Aujourd'hui, Horaire de prière à (Angers)

jeudi 15 décembre 2011

LA LUMIERE DE L'ISLAM;(LE FILM HD)

Documentaire scientifique montrant les preuves irréfutables du Saint Coran et des miracles scientifiques;Réalisé par notre Frère Yassine B.;adminisrateur du site:connaitrelaverite.fr

Voir aussi "THE SIGNS film complet d' 1h54 minutes;voir playlist

vendredi 9 décembre 2011

Dr. Youssef al-Qaradawi (en quelques lignes)

 Dr. Youssef al-Qaradawi est l’un des illustres savants de l’Egypte et du monde musulman. Il se distingue dans les domaines de la jurisprudence musulmane (fiqh), de la pensée et de la prédication par une méthodologie qui adopte le principe de la médiation et du juste milieu (al-wasatiyya), loin de tout excès et de tout laxisme. Il est l’auteur de plus de cent vingt ouvrages dont l’authenticité et la profondeur en sont les principales caractéristiques, dans un style qui rallie la précision du savant à la luminosité de l’écrivain et à la ferveur du prédicateur.
Dr. Youssef al-Qaradawi est né le 9 septembre 1926 dans un village du nom de « saft- Tourab » à L’ouest de l’Egypte. Il a été élevé orphelin dans une famille pieuse et modeste. Son père est décédé alors qu’il n’avait que deux ans. Son oncle paternel Ahmed l’a pris en charge. A l’âge de cinq ans, il entre dans une école coranique où il terminera l’apprentissage de la totalité du Coran ainsi que les règles de la récitation avant d’atteindre l’âge de dix ans. Dès lors, le village le surnomme « cheikh Youssef » et lui demande de diriger les Prières, en particulier celles à voix haute, grâce à sa belle récitation. Cette place que le village lui réserva le priva de partager son enfance avec ses camarades de son âge.
Il rejoint, ensuite, l’école azharite de « Tanta » où il effectue ses études primaires et secondaires. Puis, il poursuit ses études dans la prestigieuse université islamique de « al-Azhar ». Il y obtient son diplôme en 1952. Il est major de sa promotion qui compte cent quatre-vingt étudiants. Il continue son parcours scientifique en rejoignant la faculté de langue arabe. Une fois de plus, il est major de sa promotion qui compte cinq cent étudiants en provenance des trois différentes facultés de « al-Azhar ». En 1958, il rejoint l’institut des recherches et des études arabes affilié à la Ligue des Etats Arabes. Il y obtient son diplôme en « langue et littérature ».
En parallèle, il rejoint la section des « sciences du Coran et du Hadith » de la faculté des fondements de la religion « ousoul ad-din » de l’université de « al-Azhar ». Il passe ses trois années d’études avec succès malgré la difficulté des épreuves de l’époque. Il est, en effet, le seul à avoir passé le cap de la première année et obtient le Master en 1960.
En 1973, il obtient son doctorat en sciences du hadith. La thèse soutenue fut: « La zakat et son impact sur la résolution des problèmes sociaux ». L’obtention du doctorat fut retardée à cette datte à cause des événements politiques tragiques qui ont secoué l’Egypte.
Al-Qaradawi aux yeux de l’élite:
- Mohammed al-Ghazali: « Al-Qaradawi fait partie des imams contemporains qui ont rallié l’intelligence de l’analyse et la connaissance des textes. Il fut mon élève et je fus son professeur. Il est aujourd’hui mon professeur et je suis son élève »
- Abou al-Hassan an-Nadawi: « Al-Qaradawi est un savant, écrivain et examinateur (mouhaqqiq); il est du nombre des grands savants et éducateurs »
- Abou al-A’laa al-Mawdoudi (concernant son livre « fiqh az-zakat »): « C’est l’ouvrage du siècle en matière du droit musulman »
- Ibn baz: « Ses livres ont leurs poids et une grande portée dans le monde musulman »
- Moustapha az-Zarqa: « Al-Qaradawi est la preuve de l’époque. C’est l’un des bienfaits de Dieu pour les musulmans »
