayons de « l’imagerie scintigraphique » qui laisse voir la perfusion sanguine dans les régions cérébrales et ce, en couleur selon l’activité existante. Plus haut, le rouge qui indique l’activité supérieure alors que le jaune et le vert concernent l’activité inférieure.

Image N°1 :

http://quran-m.com/firas/photo/3847211.jpg

Elle montre le cerveau avant la prière et la méditation (à gauche), et pendant la prière (à droite). Ainsi, il est indiqué que durant la prière et la méditation, le flux sanguin cérébral s’accentue dans la région du lobe frontal qui est, faut-il le mentionner, responsable du contrôle des émotions et les réactions chez l’être humain. Sans oublier bien entendu, son rôle dans l’apprentissage des facultés sensitives et motrices les plus compliquées.



Termes scientifiques

Méditation : La méditation

frontal lobe : Le lobe frontal

Parietal lobe : Le lobe pariétal


Image N°2

http://quran-m.com/firas/photo/0343822.jpg

Elle montre la diminution de la perfusion sanguine dans le lobe pariétal, particulièrement dans la partie permettant l’orientation spatio-temporelle (dans le temps et l’espace).

Alors, on en déduit que lors de notre provenance vers Allah avec réflexion, disparaît notre conscience de nous-mêmes et naît en nous une paix et une tranquillité de l’âme hors du commun, un véritable sentiment d’être près d’Allah le Tout Affectueux. A vrai dire, une force puissante et spirituelle semble nous emporter loin de nous-mêmes pour jouir d’un pressentiment de grandeur spirituelle qu’on ne peut ni définir ni décrire !
Versets coraniques

Nombreux sont les versets coraniques parlant de l’importance et de la valeur de la prière « As-salât », de l’humilité et de l’évocation d’Allah le Très-Haut. A ce sujet, le Saint Coran a lié entre l’endurance (la patience) et la prière en vue d’affirmer en attirant notre attention sur l’importance de ne pas manifester la mauvaise humeur et l’irritation. Alors, Allah dit dans Sourate Al-Baqara « La vache », verset 45 : 
« Et cherchez secours dans l’endurance et la Salât : certes, la Salât est une lourde obligation, sauf pour les humbles ».

D’autres versets signifiants ont relié quant à eux, entre la sécurité (sérénité, quiétude) et la prière. Dans cette optique, Allah dit : 
« Puis lorsque vous êtes en sécurité, accomplissez la Salât (normalement), car la Salât demeure pour les croyants, une prescription à des temps déterminés ».(Sourate An-Nisa’ « Les femmes », verset 103).
Résultat

Il apparait que, selon les versets coraniques et les expériences scientifiques, la prière est nécessaire dans la vie du Croyant ainsi que l’humilité et ce sentiment de sécurité et de sérénité que nous procure l’évocation d’Allah, exalté soit-Il. D’où jaillit en fait, l’affirmation de l’Islam sur la gravité d’abandonner la prière. Et si les expériences mettent en exergue la stabilité du fonctionnement du cerveau lors de la prière, chose qui semble également à l’égard des non Musulmans, des croyants qui ne récitent jamais des versets coraniques pendant la leur, que dire donc de ceux priant pour Allah tout en méditant et lisant de son Saint Coran ? Nul doute, la stabilité sera grandiose !

Rappelons-nous de ce gracieux verset qui nous témoigne de la valeur et de l’importance de notre soumission à Allah, en s’adressant à Lui avec un cœur et un monothéisme purs pour s’en remettre à Lui. Allah dit alors :
 « Soyez assidus aux Salât et surtout la Salât médiane ; et tenez-vous debout devant Allah, avec humilité ».(Sourate Al-Baqara « La vache », verset 238)

Enfin, couronnons avec l’invocation (Doua’) de notre prophète Ibrahim (Abraham) qu’Allah le salut :

O mon Seigneur ! Fais que j’accomplisse assidûment la Salât ainsi qu’une partie de ma descendance ; exauce ma prière, ô notre Seigneur !

O notre Seigneur ! Pardonne-moi, ainsi qu’à mes père et mère et aux Croyants le jour de la reddition des comptes



Edition: U.S. Edition
Section: Science and Technology

-Etude préparée par le Dr. Naha Abou Karicha


Source : Encyclopédie des miracles scientifiques dans le Coran et la Sunna.