- Abdoullah Ben Beyya: « Al-Qaradawi est un Imam parmi les Imams des musulmans. Il est la conscience de la nation musulmane »
- ‘Issam al-Bashir: « Al-Qaradawi … l’érudit de notre époque et le jurisconsulte de la nation: Dans l’élaboration de ses ouvrages, le professeur suit une méthodologie scientifique très rigoureuse, de même que dans sa façon d’analyser les choses et dans ses décrets juridiques (fatwas) qu’il édicte de temps à autres … Si tu parcours quelques-uns de ses livres, tu ne peux qu’être ébloui et impressionné devant l’immense bibliographie à laquelle il se réfère, ce qui démontre son intégrité scientifique … La pensée musulmane contemporaine a connu un épanouissement grâce à la perspicacité de son esprit, à sa personnalité équilibrée et à la sagacité de son observation »
- Al-Albani (après avoir cité un nombre de savants qui l’ont sollicité pour examiner les hadiths cités dans leurs livres, il dit:): « Son éminence Dr. Cheikh Youssef al-Qaradawi a emprunté la même voie lorsqu’il s’accorda avec le professeur Zouhir ash-Shawish, éditeur de son livre (le licite et l’illicite en islam), à me confier la tâche d’examiner les hadiths de ce livre en question, ce qui prouve sa vertu et la noblesse de son caractère, et c’est ce que je connais de lui directement, puisqu’à chaque fois où nous avons  l’occasion de nous rencontrer, sa politesse et son application le poussent à me poser des questions à propos d’un hadith, ou d’un sujet qui ressort du domaine du droit musulman (fiqh) afin de connaître mon avis. Tout ceci démontre au lecteur son immense modestie, ainsi que sa grande politesse, que Dieu le préserve, et qu’Il puisse en faire profiter les musulmans » (tiré de « ghayatoul-maram fi takhrij ahadith al-halali wal-haram »)
Quelques participations aux conseils et comités de savants:
La notoriété et la confiance dont jouit cheikh Youssef al-Qaradawi auprès du commun des musulmans en général, et auprès des savants en particulier l’ont amené à devenir membre d’un grand nombre de comités et de conseils de savants à travers le monde musulman, il est entre autres:
- Membre de l’académie du droit musulman (majma’ al-fiqh al-islami) affilié à la Ligue Islamique Mondiale (à la Mecque).
- Expert au sein du Conseil international du droit musulman « al-majma’ al-fiqhi » affilié à l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) à Djeddah.
- Président du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche.
- Président de l’Union Mondial des Ulémas (savants)
Prix et récompenses:
Cheikh Youssef al-Qaradawi a reçu plusieurs récompenses internationales dont:
- Le prix international du roi Fayçal en 1413H
- Le prix du meilleur rendement scientifique, par l’université islamique mondiale de Malaisie en 1996
- Le prix du sultan de al-’Awis (Emirats Arabes Unis) pour la meilleure réalisation culturelle et scientifique, en 1999.
- Elu « la personnalité scientifique islamique de l’année 2000 » par le concours international du saint Coran (Dubaï).
Paroles du cheikh:
- « J’aime le bien pour les gens, tous les gens: Je ne porte en moi aucune animosité, aucune haine envers quiconque. Tous les gens sont mes frères, de foi, de patrie, ou dans l’humanité. La servitude de Dieu et la descendance d’Adam nous rassemblent tous. Je suis uniquement l’ennemi de celui qui se déclare ennemi de ma nation (oumma), et je combat celui qui combat ma foi »
- « L’islam m’a appris à m’attacher à allumer les bougies plutôt qu’à maudire l’obscurité, à dévoiler la vérité plutôt qu’à injurier le mensonge, Dieu dit: « N’injuriez pas ceux qu’ils invoquent, en dehors d’Allah, car par agressivité, ils injurieraient Allah, dans leur ignorance »[2]
Que Dieu le préserve, et qu’Il puisse en faire profiter l’humanité
Nb : Tiré du livre « 20 principes pour comprendre l’islam » de Moncef Zenati

[1]    – Résumé tiré du livre « al-Qaradawi faqihan » de ‘Issam Tlimah, et du CDROM « al-akhlaq wat-tazkiya » de Dr. Youssef al-Qaradawi
[2]    – Coran s 6 v 108

dimanche 4 décembre 2011

La prière de la consultation (istikhâra)



Jabir Ibn Adbillah as-Sulami (radiya lahou 'anhou) a dit:
« Le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) nous enseignait l'istikhara (prière de consultation d'Allah) avant toutes nos entreprises comme il nous enseignait les sourates du Coran. Il disait: « Si l'un d'entre vous décide de faire quelque chose, qu'il fasse deux rak'as en dehors des prières obligatoires et qu'il dise après les salutations finales:

jeudi 1 décembre 2011

Message aux internautes - Sheikh Salah Al Moghamssi

Merci à Darifton pour la traduction

Quelle est ta place auprès d'Allah ? Sheikh Salah Al Moghamssi

Merci à Darifton pour la traduction

Les exhortations sublimes Par l’imâm Abou Hamid al Ghazzali-2/4



Exhortation n°10
Allah - تعالى - dit :
"Ô vous les hommes ! Une exhortation de votre Seigneur, une guérison pour les cœurs
malades, une direction et une Miséricorde vous sont déjà parvenues, à l'adresse des croyants,
pourquoi vous ne vous montrez bons qu'envers celui qui est bon pour vous, vous ne maintenez
pas les liens de fraternité qu'avec celui qui les maintient avec vous, vous n'adressez la parole
qu'à celui qui vous l'adresse, vous nourrissez que celui qui vous nourrit et vous honorez que
celui qui vous honore ?...

mercredi 30 novembre 2011

Un chrétien fond en larmes après la réponse de Yusuf Estes ex prêtre chrétien converti à l'islam

Magnifique conversion à l'islam très touchante d'un chrétien après avoir entendu la réponse du
Cheikh Yusuf Estes, ex prêtre chrétien converti à l'islam. Elle ne te laissera pas de marbre. Sa

question était : "Qu'est-ce qui a fait, en tant qu'ancien chrétien pieux, que tu te convertisses à

l'Islam? Quelle chose que tu as trouvé dans l'islam, t'a poussé à en avoir foi après que tu as été 
un chrétien dévoué??" 



VOUS CHERCHEZ LA PAIX DE VOTRE COEUR ET LES ARGUMENTS DE LA VERITE REGARDEZ ICI : EMOUVANT !  EN COMPAGNIE DE CE CHRETIEN VENEZ DECOUVRIR CE QUE VOUS IGNOREZ TRES EMOUVANT SURTOUT LA SUITE QUAND LE SOLEIL SE LEVE TU VOIS LE JOUR CE QUE TU NE VOYAIS PAS...

Histoire : il a commercé avec Allah par Cheikh Mohamed Hassan

Miniature


mercredi 9 novembre 2011

Comment se convertir à l’islam ?



L'islam n'est pas « la religion des Arabes »
L’islam n'est pas « la religion des Arabes ». L'islam est un message universel d'amour et de paix, une conception de l'univers et de la vie sur terre, une volonté de rechercher un accord complet avec ce que Dieu agrée (sens de « soumission », en arabe : « islam »), un ensemble de croyances, de valeurs, de principes et de règles, auxquels n'importe quel être humain peut adhérer.
Que l'on soit typé comme un Oriental ou comme un Africain à la peau sombre, que l'on soit blond aux yeux bleus ou jaune aux cheveux noirs de jais… Que l'on soit un Bédouin du désert ou un cadre informatique travaillant dans un gratte-ciel, que l'on soit navigateur voguant sur les eaux bleues ou ouvrier gagnant sa vie à la sueur de son front et à la force de ses bras… que l'on soit d'Orient ou d'Occident… Que l'on soit né dans une famille musulmane ou que l'on choisisse de se convertir à l'islam par conviction profonde et intime, après avoir été adepte d'une autre religion ou après avoir été athée… Que l'on soit homme ou femme… Que l'on soit âgé ou jeune… L'islam accueille toutes celles et tous ceux qui choisissent de plein gré d'adhérer à son message. Et tous ces gens deviennent musulmans et musulmanes au même titre que celles et ceux qui l'étaient déjà avant eux.
Dieu dit : « Ô vous les hommes, nous vous avons créés à partir d'un seul homme et d'une seule femme, et nous avons fait de vous des nations et des tribus pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d'entre vous, auprès de Dieu, est le plus pieux d'entre vous. Dieu est omniscient, Grand Connaisseur. » (Les appartements/13).
Il dit aussi : « Et parmi Ses Signes : Il vous a créés de terre, puis vous voilà des hommes se dispersant [dans le monde]. Et parmi Ses Signes : Il a créé pour vous, de vous-mêmes, des épouses pour que vous viviez la tranquillité auprès d'elles et il a mis entre vous de l'amour et de la tendresse. Il y a en cela des signes pour ceux qui réfléchissent. Et parmi Ses Signes : la création des cieux et de la terre, et la diversité de vos langues et de vos couleurs. Il y a en cela des signes pour ceux qui savent. »  (Les romains/20-22).
Aucune contrainte ne peut être exercée sur qui que ce soit pour le convertir à l'islam. Le Coran est clair : « Pas de contrainte en religion : la vérité s'est distinguée de l'erreur. »(La Génisse/256).