La Science [1/2] - Cheikh Mohamed Hassan

vendredi 28 octobre 2011

La Subsistance - Ar-Rizq (Mohamed Hassan)


Nouman Ali Khan : La Parole Divine | Divine Speech [Prologue 1]

Nouman Ali Khan nous présente le séminaire (qu'il anime) sur la puissance littéraire du Coran, de la pertinence du choix des mots et du pouvoir qu'ils avaient aussi bien sur les musulmans que sur les non-musulmans du temps du Prophète (paix et bénédictions d'Allah sur lui).
De nos jours, la tragédie est que ces mêmes mots qui faisaient pleurer les ennemis les plus acharnés du Prophète (paix et bénédictions d'Allah sur lui) n'ont plus aucun impact sur les musulmans d'aujourd'hui
De diverses origines et ne comprenant pas l'arabe, ils n'ont pas les compétences pour saisir le miracle du Coran. Nouman Ali Khan tente de nous éclairer sur ce sujet; avec son style très simple, il permet aux musulmans, aux non-musulmans, aux arabophones et non-arabophones d'avoir un avant-goût de ce qu'est le Coran tel qu'il nous a été révélé.

mardi 25 octobre 2011

Définitions de l'amour Par l’imam Ibn Al-Qayyim

« Parmi les hommes, il en est qui prennent des égaux en dehors d'Allah en les aimant comme on aime Allah. Or les croyants sont les plus ardents en l'amour d'Allah... » (Sourate 2, verset 165) Ibn Al Qayyim al Jawziyya -qu’Allah lui fasse Miséricorde- dit concernant la demeure spirituelle de l'amour : « C'est la demeure autour de laquelle rivalisent les compétiteurs, sur laquelle se hâte les devanciers, pour laquelle s'exténuent les amants. [...] L'amour constitue la nourriture des cœurs, l'aliment des esprits et la prunelle des yeux. Il est la vie même. Celui qui en est privé fait parti des morts. [...] L'amour est également le souffle de la foi et des œuvres et le champ fertile des stations et des états spirituels. Lorsqu'ils sont privés d'amour ils deviennent semblables à un corps inerte et sans...

Les salutations en islam Par le Professeur Amr Khaled


dimanche 23 octobre 2011

Ibn Alqayim sur le Hadith Qudsi : « J’ai séparé la prière entre Moi et Mon serviteur »



Hadith Qudsi 8: J'ai séparé la Prière en deux parties égales
D'après Abu Hurayrah (que Dieu l'agrée), le Messager de Dieu (صلَّى الله عليه وسلّم)  a dit : 
Une prière accomplie par quelqu'un qui n'a pas récité l'Essence du Coran pendant celle-ci est défectueuse (et il répéta le mot trois fois), incomplète.
Quelqu'un dit à Abu Hurayrah: [Même si] nous sommes derrière l'imam? Il dit:
Récitez la en vous-même, car j'ai entendu dire le Prophète (صلَّى الله عليه وسلّم)   : Dieu (puissant et sublime), a dit: J'ai séparé la prière entre Moi-même et Mon serviteur en deux moitiés, et Mon serviteur recevra ce qu'il a demandé. Quand mon serviteur dit : Alhamdu lillahi rabbi l-alamin , Dieu (puissant et exalté) dit : Mon serviteur m'a loué.
Et quand il dit : Ar-rahmani r-rahim , Dieu (puissant et exalté) dit : Mon serviteur m'a exalté, et quand il dit: Maliki yawmi d-din, Dieu dit: Mon serviteur m'a glorifié -et en une occasion Il dit : Mon serviteur s'est soumis à Ma puissance. Et quand il dit :
Iyyaka na budu wa iyyaka nasta in, Il dit : Ceci est entre Mon serviteur et Moi, et Mon serviteur aura ce qu'il a demandé. Et quand il dit : Ihdina s-sirata l- mustaqim, siratal ladhina an amta alayhim ghayril-maghdubi alayhim wa la d-dallin, Il dit:
Ceci est pour Mon serviteur, et Mon serviteur aura ce qu'il a demandé.  Sourate al-Fatihah, la première sourate (chapitre) du Coran.  i.e. rester debout derrière l'imam en l'écoutant réciter al-Fatihah.  "Louange à Dieu, le Seigneur des Mondes."  "Au Nom de Dieu, le Très Miséricordieux, le Tout-Miséricordieux."
"Maître du Jour de la Rétribution."  "C'est Toi que nous implorons, et c'est Toi dont nous implorons secours." "Guide-nous dans le droit chemin, le chemin de ceux que Tu as comblés de bienfaits, non pas de ceux qui ont encouru colère, ni de ceux qui s'égarent." 
Rapporté par Muslim (et aussi par Malik, at-Tirmidhi, Abu-Dawud, an-Nasa'i et Ibn Majah). 
:الحديث الثامن
عَنْ أَبِي هُرَيْرَةَ رَضِيَ اللَّهُ عَنْهُ، عَنْ النَّبِيِّ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ قَالَ: مَنْ صَلَّى صَلَاةً لَمْ يَقْرَأْ فِيهَا بِأُمِّ الْقُرْآنِ، فَهِيَ خِدَاجٌ ثَلَاثًا، غَيْرَ تَمَامٍ، فَقِيلَ لِأَبِي هُرَيْرَةَ: إِنَّا نَكُونُ وَرَاءَ الْإِمَامِ، فَقَالَ: اقْرَأْ بِهَا فِي نَفْسِكَ، فَإِنِّي سَمِعْتُ رَسُولَ اللَّهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ يَقُولُ: قَالَ اللَّهُ عَزَّ وَجَلَّ: قَسَمْتُ الصَّلَاةَ بَيْنِي وَبَيْنَ عَبْدِي نِصْفَيْنِ، وَلِعَبْدِي مَا سَأَلَ، فَإِذَا قَالَ الْعَبْدُ:{ الْحَمْدُ لِلَّهِ رَبِّ الْعَالَمِينَ } قَالَ اللَّهُ عَزَّ وَجَلَّ: حَمِدَنِي عَبْدِي، وَإِذَا قَالَ:{ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ } قَالَ اللَّهُ عَزَّ وَجَلَّ: أَثْنَى عَلَيَّ عَبْدِي، وَإِذَا قَالَ:{ مَالِكِ يَوْمِ الدِّينِ } قَالَ اللَّهُ: مَجَّدَنِي عَبْدِي - وَقَالَ مَرَّةً: فَوَّضَ إِلَيَّ عَبْدِي، فَإِذَا قَالَ:{ إِيَّاكَ نَعْبُدُ وَإِيَّاكَ نَسْتَعِينُ } قَالَ: هَذَا بَيْنِي وَبَيْنَ عَبْدِي وَلِعَبْدِي مَا سَأَلَ، فَإِذَا قَالَ:{ اهْدِنَا الصِّرَاطَ الْمُسْتَقِيمَ صِرَاطَ الَّذِينَ أَنْعَمْتَ عَلَيْهِمْ غَيْرِ الْمَغْضُوبِ عَلَيْهِمْ وَلَا الضَّالِّينَ } قَالَ: هَذَا لِعَبْدِي وَلِعَبْدِي مَا سَأَلَ
رواه مسلم وكذلك مالك والترمذي وأبو داود والنسائي وابن ماجه
Ibn ul-Qayyim RahimouAllâh a dit :