La conversion d'une femme ou d'un homme à l'islam



Il s'agirait plutôt d'une « reconversion à l'islam », puisque, comme l'a dit notre Prophète (sur lui la paix), chacun et chacune naissent en étant prédisposés (fitra) à l'aspiration et à la soumission à Dieu, ce qui est le sens du mot « islam ».
En islam, étant donné qu'il n'y a pas de clergé, il n'y a pas de représentant de Dieu sur terre au sens clérical du terme. En effet, en islam, tous les musulmans sont des représentants de Dieu sur terre sans aucune distinction si ce n’est avec la piété. De même, il n'y a pas de baptême comme c'est le cas dans le catholicisme. Pour se convertir à l'islam, il suffit d'accepter et de prononcer qu’« il n'y a aucune divinité digne d’être adorée en dehors de Dieu et d’accepter que Muhammad (sur lui la paix) est le dernier Messager de Dieu ». Le mieux est qu'on le fasse devant d'autres personnes, puisqu'il s'agit d'un témoignage, à la mosquée par exemple.
Il est bon que des musulmanes et musulmans, qui sont présents dans le lieu où l'on habite, sachent que l'on s'est reconverti à l'islam. Cela parce que les musulmans forment une grande communauté (qui n'est basée ni sur la race ni sur la couleur de la peau, mais sur l'acceptation d'une même croyance, conception du sens de la vie et sur le partage de valeurs communes), et le Prophète (sur lui la paix) a souvent rappelé qu'il faut rester attaché à la communauté (al-jamâ'ah). Cela est d'ailleurs utile pour maintes occasions : en cas de décès, par exemple, les frères et sœurs pourront prendre les mesures nécessaires pour qu'on soit inhumé aux côtés de ses frères et sœurs musulmans.

    Les conditions du témoignage

L'acceptation des deux points mentionnés ci-dessus revient à accepter des choses plus globales, comme :
- vouloir sincèrement adorer Dieu et se soumettre à ce que Dieu veut. Il faut donc adorer Dieu sans rien lui associer et croire que nul ne mérite d’être adoré si ce n’est Dieu seul. Il faut mettre en application ses ordres et ses prescriptions selon ses possibilités.
 - croire comme véridiques toutes les paroles de Dieu (le Coran) et tout ce que Muhammad, Son dernier Messager, a montré comme voie (ses actes, ses paroles et approbations). Ce dernier témoignage implique de croire qu’il n’y a aucune personne sur terre qui mérité d’être suivie si ce n’est le Prophète (sur lui la paix). Nous disons bien « suivie » et non « adorée », car l’adoration n’est vouée qu’à Dieu seul, mais il faut l’adorer comme l’a adoré notre Prophète sans rien ajouter à sa législation ou en soustraire quoi que ce soit. C’est cela le réel suivi du Prophète (sur lui la paix).
« Croire en quelque chose », ce n'est pas seulement « savoir l'existence de cette chose », c'est « savoir et accepter de tout son cœur, sans retenue, l'existence de cette chose » et mettre en application ce que ce témoignage implique.
 Celui ou celle qui se convertit doit le faire sincèrement pour Dieu et non pas pour rechercher un avantage matériel ou social (quel qu'il soit). Les musulmans et musulmanes n'ont aucune possibilité ni aucun droit de dire d'une personne qu'elle s'est convertie pour obtenir un avantage social. Mais Dieu, lui, sait ce que recèlent les cœurs et il demandera des comptes à chacun et à chacune le jour du jugement.
Dieu dit (selon Abraham) : « Et ne me couvre pas d’ignominie le jour où l’on sera ressuscité. le jour où ni les biens, ni les enfants ne seront d’aucune utilité. sauf celui qui se présente à Dieu avec un cœur sain. » (Les Poètes/87-89)

Les piliers de l’attestation de foi et ses conditions :

  1er pilier : « Nulle divinité ne mérite d’être adorée… » signifie : renier le caractère divin de tout ce qui est adoré en dehors de Dieu comme les prophètes (Jésus…), les anges, les saints, les statues (Boudha…), les esprits (Vaudou…), la nature, le soleil, la lune, et tout ce qui peut être pris comme divinité…
  2nd pilier : « … Sauf Dieu » signifie : affirmer que l’adoration est réservée à Dieu seul, sans aucun associé. Ces deux piliers sont indissociables, celui qui les réunira sera le monothéiste pur !
 