Et lorsqu’il dit : « Louange à Allah Seigneur des Mondes », il s’arrête un court instant attendant la réponse de son Seigneur : « Mon serviteur M’a loué . » Ensuite lorsqu’il dit : « Le Miséricordieux, le Très Miséricordieux », il attend la réponse « Mon serviteur M’a exalté. » et quand il dit « Maître du Jour Dernier », il attend la réponse : « Mon serviteur M’a glorifié »

C’est un délice pour son coeur, un plaisir pour son oeil et une joie pour son âme que son Seigneur dise à son sujet « Mon serviteur » trois fois. Par Allah ! Si les voiles de la passion et de l’obscurité de l’âme n’étaient pas sur les cœurs, ils se seraient envolés de bonheur et de joie que leur Seigneur, l’Omnipotent et le Tout Sachant dise : « Mon serviteur M’a loué, Mon serviteur M’a exalté et Mon serviteur M’a glorifié. »

Alors, il y aurait de l’espace dans son cœur pour témoigner (la réalité) de ces trois noms qui sont les bases de tous les Noms Magnifiques qui sont : Allaahar-Rabb et ar-Rahmaan...

... Lorsqu’il dit : « Maître du Jour Dernier », il témoigne de la gloire dont ne bénéficie aucun sauf le Roi, l’Eclatant de Vérité. Il atteste donc d’un Roi tout-puissant et dominant, à Qui la création s’est soumise, envers Qui les visages sont humbles, pour Qui la création s’est humiliée, et envers Qui se soumet tout détenteur de pouvoir et d’honneur. Et il atteste avec son cœur d’un Roi (Qui est) sur le Trône au dessus des cieux...

... Et il dit : « C’est Toi (seul) que nous adorons et c’est Toi (seul) dont nous implorons le secours », est un verset où réside le secret de la création et des affaires, du monde et de l’au-delà, et qui contient le plus noble des buts et le meilleur des moyens (de se rapprocher d’Allah). Le plus noble des buts est Son adoration, et le meilleur des moyens et Son aide et Son assistance. Il n’y a pas de divinité qui mérite l’adoration excepté Allah et il n’y a pas d’assistant dans Son adoration en dehors de Lui. Ainsi, Son adoration est le plus noble des buts et Son aide est le meilleur des moyens...

Et ces paroles contiennent les deux types de Tawhid qui sont Tawhid ur-Rububiyyah et Tawhid ul-Uluhiyyah . La dévotion à Allah est comprise dans Ses noms ar-Rabb et Allah , il est donc adoré de par Sa Uluhiyyah, on Lui demande de l’aide en accord avec Sa Rububiyyah et Il guide sur le Droit Chemin grâce à Sa Miséricorde. La première partie de la surah mentionne ainsi Ses noms Allah, ar-Rabb et ar-Rahmaan pour l’intention de celui qui recherche Son adoration, Son aide et Sa guidée. Il est Le seul capable d’accorder tout cela. Personne, en dehors d’Allah, ne peut aider les autres dans l’adoration d’Allah et personne ne peut guider (sur le Droit Chemin) sauf Lui.

Ensuite le prêcheur réalise avec la parole d’Allah « Guide-nous dans le droit chemin », le besoin extrême de cela (la guidée). Il n’est jamais dans le besoin d’autre chose autant qu’il l’est pour cette guidée. Il en a besoin à chaque moment et chaque clin d’œil...

... Puis Allah rend clair le fait que les gens de cette Guidée sont ceux à qui est réservée Sa faveur, et non ceux qui encourent Sa colère, qui connaissent la Vérité mais ne la suivent pas, et il ne s’agit pas de ceux qui se sont égarés, qui adorent Allah sans science. Ces deux groupes se sont partagés les paroles sur Sa création, Son commandement et Ses Noms et Attributs sans science. La voie de ceux qui ont été comblés de Sa faveur est différente de celle des gens du faux en ce qui concerne leur science et leurs actes.

Lorsqu’il achève cette louange, invocation et tawhid, il lui est ordonné de terminer par ‘amîn’ qui est comme un sceau/clôture (à cette invocation) et avec lequel coïncide le ‘amîn’ des anges dans les cieux. Ce ‘amîn’ fait partie de l’embellissement de la prière, tout comme le fait de lever les mains est un ornement de la prière, un suivi de la Sunnah, une glorification des ordres d’Allah, l’adoration par les mains et c’est un signe de la transition d’un pilier (de la prière) à un autre.

samedi 15 octobre 2011

l’Imam Ibn Qayyim Al-Jawziya : Une brève Biographie

Il est l’Imam, le gardien des hadith , le Savant du tafsir (exégèse coranique), de l’ousoul (fondements de la jurisprudence et de la loi) et du Fiqh (jurisprudence), Abu ’Abdullah Shamsud-Din Muhammad Ibn Abi Bakr - plus connu sous le nom de Ibn Qayyim al-Jawziyyah (ou Ibnul-Qayyim).

SA NAISSANCE ET SON EDUCATION :

Il est né au sein d’une famille noble et savante, le septième jour de Safar en 691H dans le village de Zar’, près de Damas en Syrie. Dès son plus jeune âge il s’est mis à acquérir le savoir des sciences islamiques des savants de son époque. Décrivant sa soif de connaissance, al-Hafidh Ibn Rajab a dit dans Dhayl Tabaqatul-Hanabilah (4/449) : " Il avait un amour intense pour le savoir et les livres, les publications et les écrits." De même, Ibn Kathir a dit dans al-Bidayah wan-Nihayah (14/235) : "Il acquit de ces livres ce que d’autres n’ont pu acquérir, et il développa une grande compréhension des livres des Salafs (Pieux Prédecesseurs) et des khalafs (venus après les Salafs)."

SES PROFESSEURS ET SHAIKHS :

On trouve parmi eux Shihab an-Nablusi et Qadi Taqiyud-Din Ibn Sulayman, chez lesquels il a étudié la science du hadith ; Shaikh Safiyyud-Din al-Hindi et Shaikh Isma’il Ibn Muhammad al-Harani, chez qui il a étudié le fiqh et l’usul ; et aussi son père, chez lequel il appris les fara’id (lois de l’héritage). Cependant, le plus notable de ses Shaikhs était Shaikhul-Islam Ibn Taymiyyah, il l’a accompagné et a étudié avec lui pendant 16 ans. Al-Hafidh Ibn Kathir a dit dans al-Bidayah wan-Nihayah (14/234) : "Il a atteint un haut niveau dans plusieurs domaines du savoir, particulièrement dans le savoir du tafsir, du hadith et de l’usul. Lorsque Shaikh Taqiyyud-Din Ibn Taymiyyah est retourné d’ Egypte en 712H, il est resté avec le shaikh jusqu’à sa mort ; ayant appris une grande part de savoir de lui en plus de la science qu’il s’était occupé d’acquérir. Il est donc devenu un Savant unique dans plusieurs domaines du savoir."