Quant aux conditions de cette attestation, elles sont au nombre de huit :
1.                 La connaissance (de son sens) qui s’oppose à l’ignorance.
2.                 La certitude qui s’oppose au doute.
3.                 L’exclusivité du culte (la sincérité) qui s’oppose au polythéisme.
4.                 La véracité qui s’oppose au mensonge.
5.                 L’amour qui s’oppose à la haine.
6.                 La soumission qui s’oppose au délaissement.
7.                 L’acceptation qui s’oppose au rejet.
8.                 Le rejet de tout ce qui est adoré en dehors de Dieu.

La conversion à l'islam dans les faits

La personne prononce la formule suivante : « Je témoigne qu'il n'y a aucune divinité méritant d’être adorée en dehors de Dieu et que Muhammad est le messager de Dieu » (En phonétique : Ach-Hadou ane lâ ilâha illa lahou wa ach-hadou anna Mouhamadane rassouloullahi). Le mieux est qu'elle le fasse devant d'autres personnes, puisqu'il s'agit d'un témoignage, à la mosquée par exemple.

Après cela, vous êtes musulman(e) avec l’aide de Dieu…
Le site Islamhouse vous félicite et vous souhaite tout le bonheur dans cette vie et dans l’au-delà…

Il est bon d'informer des musulmans et musulmanes de sa conversion à l'islam. En effet, l’islam est une religion qui appelle à l’union. À partir de ce moment, on apprendra peu à peu non seulement les actes du culte, mais aussi les règles éthiques, morales et sociales que l'islam offre aux femmes et aux hommes. Cela se fera peu à peu. Il ne faut pas s'angoisser dès le premier instant, et il ne faut surtout pas croire que l’on pourra tout appliquer en peu de temps, mais l’islam est une école de la vie, elle éduque selon chaque possibilité de la personne. La personne prendra soin d’apprendre sa croyance avant toute chose puis les cinq piliers de l’islam notamment la prière qui est primordiale et les mettre en pratique.
Le jour où l'on se convertit, il est mieux de prendre un bain complet, et ceci pour se purifier, car l’islam efface tous les péchés commis avant la conversion, c’est une nouvelle naissance en quelque sorte. D’où le fait de se débarrasser de la pilosité qui se trouve sous les aisselles et sur le pubis (comme les musulmans et les musulmanes le font tout au long de leur vie). En effet, se débarrasser de cette pilosité est un acte de propreté en islam et un signe de la saine nature (la fitra).
 Certains organismes et instituts délivrent des « certificats d'appartenance à la religion musulmane », certificats établis devant le témoignage, par la personne, de la formule de foi. Ces certificats ne servent pas à prouver aux yeux des autres musulmans sa conversion à l'islam, mais seulement à l'accomplissement du pèlerinage à La Mecque (les autorités saoudiennes demandant souvent, pour des raisons évidentes d'administration, ce genre de certificats). Donc, il serait utile de se le procurer. En France, les grandes mosquées et les grandes institutions le délivrent.

Soyez serein !

1- Il est vrai que l'islam dit que chaque musulman et musulmane qui assiste à un acte répréhensible doit rappeler à celui qui le commet ses devoirs vis-à-vis de Dieu. Mais le Prophète (sur lui la paix) a aussi enseigné la progressivité dans le rappel, ce qui est valable pour les musulmans en général, mais aussi et surtout pour ceux qui viennent de se convertir à l'islam. Le Prophète (sur lui la paix) avait envoyé Mou'âdh au Yémen vers la fin de sa vie, alors que la plupart des obligations et des interdictions de l'islam étaient déjà révélées. Or, il lui avait bien recommandé d'être progressif lorsqu'il informerait ceux qui se convertiraient à l'islam des obligations leur incombant : « Tu vas te rendre auprès d’un peuple de Gens du Livre. Que la première chose à laquelle tu les invites soit l’adoration de Dieu. Lorsqu’ils connaîtront cette adoration de Dieu, informe-les que Dieu a rendu obligatoires cinq prières dans la journée et la nuit. Et lorsqu’ils feront cela, informe-les que Dieu a rendu obligatoire sur eux une aumône qui sera prise de leurs riches et donnée à leurs pauvres… » (Rapporté par Al-Boukhârî et Mouslim).
Les musulmans et musulmanes doivent donc se souvenir de cet enseignement du Prophète (sur lui la paix) et ne pas vouloir tout rappeler (ce qui est fondamental/obligatoire, comme ce qui est secondaire/purement facultatif) à celui ou à celle qui vient de se convertir.
2- Et s'il s'agit de quelque chose de nécessaire qu'il faut rappeler, les musulmans et musulmanes doivent également se souvenir que le Prophète (sur lui la paix) a enseigné dans ce cas la douceur. Surtout vis-à-vis de celui ou celle qui vient d'embrasser l'islam et qui ne sait pas grand-chose de ses règles, pour qui il faut avoir beaucoup de compréhension.
 Justement, Mou'âwiya ibn al-Hakam raconte ainsi une expérience vécue auprès du Prophète (sur lui la paix) alors qu'il s’était converti récemment : « Pendant que j'accomplissais la prière sous la direction du Prophète, quelqu'un éternua. Je dis alors : « Que Dieu te fasse miséricorde ! » [Formule que l'on dit en pareille circonstance, mais pas pendant la prière]. Les gens me regardèrent alors avec étonnement. Je leur dis : « Eh bien, qu'avez-vous à me regarder ainsi ? » Ils se mirent alors à tapoter des mains sur leurs cuisses. Lorsque je vis qu'ils me demandaient ainsi d'observer le silence, je me tus. Lorsque le Prophète termina sa prière, il m’interpella. Mes parents peuvent être témoins du fait que je n'ai jamais vu quelqu'un, ni avant lui ni après lui, enseigner d'une meilleure façon que lui. Par Dieu, il ne me blâma pas, il ne me frappa pas, il ne me dit rien de mal. Il me dit : « En prière, il ne convient pas qu'il y ait quelque chose relevant des paroles des gens. Cette prière n'est que proclamation de la pureté de Dieu, proclamation de la grandeur de Dieu, et récitation du Coran. » Je lui dis : « Ô Messager de Dieu, il n'y a pas longtemps que j'ai quitté l'état d’incroyance, et Dieu nous a offert l'islam récemment. Mais il y a parmi nous des gens qui se rendent auprès des devins. » Il me répondit : « Eh bien, ne te rends pas auprès d'eux »… » (Rapporté par Mouslim, nº 537).
Un autre compagnon du Prophète (sur lui la paix) raconte : « Nous étions en train de parler de quelque chose. Il n'y avait pas longtemps que je m'étais converti à l'islam, et je dis [par habitude, pour appuyer mon propos] : « Je jure par Al-Lât et Al-'Uzzâ [deux idoles de l'Arabie préislamique] ». Les autres compagnons du Prophète présents me dirent : « Quelle horrible parole as-tu dite là ! Rends-toi auprès du Prophète et informe-le de ce que tu as dit, car nous pensons que tu es peut-être devenu incroyant. » Je me rendis auprès du Prophète et lui racontai ce qui s'était passé. Il me dit : « Dis trois fois : « Il n'y a aucune divinité en dehors de Dieu, qui est unique et n'a pas d'associé », demande trois fois à Dieu de te protéger contre le démon, souffle sur ta gauche trois fois, et ne redis plus cela. » (Rapporté par An-Nassaï, nº 3776).
Le Prophète (sur lui la paix) avait compris qu'il n'avait pas fait ce serment par apostasie, mais simplement parce qu’il avait encore l'habitude de le dire et ce serment était encore ancré en lui. C'est à ce genre de fait, tout à fait prévisible et involontaire de la part de personnes qui viennent de se convertir que se rapporte, d'après le savant Ibn Hajar, cette autre parole du Prophète (sur lui la paix) : « Celui qui fait un serment et a dit : ‘Je jure par Al-Lât et Al-'Uzzâ’, qu'il dise (aussitôt) : ‘Il n'y a aucune divinité en dehors de Dieu ». Et celui qui a dit : « Viens jouer à un jeu de hasard », qu'il donne une aumône. » (Rapporté par Al-Boukhârî, nº 4579, et par Mouslim, nº 1647).
Les Arabes d'avant l'islam étaient friands des jeux de hasard avec mise d'argent, et si un musulman fraîchement converti disait par réflexe, sans réfléchir, à un ami : « Viens jouer à un jeu de hasard », il devra être conseillé avec douceur pour qu’il se repente et il donnera lui-même une aumône à un pauvre pour prendre de bons réflexes et de bonnes habitudes.
 3- Enfin, il faut savoir qu'en islam, les musulmans et musulmanes rappellent, ils ne jugent pas. Dieu dit : « Et rappelle, car le rappel profite aux croyants. »(Qui éparpillent/55)
Le Jugement pour les croyances et les actes se fera par Dieu, le jour du jugement. Il est vrai que, dans un pays musulman, – comme dans tous les pays du monde, des juges existent dans des tribunaux qui rendent des jugements juridiques face à une infraction constatée. Mais ce n'est pas de ce jugement-là que nous parlons. Nous parlons du jugement qui consisterait à dire : « Toi tu iras au paradis ou toi tu iras en enfer ou Dieu ne te pardonnera jamais, etc. Mais ceci n’incombe pas au musulman, car ce genre de jugement est réservé à Dieu seul.
 