SON COMPORTEMENT ET SON ADORATION :

Plusieurs de ses étudiants et contemporains ont témoigné de son excellent caractère et de son comportement dans l’adoration. Al-Hafidh Ibn Rajab a dit à son sujet dans Dhayl Tabaqatul-Hanabilah (4/450) : "Il (rahimahoullah) était constant dans l’adoration et dans le tahajjud (prière de nuit), atteignant les limites en allongeant sa Prière et sa dévotion. Il était constamment en état de dhikr (rappel d’Allah) et éprouvait un amour intense envers Allah. Il aimait profondément se tourner vers Allah dans le repentir, en s’humiliant devant Lui avec un grand sens de la modestie et d’impuissance. Il se jetait aux portes de l’obéissance divine et de la servitude. En fait, je n’ai pas vu pareil que lui en ce qui concerne cela."
Ibn Kathir ( rahimahoullah) a dit dans al-Bidayah (14/234) :"Il était constant dans l’imploration humble et l’appel de son Seigneur. Il récitait bien et avait de bonne manières. Il avait une beaucoup d’amour et n’entretenait aucune envie ou méchanceté envers personne, ni il ne cherchait à nuire ou à trouver des défauts aux gens. J’étais un de ceux qui était le plus souvent en sa compagnie et un de ceux qu’il aimait le plus. Je ne connais personne en ce monde aujourd’hui, qui soit meilleur adorateur que lui. Sa prière était souvent très longue, prolongée de rukou’ et soujoud (prosternations). Ses collègues le critiquaient pour cela, mais il n’a jamais répondu (à leurs critiques) et n’a jamais abandonné cette pratique. Qu’Allah le couvre de Sa Miséricorde."

SES ETUDIANTS ET SES TRAVAUX :

On trouve parmi ses étudiants les plus éminents : Ibn Kathir (mort en 774H), adh-Dhahabi (mort en 748H), Ibn Rajab (mort en 751H) et Ibn ’Abdul-Hadi (mort en 744H), ainsi que deux de ses fils, Ibrahim et Sharafud-Din ’Abdullah. L’Imam Ibnul-Qayyim -rahimahoullah- fut l’auteur de plus de soixante travaux. Ses livres et écrits sont caractérisés par ses discours touchants destinés au cœur et à l’âme, ainsi que par leur exactitude, leur précision, la force des arguments et la profondeur de la recherche. Ses écrits incluent : l’Iamul-Muwaqi’in, Turuqul-Hukmiyyah, Ighathatul-Lahfan, Tuhfatul-Mawlud, Ahkam Ahlul-Dhimmah et al-Farousiyyah, tous dans le domaine du fiqh et de l’ousoul. En matière de hadith et de sirah (biographie) on peut trouver : Tahdhib Sunan Abi Dawoud, al-Manarul-Munif et Zadul-Ma’ad. Dans le domaine de la ’aquidah (croyances) : Ijtima’ al-Juyyoushul-lslamiyyah, as-Sawa’iqul-Mursalah, Shifa‘ul-’Aleel, Hadyal-Arwah, al-Kafiyatush-Shafiyah et Kitabur-Rooh. Dans le domaine de l’akhlaq (morale) et tazkiyah (purification) : Madarijus-Salikin (un commentaire de Manazilus-Sa’irin), ad-Da’ wad-Dawa’ : al-Jawabul-Kafi, al-Wabilus-Sayyib, al-Fawa‘id, Risalatut-Taboukiyyah, et ’Uddatus-Sabirin. D’autres livres comprennent : at-Tibyan fi Aqsamil-Qur‘an, Bada‘i’ul-Fawa‘id, Jala‘ul-Afham et Miftah Darus-Sa’adah.

PAROLES DES SAVANTS A SON SUJET :

Des hommages sur sa compréhension du savoir et sa ferme adhérence à la voie des Salaf ont été donnés par un nombre de Savants ; avec parmi eux :

[1] Al-Hafidh Ibn Rajab, qui a dit dans Dhayl Tabaqatul-Hanabilah (4/448) : "Il avait une grande connaissance du tafsir et de ousoulud-din (fondements de la Religion), ayant atteint le plus haut degré dans ces deux domaines. De même dans le domaine du hadith, en ce qui concerne la compréhension de leurs sens, leurs subtilités et en déduire des règles. Egalement, en matière de fiqh et ses ousoul (principes), ainsi que la langue arabe. Il a rendu un grand service à ses sciences. Il était aussi bien instruit au sujet du kalam (discours et rhétorique des innovateurs), qu’au sujet des subtilités et des détails que l’on trouve dans les paroles des gens du tasawwuf (soufisme). »

[2] Al-Haafidh Ibn Hajar, qui a dit à son sujet dans ad-Durarul-Kaaminah (4/21) : "Il possédait aussi bien un esprit courageux qu’un savoir complet et extrêmement étendu. Il avait une profonde connaissance concernant les divergences d’opinions des Savants et concernant les voies des Salafs."
Ibn Hajar -rahimahullah- a aussi dit, dans son éloge de ar-Raddul-Waafir (p.68) : " Et si chaykh ibn taymiyya n’avait aucune vertu sauf son célèbre étudiant, Shaykh Shamsud-Deen Ibnul-Qayyim al-Jawziyyah -l’auteur de plusieurs travaux, dont autant ses opposants que ses partisans ont profité - alors cela serait une indication suffisante de sa (de Ibn Taymiyyah) grande position."

[3] Ibn Naasir ad-Dimishqee a dit à son sujet dans ar-Raddul-Waafir (p. 68) : "Il a la science des sciences (islamiques), particulièrement la science du tafsir et de l’ousoul. Il a aussi dit : Aboo Bakr Muhammad Ibnul-Muhib a dit, tel qu’il est écrit dans sa lettre : J’ai dis devant notre Shaykh al-Mizzee : Ibnul-Qayyim est-il au même niveau que Ibn Khuzaymah ? Il répondit : Il est à cette époque, ce que Ibn Khuzaymah était à son époque."

[4] As-Suyootee a dit dans Baghiyyatul-Wi’aat (1/62) : "Ses livres n’avaient pas d’égal et il a fait des efforts et a traversé la voie des grands Imams dans le [domaine du] tafsir, hadith, ousoul (fondements), furou’ (branches) et la langue Arabe."

[5] Mullaa ’Alee al-Qaaree, qui a dit dans al-Mirqat (8/251) : "Ce sera clair pour quiconque désire lire l’explication de Manaazilus-Saa‘ireen, qu’ils [i.e. Ibn Taymiyyah et Ibnul-Qayyim] font partie des kibar (les plus grands) de Ahlus-Sunnah wal-Jama’ah, et de al awliya’ de cette Ummah."

SA MORT :

Imaam Ibnul-Qayyim est décédé à l’âge de soixante ans, la 13ème nuit de Rajab, 751H. Qu’Allah le couvre de Sa miséricorde.

AVEZ-VOUS DÉJÀ RÉFLÉCHI A LA VÉRITÉ ?1




L’homme ne voit-il pas que Nous l’avons créé d’une goutte de sperme? Et le voilà [devenu] un adversaire déclaré! (77) Il cite pour Nous un exemple, tandis qu’il oublie sa propre création; il dit: «Qui va redonner la vie à des ossements une fois réduits en poussière?» (78) Dis: «Celui qui les a créés une première fois, leur redonnera la vie. Il Se connaît parfaitement à toute création." (79) Coran-Ya-sin, 77-79....

lundi 10 octobre 2011

Miséricorde avec l'enfant et Honneur au vieillard Sa parole(Mohamed Le Prophète:Une Vie-un Modèle-une Lumière)



 Anas Ibn Mâlik  a dit: « Un vieillard est venu voir le Prophète , mais les gens présents mirent beaucoup de temps à lui céder le passage. Le Prophète  dit alors : « Ne fait pas partie de notre communauté celui-là qui ne se montre pas clément avec notre petit et n'honore pas notre grand » (At-Tirmidhî)....

Ne t'emporte pas Sa parole(Mohamed Le Prophète:Une Vie, un Modèle, une Lumière)


 

 Abu Hurayra    a rapporté qu'un homme dit au Prophète  :
« Fais-moi une recommandation », « Ne te mets pas en colère » lui répondit-il.
L'homme réitéra sa demande plusieurs fois, et le Prophète  de lui répondre à chaque fois :..

La Douceur-Sa parole(Mohamed Le Prophète:Une Vie, un Modèle, une Lumière)



Jâbir Ibn 'Abdullâh   a rapporté que le Messager de Dieu   a dit : « Quiconque est privé de douceur, est privé de tout bien » (Rapporté par At-Tirmidhî)
Aicha   épouse du Prophète   a rapporté, quant à elle, que le Messager de Dieu   a dit :..

Enlever de la voie publique ce qui est nuisible-Sa parole(Mohamed Le Prophète:Une Vie, un Modèle, une Lumière)



Abu Hurayra a rapporté que le Messager de Dieu a dit :
« Cependant que quelqu'un poursuivait sa route, voilà qu'il trouva une branche épineuse qu'il en retira.
Dieu loua son acte et lui accorda Son absolution. » 

[ Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim ]....