lundi 7 novembre 2011

كتاب الفوائد لابن قيم الجوزية : قاعدة جليلة‏:‏ الانتفاع بالقرآن وشروطه


ملخص عن كتاب:   الفوائد 

هذا كتاب في الوعظ فريد من نوعه؛ حيث إنه يشتمل على التفسير والحكم والطرائف والآراء والنظرات الفلسفية في مختلف شئون الدنيا والدين، وكثيرًا ما يتناول فيه المصنف آية أو جزء آية فيفسرها تفسيرًا لم يسبقه أحد إليه، أو جزءًا من حديث أو حتى كلمة فيه فيبرع في إخراج المعاني القيمة والحكم المفيدة بسبك رائع وأسلوب عظيم راق؛ فقد اشتمل الكتاب على فوائد منثورة حول الإيمان والإسلام والقرآن ومعرفة الله والتوبة والأخلاق، وفضائل السور ومعاني القرآن والاعتقاد، وفوائد حول الأحاديث المختلفة، وحقيقة الدنيا، وحقيقة الآخرة، وفوائد مستفادة من سيرة النبي صلى الله عليه وسلم



قال الشيخ الإمام محيي السنة قامع البدعة‏:‏ أبو عبد الله الشهير بابن قيم الجوزية، رحمه الله ورضي عنه‏:‏
 قاعدة جليلة‏:‏ الانتفاع بالقرآن وشروطه
...إذا أردت الانتفاع بالقرآن فاجمع قلبك عند

mardi 1 novembre 2011

La démocratie et l’islam - Sheikh Yûsuf Al-Qaradâwî


Question:Je ne vous cache pas mon étonnement face à certains activistes religieux, appartenant parfois à des formations islamistes, qui affirment que la démocratie est contraire à l’islam. Certains d’entre eux rapportent même de la part de certains savants que la démocratie procède de la mécréance, arguant que la démocratie signifie le gouvernement du peuple par le peuple, alors qu’en islam ce n’est pas le peuple qui gouverne, mais Dieu — Exalté soit-Il — uniquement, en vertu du verset « Le jugement n’appartient qu’à Dieu » [1]...

Les devoirs des musulmans vivant en Occident - Sheikh Yûsuf Al-Qaradâwî

Question
Que la paix soit sur vous. Pourriez-vous, s’il vous plaît, me donner une réponse détaillée concernant les devoirs des musulmans qui vivent en Occident ? Une réponse rapide serait la bienvenue. Que Dieu vous rétribue pour vos efforts.
Réponse de Sheikh Yûsuf Al-Qaradâwî...

Soignez-vous en utilisant la graine de nigelle c'est un remède contre tous les maux à l'exception de la mort


                                          Les bienfaits de graine de nigelle



Le prophète (que la prière et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : 
« Soignez-vous en utilisant la graine de nigelle, c'est un remède contre tous les maux à l'exception de la mort ».
Voici un aperçu des qualités et vertus de la graine de nigelle qui sont un signe certain, parmi tant d'autres, de la prophétie de notre prophète dans le domaine médical. Le prophète nous a en effet enseigné depuis plus de quatorze siècles que "la graine de nigelle" était un remède contre tous les maux...