Le Tout Miséricordieux fait miséricorde aux miséricordieux-Sa parole(Mohamed Le Prophète:Une Vie, un Modèle, une Lumière)



 
Jâbir Ibn 'Abdallâh   a rapporté que le Messager de Dieu   a dit : « Celui qui n'est pas clément avec les autres, Dieu  n'est pas clément avec lui »[ Rapporté par Al-Bukhâri ]
'Abdallâh Ibn 'Amrû   a rapporté que le Messager de Dieu  a dit :« Ceux qui sont cléments avec les autres,..

Se détourner de l'inutile-Sa parole(Mohamed Le Prophète:Une Vie, un Modèle, une Lumière)




Abu Hurayra   rapporte que le Messager de Dieu  a dit :
« Fait partie du bel Islam de quelqu'un le fait, pour lui, d'éviter de se mêler de ce qui ne le regarde pas. » [ Rapporté par At-Tirmidhî et Ibn Mâja ]....

L'Education de l"Enfant-Sa parole(Mohamed Le Prophète:Une Vie, un Modèle, une Lumière)





Ayyûb Ibn Mûsâ a rapporté d'après son père et son grand-père que le Messager de Dieu a dit :
« Jamais un père n'a fait à son enfant meilleur présent qu'une bonne éducation » [ Rapporté par At-Tirmidhî ]....

Les actes ne valent que par l'intention-sa parole (Mohamed Le Prophète:Une Vie, un Modèle, une Lumière)



Umar Ibn AI-Khattâb  - qu'Allah soit satisfait de lui -  a dit : « J'ai entendu le Messager de Dieu dire :
« Les actions ne valent que par les intentions et chacun n'a pour lui que ce qu'il a eu réellement l'intention de faire.  Celui qui émigre pour Dieu et Son...

La piété filiale-Sa parole(Mohamed Le Prophète:Une Vie, un Modèle, une Lumière)



Abdullâh Ibn Mas'ûd  a dit :  « J'ai demandé au Prophète  : " Quelle est l'oeuvre la plus aimée de Dieu ? » Il dit : « La prière à son heure. » Je dis: « Et puis ? » Il dit : « La piété filiale » Je dis : « Et puis ? » Il dit : « Le combat sur la voie de Dieu » [Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim]
Dans le hadith précédent, nous nous sommes attachés à mettre en évidence l'importance du respect dû aux liens de parenté et comment Allah  les met sous Sa protection, demeure lié à celui qui les respecte et rompt avec celui qui les brise. Il va de soi que les père et mère méritent plus que quiconque ce respect; c'est pourquoi il convient d'être bon en premier lieu envers eux et de les traiter avec beaucoup de bienveillance et de prévenance en raison de la grande dette que l'on a à leur égard.
 
Dans le présent hadith, la piété filiale (Birru Al-Wâlidayn) est considérée parmi les oeuvres les plus éminentes et les plus méritoires, le Messager de Dieu   montrant que la rétribution qui s'ensuit vient en deuxième rang après celle de la prière, un des piliers fondamentaux de l'Islam, et allant jusqu'à lui accorder préséance sur le combat sur la voie de Dieu (Jihâd). La bienveillance et l'honneur réservés à la mère sont cependant plus grands que ceux dus au père; L'on a rapporté :  "Un homme vint chez le Messager de Dieu  et lui dit : « O Messager de Dieu ! Quel est celui qui mérite le plus que je lui tienne compagnie ? » Il dit : « Ta mère. » « Et qui encore ? » Il dit : « Ta mère. » Il dit : « Et qui encore ? » Il dit : « Ta mère. » Il dit : « Et qui encore ? » Il dit : « Ton père. » (Al-Bukhârî et Muslim).
On rapporte également que Jâhima   est venu voir le Prophète  et lui dit:
 « O Messager de Dieu ! je désire m'engager dans le combat sur la voie d'Allah  , c'est pourquoi je viens te consulter. » Il lui dit : « Ta mère est encore en vie ? » Il dit : « Oui » Il lui dit : « Demeure auprès d'elle, car le Paradis est à ses pieds. » ( Rapporté par An-Nasâî).
De même, Al-Barâ' Ibn 'Âzib   a dit : « La tante maternelle est comme la mère. » ( Rapporté par At-Tirmidhî).
Par ailleurs, le Messager de Dieu  a montré la haute position du géniteur et la nécessité de le respecter, en liant son agrément et son mécontentement au contentement et au courroux de Dieu :
« La satisfaction du Seigneur découle de celle du géniteur et Son mécontentement de celui du géniteur. »( Rapporté par At-Tirmidhî).
 
On rapporte qu'un homme vint voir le Messager de Dieu  et lui dit :  « O Messager de Dieu ! J'ai des biens et des enfants, or mon père dilapide mes biens ! » Il lui dit : « Tu es à ton père ainsi que tes biens. Vos enfants sont votre meilleure acquisition; mangez donc de ce que vos enfants acquièrent. » ( Rapporté par Abû Dâwud, Ibn Mâja et Ahmad).
 
L'on rapporta aussi qu'un homme vint au Messager de Dieu  et lui dit : «Je te fais acte d'alégeance à l'exil ( à Médine ) et au combat sur la voie de Dieu  dans l'espoir d'un salaire de Dieu » Il lui dit : «As-tu l'un de tes parents encore en vie ? » Il dit : « Oui, les deux même. » Il dit : « Retourne auprès de tes parents et tiens-leur bonne compagnie ! »
(Rapporté par Muslim).
Et si le Messager de Dieu   fait de la piété filiale le meilleur moyen d'accéder à la proximité d'Allah , il considère en revanche l'ingratitude envers les père et mère comme un péché majeur:
« Les péchés majeurs sont : L'associationnisme, l'ingratitude envers les père et mère, le meurtre et le faux serrnent. » 
(Rapporté par Al-Bukhârî).
Le Messager de Dieu  consacre même un hadith pour interdire l'ingratitude envers la mère, ce qui s'explique par le fait que l'on est souvent porté à la négligence à l'égard d'elle plus que vis-à-vis du père. Il dit :
« Dieu vous a interdit l'ingratitude avec vos mères. »
(Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim).
Parmi les formes de méconnaissance des géniteurs, nous citerons l'agression physique, les insultes, leur imposer plus qu'ils ne peuvent comme le fait de leur réclamer souvent de l'argent, voire les menacer pour en obtenir même lorsqu'ils n'ont pas les moyens, et la négligence par les enfants aisés de leurs parents pauvres et nécessiteux.
Parmi les spectacles douloureux, notons le fait que beaucoup d'enfants ne considèrent pas [la parole de] Dieu dans le comportement qu'ils adoptent avec leurs parents, allant jusqu'à leur faire du mal et à leur tenir des propos grossiers, surtout lorsqu'ils sont très âgés et ressentent le besoin de miséricorde et de compassion.
Pourtant la première chose incombant à l'homme est de ne pas être méconnaissant de ses géniteurs. C'est pourquoi le Coran considère la bienfaisance envers les parents comme une obligation que doivent observer tous les Hommes et non pas seulement les musulmans:

« Nous avons recommandé à l'Homme la bonté envers son père et sa mère. »
[ Sourate 46. Al Ahqaf verset 15 ]
D'ailleurs, le Coran évoque presque souvent la bonté avec les père et mère lorsqu'il exhorte les humains à l'adoration exclusive d'Allah  et à la reconnaissance envers Lui. Médite donc les versets suivants:

« Adorez Dieu ! Ne lui associez rien ! Vous devez user de bonté envers vos parents »
[ Sourate 4. An-nissa " les femmes " verset 36 ]

« Vous n'adorerez que Dieu; soyez bons à l'égard de vos parents »
[ Sourate 2. Al baqara " la Vache " verset 83 ]
 
« Nous avons commandé à l'homme [la bienfaisance envers] ses père et mère; sa mère l'a porté [subissant pour lui] peine sur peine: son sevrage a lieu à deux ans." Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu'envers tes parents. Vers Moi est la destination.  »[ Sourate 31. Luqman verset 14 ]

L'une des plus illustres et globales recommandations qu'Allah 
 fait à propos de la piété filiale, est la suivante :
« Ton Seigneur a décrété que vous n'adoriez que Lui. II a prescrit la bonté à l'égard de vos père et mère.
Si l'un d'entre eux ou bien tous les deux ont atteint la vieillesse près de toi, ne leur dis pas : « Fi ! »
Ne les repousse pas, adresse-leur des paroles respectueuses.
Incline, vers eux, avec bonté, l'aile de la tendresse et dis :
« Mon Seigneur ! Sois miséricordieux envers eux, comme ils l'ont été envers moi,
lorsqu'ils m'ont élevé quand j'étais un enfant. »
[ Sourate 17. Le voyage nocturne (Al-Isra). verset 23 - 24 ]
 
Regarde comment Allah  consacre ces versets à la bonté avec les géniteurs âgés, c'est-à-dire à ces instants de leur vie où l'enfant les trouve ennuyeux et où leur présence à ses côtés l'incommode; or c'est dans ces moments qu'ils ont le plus besoin de lui après tous les efforts qu'ils ont consentis pour l'élever et lui assurer une bonne éducation. D'où les recommandations du Coran à l'enfant de pas montrer une quelconque marque de lassitude, ne serait-ce qu'en proférant un « Fi !», autrement dit le vocable le plus insignifiant qui soit.